Une comète aurait explosé au-dessus du Chili il y a 12.000 ans

Des études géologiques menées par des chercheurs de l’Université Brown dans le désert d’Atacama au Chili ont démontré que plusieurs roches et minéraux seraient issus de l’explosion d’une comète au-dessus de la région, il y a 12.000 ans.

C’était un mystère qui durait depuis 12.000 ans, que les géologues de l’Université Brown (États-Unis) viennent de résoudre. Dans une étude publiée le 2 novembre dans Geology, une équipe de chercheurs menés par Peter Schultz exposent les conclusions d’analyses réalisées sur des roches prélevées dans le désert d’Atacama, au Chili. Les minéraux seraient issus de la déflagration provoquée par la désintégration d’un bolide en basse altitude. L’explosion aurait touché une zone de 75 kilomètres de diamètre autour de la ville de Pica, au nord du pays.

D’une oasis au désert
Les scientifiques ont récolté 300 roches dans la région de Pica, leurs compositions étant analysées en laboratoire grâce à des microscopes et spectroscopies. La plupart des minéraux prélevés sont des cristaux de silicate, parfois mêlés à des résidus d’argile. Des traces d’autres composants tels que de la buchwaldite ou encore de la chlorapatite ont ainsi été retrouvées.

Douze mille en ans en arrière, cette zone située à l’est de la pampa de Tamarugal était florissante et accueillait plusieurs espèces de plantes et d’animaux. Plusieurs hypothèses ont été formulées pour expliquer l’assèchement de la région et la présence de ces minéraux autour de Pica. Si la thèse d’une possible activité volcanique a rapidement été écartée, les chercheurs ont penché pour la propagation d’incendies massifs ayant provoqué une altération des terrains. Mais pour le docteur Schultz et ses collègues, la théorie d’un gigantesque feu ne saurait suffire à expliquer les profondes transformations géologiques de la région.

Certains minéraux ont ainsi subi une telle chaleur qu’ils auraient commencé à fondre, et se seraient tordus ou déformés en étant projetés par des vents violents. En parallèle, des cristaux de zircon se seraient transformés en baddeleyite, résultant d’une température supérieure à 3.000 °C.

Dévastation venue du ciel
Les données obtenues par les géologues leur ont permis de détecter la présence de minéraux d’origine extraterrestre. Des composants tels que la troïlite, la cubanite ou encore des inclusions minérales riches en calcium et aluminium ont été comparés aux échantillons de la comète 81P/Wild (ou Wild 2), collectés par la sonde Stardust. Lancée en 1999, cette dernière avait pour mission de capturer et stocker de la poussière émanant de la queue de l’objet céleste.

En trouvant des similitudes dans la composition des minéraux de Pica et de la comète Wild 2, les scientifiques retracent ainsi l’histoire de cette région du Chili et de ses bouleversements géologiques induits par l’explosion d’une comète en basse altitude. Pour l’heure, les minéraux issus du bolide n’ont pas encore été datés, mais l’évènement aurait pu avoir un impact sur la chute de la biodiversité en Amérique du Sud. Les datations obtenues coïncident en effet avec l’extinction du Quaternaire, durant laquelle de nombreuses espèces animales se sont éteintes. Si cela n’est actuellement qu’une supposition, de plus amples études devraient permettre d’en apprendre plus sur la mystérieuse comète ayant explosé au-dessus du désert d’Atacama et de son impact sur la région.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/comete-comete-aurait-explose-dessus-chili-il-y-12000-ans-94605/

Laisser un commentaire