Découverte du premier astéroïde quadruple

(130) Électre était déjà connu pour être entouré de deux satellites. De nouvelles observations du système ont révélé un troisième compagnon, ce qui en fait l’astéroïde ayant le plus de satellites identifiés à ce jour.

(130) Électre est un astéroïde orbitant dans la partie externe de la ceinture principale, entre 370 et 566 millions de kilomètres du Soleil. Il a été découvert le 17 février 1873 par Christian Peters depuis l’observatoire Litchfield de l’Hamilton College, à Clinton, dans l’État de New York (États-Unis).

Ce petit corps à la forme assez irrégulière, nommé d’après le personnage homonyme de la mythologie grecque, mesure 262 × 205 × 164 kilomètres, ce qui en fait un des plus gros astéroïdes de la ceinture principale. Il a un spectre de type G et donc probablement une composition semblable à celle de Cérès. Des signatures spectrales de composés organiques ont été observées à la surface d’Électre et elle présente des signes d’altération aqueuse.

Un astéroïde déjà connu pour être accompagné
Plus de 400 planètes mineures (astéroïdes, transneptuniens et autres petits corps non cométaires) sont connues à ce jour pour avoir au moins un satellite.

Un premier satellite fut découvert autour d’Électre le 15 août 2003 par une équipe d’astronomes dirigée par William J. Merline à l’aide du télescope Keck II de l’observatoire du Mauna Kea à Hawaï. Ce petit compagnon, désigné provisoirement S/2003 (130) 1, est le plus grand et le plus externe d’Électre. Il mesure de l’ordre de six kilomètres et fait le tour de son hôte en 5,3 jours à une distance moyenne de 1.298 kilomètres.

Un deuxième satellite, S/2014 (130) 1, fut découvert autour d’Électre le 6 décembre 2014 par Bin Yang et ses collaborateurs en utilisant le système d’optique adaptative Sphere sur le télescope Melipal (UT3) du Very Large Telescope à Cerro Paranal, au Chili. Ce troisième membre du système mesure environ deux kilomètres et se trouve à 498 kilomètres d’Électre, autour duquel il orbite en 1,3 jour.

Des observations dans le proche infrarouge avaient montré que S/2003 (130) 1 et S/2014 (130) 1 présentent un spectre similaire à celui d’Électre. Ces observations soutiennent l’hypothèse que les satellites d’Électre seraient des fragments de l’astéroïde éjectés par une collision.

Jamais deux sans trois ?
D’autres observations avec VLT-SPHERE, effectuées entre le 9 et le 31 décembre 2014, viennent de révéler un troisième compagnon d’Électre, auquel n’a pas encore été attribué de désignation officielle (ce devrait normalement être S/2014 (130) 2). Ce nouveau satellite, dont la découverte a été annoncée le 6 novembre 2021 par les astronomes Anthony Berdeu, Maud Langlois et Frédéric Vachier, mesure 1,6 kilomètre de diamètre. Il orbite à 345 kilomètres d’Électre et en fait le tour en 0,7 jour.

Cette découverte fait d’Électre le premier système astéroïdal quadruple découvert et imagé dans la ceinture principale. Les seuls corps connus pour avoir plus de compagnons sont la planète naine Pluton, qui en a cinq, et les quatre planètes géantes, c’est-à-dire Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune, dont on connaît respectivement 79, 82, 27 et 14 satellites.

Reste-t-il encore d’autres compagnons à découvrir autour d’Électre ? Seules des observations encore plus poussées, et pourquoi pas un jour une sonde spatiale, pourront nous le dire.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-decouverte-premier-asteroide-quadruple-94717/

Laisser un commentaire