C’est un record battu par ce trou noir : il est le plus massif détecté avec une mesure précise de son spin. Et les chercheurs en ont déduit sa vitesse de rotation, qui s’avère extrêmement lente !

On en trouve au centre de chaque galaxie active, selon les scientifiques. Les trous noirs supermassifs atteignent des millions, voire des milliards de masses solaires. Leur formation demeure mystérieuse encore aujourd’hui, mais ils peuvent être caractérisés par peu de paramètres. « Chaque trou noir peut être défini par seulement deux nombres : son spin et sa masse », a déclaré Julia Sisk-Reynes de l’Institut d’astronomie (IoA) de l’université de Cambridge au Royaume-Uni, qui a dirigé une nouvelle étude publiée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astronomical Society. « Bien que cela semble assez simple, déterminer ces valeurs pour la plupart des trous noirs s’est avéré incroyablement difficile. »

Bulletin météo du mardi 05 juillet 2022

C’est ce qu’ont fait Julia et son équipe, en observant des rayons X rebondissant sur un disque d’accrétion tournoyant autour du quasar H1821+643. Ce dernier s’est révélé être un trou noir supermassif bien étrange : avec une masse comprise entre 3 et 30 milliards de masses solaires, il est l’un des plus massifs jamais découverts. Mais, chose étrange, sa vitesse de rotation est près de deux fois moindre que celles mesurées pour des trous noirs de masse similaire à celle de Sagittarius A*, celui qui siège au centre de la Voie lactée.

Des indices sur la formation des trous noirs
Un phénomène que les chercheurs n’expliquent pas complètement, mais attribuent à la formation de ce trou noir. Situé à 3,4 milliards d’années-lumière de la Terre, il pourrait s’être formé par des fusions successives de trous noirs de masse inférieure, qu’ils soient stellaires, ou intermédiaires. « La rotation modérée de cet objet ultramassif peut être un témoignage de l’histoire violente et chaotique des plus grands trous noirs de l’Univers, a déclaré le coauteur James Matthews, également de l’IoA. Cela pourrait également donner un aperçu de ce qui arrivera au trou noir supermassif de notre Galaxie dans des milliards d’années à l’avenir, lorsque la Voie lactée entrera en collision avec Andromède et d’autres galaxies. » En effet, lors d’une fusion de ce type, la rotation du trou noir résultant se trouve modifiée par les nombreux effets gravitationnels qui tordent les deux monstres en interaction.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/trou-noir-supermassif-bizarre-ce-trou-noir-geant-tourne-tres-lentement-99393/