Intempéries : un agriculteur de Meslay-du-Maine a perdu 80.000 euros en quatre minutes

juin 22, 2022 0 Par Astro Photo Météo 53

Ludovic Fouquenet est agriculteur à Meslay-du-Maine, au GAEC de l’Odière. Le 20 mai dernier, des pluies intenses accompagnées d’orages frappaient le Sud-Mayenne. La grêle a également endommagé de nombreuses exploitations.

L’épisode orageux fut bref ce vendredi 20 mai 2022, mais il n’a pas été sans conséquence. Ludovic Fouquenet, qui est agriculteur à Meslay-du-Maine, se souvient parfaitement de cette journée : « Le matin, il faisait sombre et tout un coup de la grêle de la forme de balles de golf ! Il n’y avait rien à faire, après, je ne pensait pas que les dégâts allaient être aussi importants ! C’est tout le travail d’une année qui est parti en fumée en quatre minutes ! »

Bulletin météo du Jeudi 23 juin 2022

Ludovic Fouquenet a perdu 80% de ses cultures. Il produit de l’orge et du blé. Mais le producteur mayennais ne baisse pas les bras : « On a replanté 23 hectares de maïs pour essayer de compenser un peu la perte qui est estimée à peu près à 80 000 euros ».

Du maïs, le lait et la viande pour compenser les pertes
Ludovic Fouquenet et ses associés ont donc replanté du maïs pour tenter de sauver un peu leur saison. Ils peuvent aussi compter sur leur 130 vaches laitières : « Vu que les cours sont bons en viande et en lait, on va essayer de compenser. Après, on va fonctionner autrement par rapport à notre politique d’investissement. On va raisonner autrement. On va essayer de décaler un petit peu les investissements prévus. »

L’éleveur ne peut pas compter sur les aides de l’État car même si l’état de catastrophe naturelle était déclaré, ça ne changerait rien : « La grêle est assurable et tout ce qui est assurable ne passe pas dans ce protocole. Donc pour nous, ça ne change pas forcément grand chose ». Mais pas de remboursement des assurances non plus pour l’agriculteur de Meslay-du-Maine : « Les assurances sont très très chères et c’est des aléas qu’on ne voit pas souvent non plus. »

Le changement climatique va peut être obliger les agriculteurs à s’assurer contre les intempéries
80% des agriculteurs mayennais ne sont pas assurés contre les intempéries. Mais voilà, les épisodes de grêles, d’orages ou de sécheresse sont de plus en plus nombreux alors « on va y penser à s’assurer, mais plus ça va aller, plus le prix des assurances vont être exorbitants puisqu’on a de plus en plus de catastrophes naturelles. C’est la première fois qu’on a autant de dégâts. »

« On a déjà eu quelques dégâts par le vent, mais aussi conséquents avec 80 % de la récolte partie en fumée, c’est la première fois en quinze ans d’installation. On n’a pas le choix, il faut avancer. On va pas s’apitoyer sur notre sort. On n’est pas les seuls dans cette situation. On en voit tous les jours la télé en ce moment, des cas comme ça. »

Source : France bleu Mayenne