Une « Super Lune des fraises » semble annoncée pour ce mardi 14 juin 2022. Pourtant, la Lune ne sera ni « super » ni « aux fraises ». Elle sera tout simplement… pleine.

« La Lune des fraises de juin illuminera le ciel », « La pleine lune du 14 juin sera une super lune des fraises »… Le satellite naturel de la Terre est encore une fois affublé de surnoms bien étranges. La Nasa a même écrit, dans son « Guide de la pleine Lune » pour les mois de juin et de juillet 2022, que « la prochaine pleine Lune est la Super Lune des fraises ».

Toutefois, il vaut mieux ne pas s’attendre à contempler une Lune différente de d’habitude le soir du 14 juin. Aucune chance de voir sa face visible subitement couverte de ces petits végétaux rouges, ni même d’observer une Lune « super ».

Ni la première ni la dernière pleine Lune de 2022
Tout d’abord, la pleine Lune qui a bien lieu ce 14 juin 2022 n’est absolument pas la dernière de l’année. La pleine Lune a lieu tous les 29 jours environ. À la pleine Lune, la Lune est à l’opposé du Soleil : sa face visible est entièrement illuminée par l’étoile. À l’œil nu, on ne perçoit aucune différence avec les autres pleine Lune.

Ce que l’on peut dire de notable sur cette pleine Lune, en revanche, est qu’elle a lieu précisément à 13h51 ce mardi 14 juin.

Pas une Super Lune
La « Super Lune » n’est pas un terme astronomique officiel. L’expression est régulièrement utilisée pour désigner le moment où une pleine Lune coïncide à peu près avec le moment où la Lune est au plus près de la Terre. L’orbite de la Lune autour de la Terre est globalement circulaire, mais il existe une petite variation de distance. Lors du périgée, la distance à la Terre est minimale, d’approximativement 363 300 kilomètres. Lors de l’apogée, cette distance est maximale, d’environ 405 500 kilomètres. Ces changements de distance font varier le diamètre apparent de la Lune, mais cela est imperceptible à l’œil nu.

Les astronomes préfèrent parler de « périgée-syzygie » pour désigner cette situation, plutôt que de « Super Lune ». D’autant plus que l’expression de « Super Lune » provient de l’astrologie : elle a été créée par l’astrologue Richard Nolle en 1979 (qui se présente même dans sa bio sur Twitter comme le « créateur de la SuperLune »). L’astrologie consiste à interpréter symboliquement les positions et les mouvements des astres, ce qui n’est pas la même chose que l’astronomie, c’est-à-dire la science de l’observation des astres.

Le 15 juin 2022, la Lune est au périgée à 1h23, à une distance de 357 432 kilomètres de la Terre. La pleine Lune ayant lieu à 13h51 le 14 juin, il y a à peu près coïncidence des deux phénomènes. On peut envisager de parler de « périgée-syzygie », plutôt que de « super Lune ».

Pas de fraises sur la Lune
Évidemment, il ne faut pas s’imaginer que la Lune sera couverte de fraises le 14 juin (ni… aucun autre jour). La « Lune des fraises » n’existe pas pour les astronomes. Il s’agit d’un emprunt à une tradition culturelle nord-américaine : les Amérindiens utilisaient des noms symboliques pour faire référence aux différents mois lunaires (et pas uniquement pour parler de la pleine Lune).

Ces noms sont listés dans The Old Farmer’s Almanac (« L’Almanach du vieux fermier »), un périodique américain créé au 18è siècle. Le périodique précise d’ailleurs que beaucoup de ces surnoms sont des interprétations en anglais de mots qui étaient utilisés dans les langues amérindiennes. Le fait que la Nasa reprenne l’expression de « Lune des fraises » peut contribuer à créer une confusion entre la tradition culturelle et les faits scientifiques.

Pour résumer, ce mardi 14 juin la Lune sera, comme d’habitude, ni « super » ni « aux fraises ». Et c’est déjà un joli spectacle, dont vous pourrez profiter si le ciel est dégagé.

Source : https://www.numerama.com/sciences/721836-la-lune-de-ce-soir-nest-ni-super-ni-aux-fraises-cest-juste-une-pleine-lune.html