Éruption explosive aux îles Tonga et tsunami : que s’est-il passé ?

janvier 17, 2022 0 Par Astro Photo Météo 53

Dans l’archipel des îles Tonga situé dans l’océan Pacifique, des explosions très violentes ont produit des colonnes de cendres de 20 à 30 kilomètres de haut vendredi 14 et samedi 15 janvier, au-dessus de ce volcan qui émerge à peine de l’eau. L’île-volcan s’en est trouvée complètement changée. Certaines îles aux alentours ont disparu, conséquence d’un tsunami modeste qui a tout de même causé certains dégâts sur l’archipel tongien et parcouru tout l’océan Pacifique. L’onde de choc générée par l’explosion a, quant à elle, effectué le tour la Terre…

Tout commence le 20 décembre dernier, quand une colonne éruptive de 16 kilomètres de haut se forme au-dessus de cette île inhabitée du Pacifique, cime émergée d’un volcan dont la dernière éruption remontait à 2014-2015. Lorsque la bouche éruptive d’un volcan se situe à faible profondeur sous la surface de l’océan, comme c’est le cas ici, le magma entre en contact avec l’eau de mer, ce qui génère une activité très spectaculaire dite surtseyenne, en référence à l’île islandaise de Surtsey, née lors de l’éruption de 1963-1967.

Chaque explosion projette des gerbes de cendres à plusieurs centaines de mètres de haut, des gerbes noires noyées dans un volumineux panache de vapeurs blanc, conséquence de la quantité importante d’eau de mer vaporisée au contact du magma. Ces cendres étant humides et donc assez lourdes, elles retombent vers le sol et forment des nuages pyroclastiques qui se développent latéralement autour de la bouche éruptive. Ils parcourent quelques centaines de mètres et déposent une fine couche de cendres qui, à force d’explosions, construisent un édifice assez plat.

Cette activité a duré une dizaine de jours, précisément jusqu’à la fin de l’année civile, ce qui permit d’agrandir l’isthme formé lors de l’éruption précédente reliant les îles Hunga Tonga et Hunga Ha’Apai. Mais, située à environ 60 kilomètres de l’île habitée la plus proche, l’éruption n’engendra aucun problème majeur, mis à part une perturbation du trafic aérien.

L’une des éruptions les plus violentes de ces vingt dernières années
Une activité explosive a été très violente, l’onde de choc a fait le tour de la Terre et a provoqué un tsunami qui s’est propagé dans tout l’océan Pacifique. À partir du 1er janvier, le calme est revenu sur l’île-volcan, laissant penser à la fin de l’éruption… Mais elle reprit de plus belle vendredi dernier, le 14 janvier, à partir de 4 h 20 heure locale. Un volumineux panache de gaz et de cendres se développa jusqu’à 20 kilomètres d’altitude, s’étalant dans la basse stratosphère avec un diamètre de plus de 450 kilomètres !

L’ensemble de l’archipel tongien se retrouva sous cette ombrelle pendant toute la journée, car l’activité explosive a maintenu un panache éruptif de 18 à 20 kilomètres de haut pendant plusieurs heures. Quelques chutes de cendres purent être observées et des vagues anormales furent aussi remarquées à certains endroits, mais d’amplitudes trop modestes pour engendrer de réels dégâts.

Le lendemain, samedi 15 janvier, l’activité s’est calmée, ce qui a permis l’acquisition d’une image satellite montrant l’ouverture de l’isthme entre les deux îles : une bonne partie de ce que la première partie de l’éruption avait construit était donc déjà détruite… Ce n’était visiblement qu’un préambule, car une nouvelle séquence explosive eut lieu en fin d’après-midi ce jour-ci, plus puissante que la veille. En effet, l’immense colonne de cendres aurait cette fois-ci atteint près de 30 kilomètres d’altitude, faisant de cette éruption une des plus violentes des vingt dernières années !

L’énergie libérée pendant cette phase éruptive fut bien supérieure aux deux phases précédentes. Pour preuve, de puissantes ondes de choc furent produites par cette activité explosive. Et si, à proximité du volcan, elles furent à l’origine de véritables détonations, elles ont été entendues jusqu’en Alaska, à plus de 8.500 kilomètres du volcan ! Ces ondes de choc firent le tour de la Terre, enregistrées par de nombreuses stations sismiques ou baromètres, en France par exemple environ quinze heures après le paroxysme !

Cette activité fut aussi à l’origine de tsunamis modestes. Sur l’île de Nuku’Alofa, à 60 kilomètres au sud du volcan, les vagues ont atteint un maximum de 1,20 mètre. Les dégâts semblent assez importants, mais aucune victime n’est pour l’instant à répertorier. Ces vagues se propagèrent dans tout l’océan Pacifique. Des évacuations eurent par exemple lieu aux Îles Fidji. Les vagues touchèrent aussi les côtes japonaises, californiennes, péruviennes et des dégâts pourraient être bientôt rapportés.

Le relief du volcan modifié
Si l’activité semble avoir rapidement déclinée après cette phase très intense, des images radar prises le lendemain, dimanche 16 janvier, ont permis de mettre en évidence des changements importants. L’isthme reliant les deux îles du volcan a non seulement totalement disparu, ce qui implique qu’il n’y a plus de traces des éruptions de 2014-2015 et de décembre 2021, mais ces deux îles ont aussi été partiellement détruites par cette activité très intense : il n’en reste presque plus rien !

Pourtant, ces îles ont résisté à l’érosion marine pendant de nombreuses années. Alors, comment cette activité volcanique a pu les affecter à ce point ? De même, quel est le mécanisme à l’origine des tsunamis ? Il sera raisonnable d’attendre des études, sur la bathymétrie notamment, pour comprendre à quel point l’édifice fut affecté par cette éruption. Mais une hypothèse vraisemblable permettant de répondre à ces deux questions est d’imaginer qu’un effondrement sous-marin au niveau du sommet du volcan ait eu lieu, en lien avec l’éruption, ce qui aurait formé un cratère immergé et donc non visible à l’heure actuelle.

Par ailleurs, cette activité a aussi eu un impact sur certaines îles de l’archipel tongien. Tau et Nuku était de petits îlots entourés d’une barrière corallienne à 65 kilomètres à l’est du volcan, mais les nouvelles images satellite montrent qu’elles ont été totalement balayées par ces tsunamis !

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcan-eruption-explosive-iles-tonga-tsunami-il-passe-96124/