La vie pourrait exister sur Mars aujourd’hui

La vie a-t-elle existé sur Mars ? La question reste posée. Mais des chercheurs avancent que si elle a existé, elle pourrait avoir subsisté jusqu’à aujourd’hui, dans des poches d’eau sous la surface de la Planète rouge.

En février dernier, Perseverance, le dernier rover de la Nasa, se posait sur le sol de Mars. Avec pour principal objectif : chercher des traces de vie passée sur la planète rouge. Pour les premiers résultats, il faudra encore patienter un peu. Mais sans plus attendre, des chercheurs de l’université Brown (États-Unis) avancent aujourd’hui que des formes de vie microbiennes pourraient toujours exister dans le sous-sol martien.

Ils s’appuient pour cela sur des données du rover Curiosity et d’autres engins spatiaux en orbite autour de Mars et sur une analyse de la composition chimique de météorites martiennes. Des roches arrachées de la surface de la planète rouge et arrivées jusqu’à notre Terre. Et a priori représentatives d’une grande partie de la croûte martienne. Selon les chercheurs, ces roches, mises en contact constant avec de l’eau, seraient capables de produire l’énergie chimique nécessaire à soutenir des communautés microbiennes. Un peu comme cela se produit dans les profondeurs de la Terre.

« Nous ne savons toujours pas s’il y a eu de la vie sous la surface de Mars. Nous disons seulement qui si ça a été le cas, nous pensons qu’il y aurait aussi sur place, suffisamment d’énergie pour la maintenir jusqu’à aujourd’hui », précise Jesse Tarnas, aujourd’hui chercheur au Jet Propulsion Laboratory (États-Unis), dans un communiqué de l’université Brown.

Dans le sous-sol de Mars, les éléments nécessaires à entretenir la vie
Rappelons que sur Terre, où plus exactement, sous terre, dans les profondeurs de notre planète, se cache un vaste biome. Il évolue sans lien direct avec notre monde d’en haut. Les créatures qui le peuplent manquent de lumière, mais elles tirent leur énergie de sous-produits de réactions chimiques déclenchées au contact des roches avec l’eau. La radiolyse, par exemple, qui se produit lorsque des éléments radioactifs émettent des rayonnements qui séparent l’eau en oxygène et en hydrogène. Ce dernier se dissout dans les eaux restantes. L’oxygène, lui, est absorbé par des minéraux comme la pyrite. Il se forme alors des minéraux sulfatés. Les microbes peuvent, d’une part, ingérer l’hydrogène comme carburant et, d’autre part, utiliser l’oxygène stocké dans les sulfates pour « brûler » ce carburant.

Les chercheurs espéraient donc trouver dans le sol martien, les ingrédients nécessaires à la radiolyse. Des éléments radioactifs comme le thorium, l’uranium ou le potassium. Mais également des minéraux sulfurés susceptibles d’être convertis en sulfates. Et des unités de roche comprenant un espace poreux capable de piéger de l’eau.

C’est ce qu’ils ont trouvé dans différents types de météorites martiennes. Notamment dans des brèches de régolithe — des roches composées de morceaux cimentés par un matériau plus fin — vieilles de plus de 3,6 milliards d’années et provenant de la croûte de la planète rouge. « Nous avons étudié l’atmosphère de Mars, cartographié sa surface à différentes longueurs d’onde et atterri dans une demi-douzaine d’endroits. Ce travail continue de nous en dire long sur le passé de la planète rouge. Mais si nous voulons réfléchir à la possibilité d’une vie actuelle, le sous-sol est sans contexte l’endroit où nous devons chercher », conclut Jack Mustard, chercheur à l’université de Toronto (Canada).

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-vie-pourrait-exister-mars-aujourdhui-35263/

Laisser un commentaire