Retour de Thomas Pesquet : Comment le corps de l’astronaute va-t-il se réadapter à la vie sur Terre ?

Après près de 200 jours en apesanteur dans la station spatiale internationale (ISS), les effets du retour sur terre sur le corps des astronautes sont nombreux

Thomas Pesquet est revenu sur Terre, avec trois autres astronautes, dans la nuit de lundi à ce mardi, à bord de la capsule Dragon de SpaceX.
L’astronaute de 43 ans a dirigé un séjour de six mois en orbite dans la Station spatiale internationale, une première pour un Français.
Mais après 199 jours en apesanteur, les effets du retour sur terre sur le corps des astronautes sont nombreux.

La fin d’un voyage et le début d’un périple physique. Accompagné du Japonais Akihiko Hoshide et des Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur, le Français Thomas Pesquet a fait son grand retour sur Terre, dans la nuit de lundi à ce mardi, à bord de la capsule Dragon de SpaceX, qui a amerri au large des côtes de la Floride (Etats-Unis).

Les quatre héros de l’espace ont été extraits de la capsule sur des brancards, avant d’être ramenés en hélicoptère sur la terre ferme. Après de rapides tests médicaux, Thomas Pesquet a décollé des Etats-Unis pour rejoindre le Centre européen des astronautes à Cologne (Allemagne). Il y restera trois semaines, le temps d’effectuer une batterie de tests scientifiques, destinés à observer l’effet d’un séjour long en orbite sur le corps humain. Car après six mois en apesanteur, les effets du retour sur Terre sur les organes des astronautes sont nombreux. Petit passage en revue.

Pourquoi les astronautes ont-ils le « mal de terre » ?
A bord de la Station spatiale internationale (ISS), les astronautes restent en apesanteur. Pour le corps, c’est comme s’ils étaient « en position allongée 22 heures sur 24 », explique Guillemette Gauquelin-Koch, responsable des Sciences de la vie au Centre national d’études spatiales (Cnes). En revenant sur Terre, ils retrouvent la gravité terrestre, mais subissent des pertes d’équilibre avec malaises et vomissements. « C’est l’appareil vestibulaire, qui se trouve dans l’oreille interne, qui donne l’équilibre. Dans l’espace, cet organe ne fonctionne plus. Au retour sur Terre, le cerveau ne sait plus comment gérer l’équilibre », détaille Philippe Perrin, ancien astronaute, qui précise qu’il faut un ou deux jours pour que l’équilibre revienne complètement.

Ce n’est pas tout. En apesanteur, le sang reste massé dans la partie supérieure du corps humain. En revenant sur Terre, il retombe d’un coup dans la partie inférieure, provoquant une hypotension orthostatique, c’est-à-dire une baisse excessive de la pression artérielle. « Il faut que le cœur se remette au boulot, qu’il pompe et qu’il répartisse à nouveau le sang correctement, c’est pour ça qu’on les remet debout très progressivement », analyse Guillemette Gauquelin-Koch. Sans oublier qu’avec l’apesanteur, les muscles des pieds ne travaillent plus non plus. « Il y a plein de muscles dans les pieds qui font office de capteurs et qui jouent sur l’équilibre. Pour retrouver l’équilibre, il faut retrouver le contact de la voûte plantaire sur le sol », ajoute Philippe Perrin.

Pourquoi les astronautes sont-ils plus grands en revenant ?
En temps normal, la gravité terrestre attire nos corps vers le bas. Dans l’espace, c’est l’inverse. La pesanteur étant trop faible pour « tasser les corps » des astronautes, leur colonne vertébrale s’étire, augmentant de 4 ou 5 centimètres en moyenne. « Sur Terre, on gagne environ 1 centimètre par nuit, mais on les perd dans l’heure qui suit notre lever », explique Guillemette Gauquelin-Koch.

En revenant sur Terre, les spationautes retrouvent la pesanteur : « La colonne se retasse un peu pendant la descente vers la Terre, puis lorsque les astronautes se remettent debout, à cause du poids des disques vertébraux les uns sur les autres. Il faut être très vigilant pendant la remise de la colonne, il y a des risques de hernies discales », selon Philippe Perrin, qui précise que leur taille habituelle revient au bout de deux ou trois jours.

Pourquoi les astronautes semblent-ils plus minces au retour ?
Même si les astronautes font du sport deux ou trois heures par jour à bord de l’ISS, ils subissent une perte musculaire importante, due à « une inactivité physique extrême », note le Dr Gauquelin-Koch. « En apesanteur, on restitue un certain effort, mais ce n’est jamais comme sur Terre », indique Philippe Perrin.

Ajoutez à cela l’ostéoporose, c’est-à-dire la diminution de la densité de l’os et des modifications de sa micro-architecture. « Dans l’espace, il y a une décalcification des os. Cette perte de calcium revient au bout d’un an. Mais la micro-architecture osseuse, elle, ne revient jamais à la normale, cela peut provoquer des fractures par exemple », affirme Guillemette Gauquelin-Koch.

Les spationautes ont-ils la vue qui baisse ?
Si certains astronautes n’ont aucun problème à leur retour, d’autres ont évoqué une baisse de l’acuité visuelle, un phénomène qui peine à être expliqué par les scientifiques, selon la responsable des Sciences de la vie au Cnes : « L’apesanteur entraîne une nouvelle répartition du liquide céphalorachidien dans le cerveau, cette montée des liquides vers la tête peut exercer une pression sur l’arrière du globe oculaire. » Un effet malheureusement « irréversible », ajoute la spécialiste.

En combien de temps retrouvent-ils la forme physique ?
Fonctionnement du cœur, équilibre, vue, musculation… Au retour de l’espace, le corps est mis à rude épreuve. « Tout est perturbé, il n’y a pas un seul organe qui n’est pas touché », décrypte Philippe Perrin. Et pour cause, les scientifiques estiment qu’un voyage de six mois en apesanteur représente l’équivalent de dix ans pour certains organes. « On estime qu’il faut 3 semaines voire un mois pour retrouver son état physique normal, cela dépend de chaque astronaute. Mais plus le voyage est long, plus cela prend du temps. » Selon lui, Thomas Pesquet, « qui a une forme physique extraordinaire », devrait vite être remis sur pied.

Source : https://www.20minutes.fr/sciences/3168451-20211109-comment-corps-thomas-pesquet-va-readapter-vie-terre

Laisser un commentaire