De l’eau découverte dans l’Univers il y a 13 milliards d’années !

De l’eau a été détectée dans la galaxie la plus massive connu de l’Univers primitif, située à près de 12,88 milliards d’années-lumière de la Voie lactée. À ce jour, c’est la détection la plus éloignée de molécules d’H20 dans une galaxie de formation d’étoiles.

L’étude du rayonnement fossile, rendue possible par les satellites WMap et Planck, nous a appris que le cosmos observable était âgé d’environ 13,7 à 13,8 milliards d’années, ce qui est du bon ordre de grandeur avec les autres estimations tirées de l’étude des amas d’étoiles et des abondances de noyaux d’uranium. Cette donnée cosmologique permet de poser des questions d’exobiologie pour tenter notamment de comprendre quelle est la place de la vie dans l’Univers, ce qui relève aussi de l’exobiologie.

On a pu douter un temps de l’existence des exoplanètes car le scénario de la naissance du Système solaire au début du XXe siècle faisait intervenir le passage rapproché d’une étoile qui aurait arraché par ses forces de marée un lambeau de matière qui, en se refroidissant, aurait donné les planètes du Système solaire. Or, un tel événement est rare dans le gaz auto-gravitant d’étoile de la Voie lactée où les collisions entre étoiles isolées sont impossibles.

Mais nous savons maintenant que les exoplanètes sont partout dans la Voie lactée et que leur formation semble quasiment aussi inévitable que celle des étoiles au moins dans notre Galaxie, mais probablement aussi ailleurs. En ce qui concerne l’apparition de la vie, sans même poser la question de la conscience et encore moins d’une civilisation technologiquement avancée, c’est encore le flou le plus total. Une des possibilités pour tenter d’y voir plus clair en ce qui concerne au moins l’inévitabilité des formes de vie similaires à celles que nous connaissons sur Terre est de tenter de découvrir la présence d’eau dans les autres galaxies et d’estimer depuis quand il peut s’en former.

De la vie tôt dans l’histoire du cosmos ?
Un nouveau record vient d’être atteint à ce sujet par une équipe internationale d’astrophysiciens travaillant avec le réseau de radiotélescope Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (Alma) comme on peut s’en convaincre en lisant un article publié dans The Astrophysical Journal et en accès libre sur arXiv.

Il expose des observations faites avec Alma concernant une paire de galaxies en interaction appelée SPT0311-58 dont le décalage spectral vers le rouge indique qu’elle est vue alors que le cosmos observable était âgé d’environ 780 millions d’années, et plus précisément il y a 12,88 milliards d’années. Elles ont été commentées en ces termes par un des auteurs de la découverte, Sreevani Jarugula :

« Nous avons détecté à la fois des molécules d’eau et de monoxyde de carbone dans la plus grande des deux galaxies. L’oxygène et le carbone, en particulier, sont des éléments de première génération et, sous les formes moléculaires du monoxyde de carbone et de l’eau, ils sont essentiels à la vie telle que nous la connaissons. Cette galaxie est la galaxie la plus massive actuellement connue à haut décalage spectral vers le rouge, c’est-à-dire à l’époque où l’Univers était encore très jeune. Elle contient plus de gaz et de poussière que les autres galaxies de l’Univers primitif, ce qui nous offre de nombreuses opportunités d’observer des molécules abondantes et de mieux comprendre comment ces éléments créateurs de vie ont eu un impact sur le développement de l’Univers primitif ».

L’astrophysicienne poursuit ses commentaires dans un communiqué du National Radio Astronomy Observatory (en français Observatoire national de radioastronomie, un centre de recherche situé aux États-Unis) en expliquant que «cette étude fournit non seulement des réponses sur les lieux et les distances où de l’eau peut exister dans l’Univers, mais a également donné lieu à une grande question : comment tant de gaz et de poussière se sont-ils assemblés pour former des étoiles et des galaxies si tôt dans l’Univers ? La réponse nécessite une étude plus approfondie de ces galaxies formatrices d’étoiles et d’autres similaires pour mieux comprendre la formation et l’évolution des structures dans l’Univers primitif ».

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-eau-decouverte-univers-il-y-13-milliards-annees-17769/

Laisser un commentaire