Mars : « son destin a été scellé dès le début ! » estime une étude sur son habitabilité

L’eau a déjà coulé sur Mars. Les astronomes en détiennent plusieurs preuves. Mais aujourd’hui, elle a disparu de la surface de la Planète rouge. Pourquoi ? Sselon une nouvelle étude, cela pourrait tout simplement être dû à sa petite taille.

L’eau. C’est l’ingrédient essentiel au développement de la vie telle que nous la connaissons. Et des preuves que de l’eau a coulé sur Mars au début de l’histoire de la Planète rouge, les astronomes en ont trouvé un certain nombre. Pourtant aujourd’hui, plus rien. Des chercheurs de l’université de Washington à Saint Louis (États-Unis) proposent une explication simple à cela : Mars serait trop petite pour retenir de grandes quantités d’eau en surface.

Propulsé par HelloAsso

Alors finalement, la taille pourrait compter ? Lorsqu’il est question de vie dans l’Univers ou au moins, d’habitabilité d’une planète, oui, répondent aujourd’hui ces astronomes. « Le destin de Mars a été scellé dès le début, estime Kun Wang, auteur principal de l’étude, dans un communiqué. Il y a probablement un seuil sur les exigences de taille des planètes rocheuses pour retenir suffisamment d’eau et permettre l’habitabilité et la tectonique des plaques, avec une masse dépassant celle de Mars ».

Cette conclusion, les chercheurs la tirent d’une étude isotopique. Grâce à des isotopes stables du potassium (K), ils ont en effet pu estimer la présence, la distribution et l’abondance d’éléments volatils — des éléments tels que l’eau — sur 20 météorites martiennes sélectionnées pour être représentatives de la composition en silicate de la Planète rouge sur une période allant de plusieurs centaines de millions d’années à quatre milliards d’années.

Une nouvelle piste pour trouver des exoplanètes habitables
Les résultats des chercheurs donnent un aperçu du degré d’épuisement des composés volatils au cours de l’histoire martienne. « Il est difficile de quantifier combien il y a eu d’eau à la surface de Mars par le biais de la télédétection ou des rovers uniquement, explique Kun Wang. De nombreux modèles estiment la teneur en eau de la Planète rouge. Certains l’imaginent même plus humide que la Terre à ses débuts. Nous pensons que cela n’a pas été le cas ».

Les travaux de son équipe montrent que Mars a perdu plus de potassium et d’autres substances volatiles que la Terre au cours de sa formation. La Planète rouge a toutefois conservé plus de ces substances que la Lune ou l’astéroïde 4-Vesta — deux corps beaucoup plus petits et plus secs que les deux planètes. De quoi établir une corrélation entre la taille de l’objet et la composition isotopique du potassium.

Ainsi, il pourrait ne plus suffire qu’une planète se situe dans la « zone habitable » de son étoile-hôte pour la rendre réellement habitable. Il existerait en plus une plage de taille très limitée pour que les planètes aient « juste assez, mais pas trop d’eau pour développer un environnement de surface habitable ». Des résultats qui guideront certainement les astronomes dans leur recherche d’exoplanètes habitables. D’autant que la taille est parmi les caractéristiques d’une exoplanète les plus faciles à déterminer.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/mars-mars-son-destin-ete-scelle-debut-estime-etude-son-habitabilite-93708/

Laisser un commentaire