Thomas Pesquet fait ses adieux à la Station spatiale internationale… mais pas à l’espace

Le deuxième séjour de Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale se termine. L’astronaute européen de l’ESA, l’Agence spatiale européenne, s’apprête à redescendre sur Terre le 4 ou le 5 novembre. S’il ne retournera plus à bord du complexe orbital, sa carrière d’astronaute n’est évidemment pas terminée. Il a la Lune en point de mire.

Après plus de six mois en orbite à bord de la Station spatiale qu’il a rejointe en avril 2021, l’astronaute européen Thomas Pesquet s’apprête à retourner sur Terre avec trois autres astronautes. La date de son retour est encore incertaine mais prévue le 4 ou le 5 novembre, voire un autre jour en raison du report du 31 octobre au 3 novembre du lancement de Crew-3. Initialement il aurait du rentrer plus tôt mais les reports successifs du lancement de Crew-3, qui embarque quatre astronautes dont l’européen Matthias Maurer, à contraint la Nasa a décaler de plusieurs jours le retour sur Terre du Français. Il faut aussi savoir qu’Allemands et Français ont fait le forcing pour que les deux astronautes européens se retrouvent ensemble en orbite. De la communication qui flatte l’égo des deux pays mais qui n’a aucun intérêt opérationnel et scientifique.

Avec plus de 230 expériences au compteur pour le compte de sa mission Alpha, mais aussi des partenaires de l’ISS, Thomas Pesquet aura réussi son séjour en orbite marqué par plusieurs sorties dans l’espace, afin d’installer de nouveaux panneaux solaires, et quelques records battus. Le 4 octobre, il a pris le commandement de l’ISS, devenant ainsi le premier astronaute français à occuper cette fonction.

Objectif Lune pour Thomas Pesquet
Ce départ de la Station spatiale marque la fin d’une période de sa carrière qui lui aura permis de réaliser deux séjours de longues durées à bord du complexe orbital. Sans surprise, Thomas Pesquet ne devrait plus y retourner. En effet, l’Agence spatiale européenne garantit deux vols à chacun de ses astronautes. À ce jour, si tous les astronautes de la promotion de Thomas Pesquet, celle de 2009, ont réalisé au moins un vol habité, quatre d’entre eux doivent encore réaliser un deuxième vol. Après Samantha Cristoforetti, qui doit décoller au printemps 2022, il restera Timothy Peake et Andreas Mogensen à faire voler une seconde fois, ce qui nous amène en 2025. On signalera le cas particulier de l’allemand Matthias Maurer, sélectionné en 2015 et qui s’apprête d’ici quelques heures à réaliser son premier vol habité.

Sachant que les astronautes de la promotion 2022 seront opérationnels en 2025-2026, aucun des astronautes de 2009 ne retournera à bord du complexe orbital. Cela dit, leur carrière ne va pas s’arrêter pour autant. En effet, l’ESA a obtenu trois vols d’astronautes européens à bord du Gateway. Ses trois missions seront réservées à des vétérans, donc Thomas Pesquet et ses copains de la promotion 2009 seront sur les rangs pour postuler à ces missions à proximité de la Lune. Mais sans alunissage.

Il ne faut pas se voiler la face, ces trois vétérans seront très vraisemblablement parmi les pays qui contribuent le plus au budget de l’ESA (Allemagne, France et Italie). À cela s’ajoute la contribution majeure de la France et l’Italie au Gateway qui fourniront les deux modules européens de cette station spatiale lunaire et l’Allemagne qui fournit le module de service d’Orion. Dis autrement, Thomas Pesquet, Alexander Gerst fortement pressentis pour voler à bord du Gateway. La troisième place devrait revenir à un Italien. Et deux astronautes sont en lice pour cette place : Luca Parmitano et Samantha Cristoforetti.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/vols-habites-thomas-pesquet-fait-adieux-station-spatiale-internationale-mais-pas-espace-94553/

3 réflexions sur « Thomas Pesquet fait ses adieux à la Station spatiale internationale… mais pas à l’espace »

Laisser un commentaire