Survol de Vénus : BepiCombo freine fortement en vue de sa mise en orbite autour de Mercure

La sonde BepiColombo, qui doit rejoindre Mercure en 2025, est contrainte à plusieurs survols pour arriver à une allure suffisamment basse afin de se mettre en orbite autour de cette planète. Pour ralentir la vitesse de la sonde, le survol de Vénus réalisé hier est le plus important de la mission. Les explications d’Elsa Montagnon, responsable des Opérations de vol de BepiColombo vers Mercure au Centre européen des opérations spatiales à Darmstadt de l’ESA (Esoc).

L’arrivée de BepiColombo autour de Mercure est prévue fin 2025, après un voyage de sept ans. La sonde a été lancée en octobre 2018. Pour atteindre la vitesse requise afin d’être capturée en orbite par la gravité de Mercure, la sonde doit perdre 7 km/s, ce qui est très important. Ce freinage représente sept fois la poussée nécessaire pour rejoindre Mars. L’énergie pour une mise en orbite autour de Mercure, à 58 millions de kilomètres du Soleil, est même bien plus élevée que pour expédier une sonde jusqu’à Pluton, pourtant installée entre 4,4 et plus de 7 milliards de kilomètres.

BepiColombo réussira ce ralentissement en effectuant neuf manœuvres d’assistances gravitationnelles. Une autour de la Terre — qui a surtout servi à modifier sa vitesse et courber sa trajectoire vers le centre du Système solaire à destination de Vénus –, deux autour de Vénus et six autour de Mercure. Ces survols sont nécessaires, sans quoi la sonde devrait embarquer énormément de carburant, ce qui rendrait la mission irréalisable. Dans le cas de BepiColombo, ils permettent d’économiser quelque 10 tonnes de carburant !

Le survol de Vénus que vient de réaliser la sonde BepiColombo, à seulement 552 kilomètres de la surface de Vénus, est le troisième de la mission « mais aussi le plus important », nous explique Elsa Montagnon, responsable des Opérations de vol de BepiColombo vers Mercure au Centre européen des opérations spatiales à Darmstadt de l’ESA (Esoc). Cette opération a permis à la sonde de « décélérer sa vitesse de 5,7 kilomètres par seconde par rapport au Soleil ». Cette décélération obtenue est « énorme et même assez remarquable », tient-elle à préciser. Des neufs survols de la mission, celui réalisé hier est celui qui permet la « décélération la plus importante ».

Des opportunités trop rares pour observer le Système solaire interne
Lors de cette approche, les responsables de la mission ont profité de cette opportunité pour « réaliser quelques observations scientifiques en utilisant des instruments qui ne dépendent pas du pointage de la sonde ». Onze des sept instruments de la sonde ont été mis en route pour acquérir des données et réaliser une série de « mesures in situ, du plasma, du champ magnétique, des particules énergétiques et du vent solaire notamment ».

Ces observations in situ sont une véritable opportunité pour l’ESA qui, pendant très longtemps, ne disposait pas de satellite dans la partie interne du Système solaire. Aujourd’hui, elle compte plusieurs missions de sorte que le « Comité scientifique de l’ESA étudie avec grande attention les possibilités de faire des mesures coordonnées et multiples avec nos missions mais aussi celle de la Nasa (Solar Parker Probe, Stereo) et de la Jaxa (Akatsuki) ». Pour coordonner des observations simultanées, le Comité doit tenir compte de la « géométrie des sondes entre elles, et par rapport aux planètes et au soleil ».

Le Comité organise également des campagnes d’observations pendant les phases de croisière de BepiColombo et Solar Orbiter, « notamment pour obtenir des données sur le vent solaire et la météo spatiale ». Ces mesures simultanées, « depuis plusieurs endroits différents permettent de se faire une idée beaucoup plus précise des phénomène observés ». Certes, ce ne sont pas des campagnes d’observation qui durent longtemps, « mais elles ont tout de même un réel intérêt scientifique ».

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-survol-venus-bepicombo-freine-fortement-vue-mise-orbite-autour-mercure-92912/

Laisser un commentaire