Voilà pourquoi l’eau sur la Lune se concentre aux pôles

La Lune. Si proche de nous et pourtant si mystérieuse. Il y a quelques mois, les chercheurs y ont même découvert de la rouille. Et aujourd’hui, ils avancent une explication à sa présence aux côtés de vastes zones de glace d’eau dans les régions polaires de notre satellite naturel. Ils mettent en cause… la météorologie spatiale animée par notre Soleil.

Il y a de l’eau sur la Lune. Sous forme de glace, certes. Mais c’est un fait acquis depuis plus de 10 ans, maintenant. Et cette eau se concentre essentiellement du côté des pôles, ont depuis confirmé les astronomes. Aujourd’hui, des chercheurs de la Nasa avancent une explication à cette étrange distribution, à grand renfort de simulations 3D des champs magnétiques qui ont pu régner sur la région par le passé et de leurs interactions avec les tempêtes solaires.

Notre Soleil ayant connu une jeunesse très active, les chercheurs se sont notamment intéressés aux conséquences sur le système formé par la Terre et la Lune d’un événement de météorologie spatiale majeur. De type Carrington. Une super-tempête solaire comme celle qui, en 1859, s’est accompagnée d’une éjection de plasma qui a atteint notre Planète en quelque 17 heures seulement – au lieu des 60 heures que mettent traditionnellement les particules du vent solaire à arriver à nous. Bouleversant le champ magnétique de la Terre.

Les simulations proposées par la Nasa montrent comment la configuration du champ magnétique de l’époque autour de la Lune et de notre Planète en combinaison avec une activité solaire intense a pu provoquer un bombardement de la surface lunaire par une quantité de protons – issus des tempêtes solaires – et par des ions oxygène – issus de l’ionosphère terrestre. Le tout plus particulièrement du côté des régions polaires de la Lune. Conduisant à une accumulation d’eau en ces endroits. Mais aussi d’hématite (Fe2O3), une forme de fer qui se rapproche de la rouille. Dont la présence aux pôles lunaires avait récemment été confirmée, elle aussi.

Préciser le rôle du Soleil dans la distribution de l’eau
Les travaux des chercheurs de la Nasa semblent donc confirmer que le Soleil a joué un rôle dans la formation et la distribution de l’eau. Au moins dans la partie interne de notre Système solaire. Et la Lune pourrait bien constituer le laboratoire idéal pour préciser un peu plus encore ce rôle. En continuant de comparer les flux de protons solaires et de vents terrestres à la surface de la Lune au fil du temps avec les données de télédétection, les astronomes pourraient même réussir à mieux comprendre plus largement l’origine des composés volatils sur les planètes telluriques.

Notez toutefois que pour obtenir ces simulations magnétohydrodynamiques multifluides (MF-MHD), les chercheurs ont dû mobiliser des moyens de calculs importants. Chaque modélisation s’appuyant que quelque 52.000 cœurs de processeurs des puissants supercalculateurs Pléiades ou Electra – conçu en 2016 avec une architecture qui permet de limiter ses consommations d’énergie.

Pour préciser un peu plus leurs résultats, les chercheurs envisagent déjà d’ajouter quelques isotopes à la haute atmosphère terrestre de leurs prochaines simulations. Pour étudier leur transport et leur éventuelle implantation sur la surface de la Lune. L’espoir, c’est que ces résultats puissent ensuite être testés et validés en laboratoire, grâce à des analyses isotopiques menées sur des échantillons lunaires que de futures missions de la Nasa devraient ramener sur Terre.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/lune-voila-eau-lune-concentre-poles-77902/

Laisser un commentaire