C’est le destin qui attend le Soleil et bien d’autres étoiles qui lui ressemblent : devenir une naine blanche. Mais qu’est-ce que c’est, exactement ?

Un jour, le Soleil va mourir. Pas tout de suite : il lui reste encore 5 milliards d’années à prospérer. Quand l’étoile n’aura plus assez d’hydrogène, qui lui sert de carburant, elle se changera en une géante rouge, si grande qu’elle engloutira les planètes Mercure, Vénus et probablement la Terre. Puis, à la fin de sa vie, il deviendra un astre très dense : une naine blanche.

Le Soleil ne peut pas devenir un trou noir, contrairement à d’autres étoiles. Il n’est tout simplement pas assez massif pour cela. L’évolution des étoiles, à la fin de leur vie, dépend de leur masse de départ : les plus massives deviennent des trous noirs ou des étoiles à neutrons, tandis que les moins massives (avec des masses n’excédant pas 8 fois celle du Soleil) terminent leur vie en naine blanche.

La masse du Soleil, rassemblée dans la taille de la Terre
Ces objets sont qualifiés de blancs, car ils sont très chauds, et portent le nom de « naine », car le rayon de l’étoile est réduit. « Une naine blanche typique est à peu près aussi massive que le Soleil, mais à peine plus grande que la Terre [ndlr : les naines blanches ont un diamètre d’environ 10 000 kilomètres], explique la Nasa sur le site du Goddard Space Flight Center. Cela fait des naines blanches l’une des formes de matière les plus denses, dépassée uniquement par les étoiles à neutrons et les trous noirs. »

Les naines blanches étant très petites, elles sont difficiles à détecter pour les astronomes. Un bon moyen d’en trouver est de chercher parmi les étoiles qui ont un mouvement inexpliqué. Cela veut dire qu’elles sont peut-être dans un système binaire, avec un compagnon. C’est par exemple ce qui s’est passé avec Sirius. Le mouvement de l’étoile a intrigué les astronomes au 19e siècle, comme si elle était en orbite autour d’un autre objet invisible. On a ensuite compris qu’il s’agit en fait de deux étoiles, une étoile blanche (Sirius A) et une naine blanche (Sirius B), qui mettent 50 ans à tourner l’une autour de l’autre.

Le télescope Hubble est d’une grande aide pour repérer des naines blanches. Il en a ainsi trouvé plus de 70 en 1995, alors qu’il regardait vers un amas globulaire, M4, dans la constellation du Scorpion. Comme l’explique la Nasa, certaines de ces naines blanches étaient aussi lumineuses qu’une ampoule de 100 watts qui aurait été placée à la distance de la Lune… Également, les scientifiques peuvent se servir des rayons X émis par l’intérieur des naines blanches pour les étudier.

Source : https://www.numerama.com/sciences/842367-quest-ce-quune-naine-blanche.html