Lune, Phobos, Mars : la course aux échantillons extraterrestres a commencé !

Coup sur coup, plusieurs missions ont rapporté des fragments de corps célestes. Leur examen, notamment par des laboratoires français, vient de débuter. Objectif : la connaissance du Système solaire.

Comment le Système solaire et les myriades d’objets qui le composent se sont-ils formés ? Quelle est l’origine de l’eau et des molécules organiques présentes en abondance sur notre planète ? La vie a-t-elle émergé ailleurs que sur Terre ? Les réponses à ces interrogations ne se trouvent pas sur notre planète : il faut aller les chercher sur d’autres astres. C’est-à-dire aller recueillir, à l’aide de sondes robotisées, des échantillons de planètes, de lunes ou d’astéroïdes puis les rapporter pour les analyser. Deux de ces nouvelles missions – la japonaise Hayabusa 2 et la chinoise Change’5 – ont été couronnées de succès en décembre 2020. La première en rapatriant 5,4 g d’un astéroïde extrêmement primitif, vestige de la formation du Système solaire il y a 4,6 milliards d’années ; la deuxième en rapportant 1,7 kg d’échantillons de la Lune, les premiers depuis plus de quarante ans.

Un âge d’or des échantillons extraterrestres

De couleur très foncée et semblables à du charbon, ces 5,4 g de cailloux et de poussières ont été grappillés en 2019 par la sonde japonaise Hayabusa 2 sur l’astéroïde Ryugu.


« Ces matériaux sont pour le moment minutieusement inventoriés et caractérisés au Japon comme en Chine », signale Patrick Michel, astrophysicien à l’observatoire de la Côte d’Azur. Mais aussi en France, comme au Centre de recherches pétrographiques et géochimiques de Nancy (CRPG), qui a reçu en début d’année, un fragment des échantillons japonais. « Examinés d’ici à quelques mois avec les plus puissantes techniques d’analyse, ils commenceront alors à dévoiler leurs secrets. » Et ce n’est qu’un début, une dizaine d’autres missions étant prévues dans les années qui viennent. « Nous vivons actuellement un âge d’or pour les retours d’échantillons extraterrestres, se réjouit Patrick Michel . Grâce à eux, nos connaissances sur le Système solaire feront bientôt des pas de géant. »
C’est au programme américain Apollo que l’on doit les tout premiers échantillons recueillis sur un autre corps que la Terre : 382 kg de cailloux et de fines poussières ramassés par la dizaine d’astronautes qui, au tournant des années 1960, ont foulé le sol de la Lune.

Source : https://www.sciencesetavenir.fr/espace/systeme-solaire/la-course-aux-echantillons-extraterrestres-a-commence_153712

Laisser un commentaire