Les exoplanètes de Trappist-1 sont déjà des cibles pour le télescope spatial James-Webb qui pourrait donner de précieux renseignements dans un avenir proche sur certaines d’entre elles possédant peut-être une atmosphère avec des formes de vie. Mais, déjà cette année, il est prévu d’envoyer un message en direction de ces mondes, au-cas où ils posséderaient également une civilisation technologiquement avancée.

En 1962, l’Humanité lançait Telstar 1, le premier satellite de télécommunications, réalisant la première retransmission télévisée en direct en mondovision. Parmi les premières stations de télécommunications au sol exploitant ce genre de satellite, il y a eu celle de Goonhilly Satellite Earth Station, un grand site de radiocommunication situé à Goonhilly Downs, près de Helston, sur la péninsule de Lizard à Cornwall, en Angleterre.

Le 4 octobre 2022, il permettra à nouveau de faire une grande première en permettant aux membres de la collaboration Meti (Messaging Extraterrestrial Intelligence) d’envoyer une série de messages radio à destination d’une éventuelle civilisation technologiquement avancée qui existerait sur l’une des exoplanètes que l’on pense potentiellement habitables autour de la naine rouge Trappis-1, à 39 années-lumière du Soleil environ.

La collaboration Meti est une organisation fondée par Douglas Vakoch, diplômé en psychologie et histoire des sciences, et qui suit en partie certains des chemins du programme Seti, de Carl Sagan : son but est de sensibiliser le grand public à la recherche de civilisations extraterrestres en concevant et en envoyant des messages à leur destination. Basée à San Fransisco, l’organisation Meti contribue aussi au programme de l’Optical Seti. Il s’agit dans ce cas en particulier de détecter des impulsions laser ayant incontestablement des caractéristiques de technosignatures — on sait qu’il existe des cousins des lasers, des masers, qui sont naturels.

Ce n’est pas la première fois qu’un message radio à destination d’extraterrestres, au moins aussi technologiquement avancés que nous, est lancé par la noosphère vers les étoiles et le Meti n’en est pas à son premier coup non plus comme Futura l’expliquait dans le précédent article ci-dessous.

Cette fois-ci donc la cible, ce sont les trois exoplanètes que l’on pense être dans la zone d’habitabilité autour de la naine rouge de Trappist-1. Toutefois, il ne suffit pas d’être dans cette zone pour que de l’eau liquide et de la vie existent sur ces planètes que l’on pense également telluriques.

La station de Goonhilly commencera par envoyer une série d’impulsions ayant des caractéristiques prouvant qu’elles ne sont pas d’origine naturelle. Suivront des impulsions établissant un système de comptage et ensuite, le tableau de Mendeleev des éléments chimiques et une description codée des atomes. La fin du signal envoyé sera constituée de morceaux de musique dont Ode 1. Ode to the Herald of God. A Beauty of the Earth du compositeur russe, de musiques électroniques et de musiques de films comme celles des films d’Andreï Tarkovski (Solaris, en 1972 et Stalker, en 1979) et d’Eduard Artemyev.

Il y aura aussi des morceaux de DJ et de musiciens se produisant au festival Stihia à Muynak, en Ouzbékistan, qui a pour but de souligner l’impact environnemental du rétrécissement de la mer d’Aral.

Il faudrait bien sûr attendre environ 80 ans une éventuelle réponse si la vitesse de la lumière est bien la vitesse limite des télécomunications et des voyages interstellaires, ce qui ne doit pas beaucoup gêner des super IA. On peut aussi douter de la présence d’E.T aussi proche du Système solaire mais, si tel est le cas, un message en retour nous donnerait la preuve que la Voie lactée et le cosmos observable sont remplis de vie, ce qui serait, bien sûr, du point de vue philosophique une information du plus haut intérêt.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/exoplanetes-terre-va-envoyer-message-extraterrestres-systeme-planetaire-proche-42944/