Et s’il y avait plus de comètes interstellaires dans notre Système solaire qu’on ne le pensait ?

Alors que les astronomes pensaient que le nuage d’Oort est truffé de débris de la formation de notre Système solaire, voilà qu’une étude envisage qu’il pourrait être majoritairement constitué d’objets interstellaires. Rendant des visiteurs tels que la comète Borisov, il y a plusieurs mois, pas si exceptionnels que cela.

Elle a été repérée dans le ciel tout à la fin du mois d’août 2019. La comète 2I/Borisov s’approchait alors de notre Soleil. Elle a rapidement été étiquetée comme le second objet interstellaire — après ‘Oumuamua, découvert en 2017 — a pénétré notre espace sous nos yeux. Et même, la première et — jusqu’à aujourd’hui toujours — seule comète interstellaire jamais détectée. Mais des astrophysiciens de l’université de Harvard (États-Unis) présentent aujourd’hui des travaux qui montrent que le nuage d’Oort contient plus d’objets interstellaires que d’objet issu de notre Système solaire.

Rappelons que le nuage d’Oort correspond à cette région à la limite du Système solaire de laquelle les chercheurs imaginent que nous viennent la plupart des comètes. Une sphère indicible située bien au-delà de l’orbite des planètes et qui s’étend à une distance comprise entre 200 et 100.000 milliards de kilomètre de notre Soleil. Ce nuage se serait formé à partir d’éléments composant le Système solaire primitif qui auraient ensuite été dispersés au loin.

« La théorie de la formation des systèmes planétaires suggère qu’il devrait y avoir (dans le nuage d’Oort) beaucoup moins de visiteurs que de résidents permanents, explique Amir Siraj, chercheur, dans un communiqué de l’université de Harvard. Maintenant, nous constatons qu’il pourrait y avoir beaucoup plus de visiteurs. »

Des instruments pour traquer les comètes interstellaires
Pour nous aider à comprendre, l’astrophysicien compare l’observation de la comète Borisov à celle de voitures croisant une voie ferrée. « Si j’observe qu’un passage à niveau a été construit là, je peux supposer que des voitures traversent régulièrement la voie ferrée. Même si je n’ai moi-même vu passer qu’une seule voiture pour l’instant. »

Ainsi, c’est la détection même de la comète Borisov qui renseigne aujourd’hui les astronomes sur l’existence d’autres objets interstellaires semblables. Si nous n’avons pas observé plus de visiteurs interstellaires depuis la Terre, c’est parce que nous ne disposons pas encore de la technologie qui nous permettrait de les voir, affirment-ils. Car les comètes sont petites et logent très loin de notre Planète. Elles ne produisent pas non plus leur propre lumière.

Pour en apprendre encore plus, les chercheurs placent désormais beaucoup d’espoir dans de nouveaux instruments à venir. L’observatoire Vera C. Rubin qui devrait entrer en fonction en 2022. Ou encore le Trans Neptunian Automated Occultation Survey (Taos II) conçu justement pour détecter les comètes aux confins de notre Système solaire qui pourraient donner de premiers résultats dès cette année. Car « avec des observations de disques protoplanétaires et des approches informatiques de la formation des planètes, l’étude des objets interstellaires pourrait nous aider à percer les secrets de la formation de notre système planétaire — et d’autres », conclut Amir Siraj.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/objet-interstellaire-il-y-avait-plus-cometes-interstellaires-notre-systeme-solaire-quon-ne-pensait-77782

Laisser un commentaire