Archives de catégorie : météo

ALERTE MÉTÉO
ORAGES LOCAUX PARFOIS FORTS CE SAMEDI AU NORD

Du samedi 4 septembre à 12:00 au samedi 4 septembre à 22:00.
SITUATION
Dans une masse d’air chaud et instable, des orages localisés peu mobiles ponctuellement forts peuvent se produire entre cet après-midi et ce soir des Pays de la Loire au sud de la Normandie et des Hauts-de-France au bassin parisien jusqu’au nord de la Champagne. Sous les orages les moins mobiles et les plus actifs, il peut tomber 20 à 40 mm en l’espace d’1 à 2 heures. Ce risque d’orages n’est pas généralisé et très localisé, mais sous les plus forts d’entre eux, des risques d’inondations ponctuels et importants ruissellements urbains peuvent survenir brutalement.

OBSERVATION
Ce samedi à 15h, l’activité orageuse se développe de manière éparse sur le nord de la France, entre l’Anjou et le Perche jusqu’en région parisienne. En Bourgogne et en Corse, des orages éclatent également. Sur l’est de la Corse, il est tombé 62,9 mm à Siata (2B) et 42 mm à Olmi (2B) en l’espace d’1 heure, provoquant d’importants ruissellements.

A 12h, l’atmosphère devient lourde des Pays de la Loire à la Champagne sous un ciel qui se charge de cumulus d’aspect menaçant. Il fait 25 °C en moyenne, mais le ressenti approche 30 sur ces régions en raison de l’humidité qui s’accumule. Quelques ondées se déclenchent entre l’ouest de la région parisienne et l’Eure.

A 09 h, quelques ondées à caractère orageux sont déjà présentes de la Normandie au bassin parisien dans une ambiance déjà très douce avec 15 à 18 °C au lever du jour.

EVOLUTION
Cet après-midi, avec l’élévation rapide de la température dans une masse d’air qui deviendra lourde et de plus en plus instable, l’activité orageuse se renforcera à partir de 16 h entre les Pays de la Loire, le bassin parisien, le sud de la Normandie et des Hauts-de-France.

Ce soir, l’activité orageuse atteindra son point culminant entre 17 et 21 h, avec des risques de fortes averses orageuses ponctuelles peu mobiles. C’est pendant cette période que l’activité électrique et pluvieuse sera la plus importante.

Après 22 heures, le risque orageux faiblira rapidement et ce communiqué spécial sera alors levé.

Liste des départements concernés
02 – Aisne
27 – Eure
28 – Eure-et-Loir
49 – Maine-et-Loire
53 – Mayenne
60 – Oise
61 – Orne
72 – Sarthe
75 – Paris
77 – Seine-et-Marne
78 – Yvelines
91 – Essonne
92 – Hauts-de-Seine
93 – Seine-Saint-Denis
94 – Val-de-Marne
95 – Val-d’Oise

Source : https://actualite.lachainemeteo.com/alerte-meteo/5940-orages-locaux-parfois-forts-ce-samedi-au-nord

États-Unis : les images impressionnantes de l’ouragan Ida

L’ouragan Ida, passé de la catégorie 4 à la catégorie 1, a fait de lourds dégâts en Louisiane dimanche

La Louisiane, largement privée d’électricité, se préparait lundi à découvrir l’étendue des dégâts provoqués par le passage de l’ouragan Ida, qui a fait au moins un mort près de La Nouvelle-Orléans et inondé de vastes régions côtières.

Déracinant les arbres, détruisant des toits ou certains bâtiments, l’ouragan a par sa violence plongé dans le noir plus d’un million de foyers dimanche soir, dont la grande ville de La Nouvelle-Orléans, selon le site spécialisé PowerOutage. US. Une personne a été tuée par la chute d’un arbre à Prairieville, près de La Nouvelle-Orléans.

Classé en catégorie 4 avec des vents de 240 km/h lorsqu’il a commencé dimanche peu avant midi (17 h 00 GMT) à directement frapper les côtes de cet État du Sud des États-Unis, l’ouragan s’est progressivement affaibli dans la nuit et a été classé lundi matin tempête tropicale par les services météorologiques américains.

À 04 h 00 locales lundi (11 h 00 en France), la tempête continuait à s’affaiblir, avec des vents à 97 km/h, au fur et à mesure de son avancée dans les terres, ont indiqué les services météo. Elle devrait désormais se diriger vers le nord puis l’est.

Les risques d’inondations se poursuivent
Les risques d’inondations se poursuivaient lundi, et des pluies torrentielles continuaient de s’abattre dans le sillage de la tempête, notamment dans les États du Mississippi et de l’Alabama.

« Nous n’avons plus d’électricité maintenant dans toute la ville ! C’est le moment de rester en sécurité à l’intérieur. Ce n’est pas le moment de sortir ! », a tweeté la maire de La Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell. Des habitants de LaPlace, près de La Nouvelle-Orléans, ont appelé à l’aide sur les réseaux sociaux en se disant piégés par l’eau qui montait et dans la commune de Jean Lafitte, l’eau a submergé les digues, a indiqué le maire Tim Kerner à WGNO, une filiale de la télévision ABC.

« Nous avons entre 75 à 200 personnes bloquées à Barataria », a-t-il dit. « Les vents sont encore trop forts, nous ne pouvons mettre à l’eau des bateaux pour les récupérer ».

« Les prochains jours seront difficiles »
Ida « sera l’un des ouragans les plus puissants à frapper la Louisiane depuis au moins les années 1850 », avait prévenu le gouverneur de l’État, John Bel Edwards. « Il n’y a aucun doute que les prochains jours et semaines seront extrêmement difficiles », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le souvenir de Katrina, qui avait touché terre le 29 août 2005, reste douloureux en Louisiane. Plus de 1 800 personnes avaient péri et les dégâts s’étaient comptés en milliards de dollars.

La Maison Blanche a annoncé dimanche que les agences fédérales avaient déployé plus de 2 000 spécialistes en intervention d’urgence, y compris des équipes de recherches, ainsi que des réserves d’eau, de nourriture et des générateurs électriques. Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques. Ils font notamment peser un risque de plus en plus important sur les communautés côtières.

Source : https://www.sudouest.fr/environnement/meteo/intemperies/etats-unis-les-images-impressionnantes-de-l-ouragan-ida-5647504.php

L’ouragan Ida touche terre à Cuba avant d’aller menacer la Louisiane

La Havane – L’ouragan Ida a touché terre vendredi soir sur la côte sud-ouest de Cuba, accompagné de vents et de fortes pluies, avant de remonter ensuite vers la Louisiane où il pourrait passer de catégorie 1 à 4 et devenir « extrêmement dangereux ».


Vers 00H30 GMT, Ida a touché le sol cubain au niveau du village de La Coloma, dans la province de Pinar del Rio (ouest), avec des vents soutenus de 130 km/h, a indiqué l’Institut de météorologie de Cuba (Insmet). Il se déplace vers le nord-ouest à une vitesse de 24 km/h.

L’ouragan avait auparavant traversé l’île de la Jeunesse, au sud de l’île principale de Cuba, mais les vents et les pluies qu’il a provoqués n’ont entraîné que des dégâts mineurs dans l’agriculture et sur des logements dont le toit a été arraché.

En touchant la province de Pinar del Rio, il a frappé l’actuel épicentre de l’épidémie de coronavirus sur l’île, dont le système sanitaire est ébranlé par une explosion de cas ces dernières semaines. Plus de 10.000 personnes ont été évacuées et l’électricité a été coupée de manière préventive.

Les images à la télévision ont montré des dizaines d’arbres tombés à terre dans la province, tandis que la mer était déchaînée.

Dans la capitale La Havane, proche de cette province, le transport public avait été suspendu par précaution dès la mi-journée et des milliers de personnes évacuées.

– 16 ans après Katrina –

De son côté, la Louisiane se préparait à affronter ensuite cet ouragan, attendu dimanche, à l’approche du 16e anniversaire de l’un des épisodes météorologiques les plus violents qu’ait connu la région: Katrina.

L’ouragan Ida pourrait alors grimper de la catégorie 1 à la catégorie 4, sur une échelle qui en compte 5, selon le dernier bulletin du Centre américain des ouragans (NHC).

Il pourrait à ce moment-là devenir « un ouragan majeur » et « extrêmement dangereux », charriant potentiellement des vents de plus de 200 km/h, a prévenu le NHC.

Joe Biden a approuvé vendredi une déclaration d’état d’urgence pour la Louisiane afin d’apporter une « assistance fédérale » aux efforts de préparation, des ordres d’évacuations volontaires et obligatoires ayant été décrétés dans certains endroits.

« Le président suivra avec attention cette situation et sera tenu informé des développements pendant le week-end », a indiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki.

« C’est un défi extrême pour notre Etat », a indiqué le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards, dans un communiqué, alors que son Etat fait actuellement face à une nouvelle flambée de Covid-19, qui met les hôpitaux à genoux.

« Il est temps pour les habitants de Louisiane de se préparer », a exhorté M. Bel Edwards, qui a précisé que d’ici samedi soir chaque habitant devait se trouver dans un abri sûr.

« Assurez-vous que vous et votre famille soient prêts à faire face à toute éventualité », a-t-il plaidé.

– Situation « grave » –

La maire de La Nouvelle-Orléans LaToya Cantrell a elle reconnu qu’il était trop tard pour procéder à des évacuations: « Nous n’appelons pas à une évacuation obligatoire parce que le temps ne joue pas en notre faveur. Nous ne voulons pas que les gens soient sur la route, et donc en plus grand danger », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

– Situation « grave » –

La maire de La Nouvelle-Orléans LaToya Cantrell a elle reconnu qu’il était trop tard pour procéder à des évacuations: « Nous n’appelons pas à une évacuation obligatoire parce que le temps ne joue pas en notre faveur. Nous ne voulons pas que les gens soient sur la route, et donc en plus grand danger », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse.

« La situation est bien plus grave qu’il y a six heures », a-t-elle dit, anticipant de potentiels dégâts.

« Nous sommes du côté est sur la trajectoire de la tempête, nous prévoyons des répercussions importantes », avait-elle tweeté un peu plus tôt.

La Louisiane, Etat du sud du pays, est fréquemment frappée par les ouragans. Et n’a pas encore totalement pansé les plaies infligées par le traumatisme de 2005, lorsque Katrina avait ravagé la Louisiane et fait plus de 1.800 morts.

Lors de cet épisode traumatique, La Nouvelle-Orléans avait été inondée à 80%, quand des digues protégeant la ville avaient cédé.

Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques. Ils font notamment peser un risque de plus en plus important aux communautés côtières victimes des phénomènes de vagues-submersions amplifiés par la montée du niveau des océans.

La semaine dernière, la tempête tropicale Henri, accompagnée de précipitations record, a touché le nord-est des Etats-Unis, un phénomène rare pour cette région où des milliers de personnes se sont retrouvées sans électricité.

Source : https://www.laprovence.com/article/france-monde/6469887/louragan-ida-touche-terre-a-cuba-avant-daller-menacer-la-louisiane.html#xtor=Nonl

Le réchauffement climatique est en train de transformer radicalement la surface des océans

Avec le réchauffement climatique et l’acidification des océans qui l’accompagne, les écosystèmes marins sont sous tension. Des chercheurs nous préviennent aujourd’hui que cela pourrait ne faire que commencer. Car nos émissions de gaz à effet de serre semblent vouloir totalement bouleverser l’équilibre de la surface des océans.

Les scientifiques définissent le climat de la surface des océans à partir de la température de l’eau, du pH et de la concentration en aragonite, un minéral composé essentiellement de carbonate de calcium (CaCO3) que les coraux et autres organismes utilisent pour former des coquillages. Et une équipe montre aujourd’hui qu’une part plus ou moins importante des climats que les surfaces des océans ont connu au XXe siècle pourrait disparaître d’ici 2100. Une part dépendant de l’évolution de nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Des climats inédits pourraient même faire leur apparition.

Les chercheurs de l’université Northeastern (États-Unis) ont modélisé pour cela les climats océaniques à l’échelle mondiale au début et à la fin du XXe siècle ainsi qu’à la fin du XXIe siècle. Le tout selon deux scénarios d’émissions de GES, l’un présentant un pic en 2050, l’autre en 2100.

Des conséquences sur les écosystèmes
Selon ces modélisations, entre 35,6 et 95 % — sous le scénario d’émissions de GES le moins favorable — des climats que les surfaces des océans ont connus au XXe siècle pourraient disparaître à la fin du XXIe siècle. Entre 10,3 et 82 % de l’océan mondial pourrait connaître un nouveau climat, avec des températures plus élevées, un pH plus acide et une concentration plus faible en aragonite.

Les chercheurs soulignent l’importance de leur découverte. En effet, certaines espèces marines suivent actuellement le rythme du changement climatique en se dispersant dans de nouveaux habitats. Mais si les climats océaniques traditionnels disparaissent, cela pourrait leur devenir tout simplement impossible. Contraignant les espèces à s’adapter très rapidement ou… à s’éteindre !

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/ocean-rechauffement-climatique-train-transformer-radicalement-surface-oceans-93205/

Incendie dans le Var : le plus gros feu de forêt de l’été en France

Un violent incendie s’est déclenché dans le Var, ce lundi 16 août 2021. Ce mardi, il progresse toujours. Des milliers d’hectares sont déjà partis en fumée. Des centaines de pompiers sont mobilisés et des milliers de personnes ont été évacuées. Des premières victimes sont à déplorer.

C’est hier, en fin d’après-midi, sur une aire de repos de l’autoroute A57 que tout a commencé. À une centaine de kilomètres au nord-est de Toulon. De quoi laisser croire à « une origine humaine ». Selon les pompiers, ce matin, le feu de forêt qui ravage le Var a détruit au moins 3.500 hectares de forêt et de garrigue dans le massif des Maures. Selon la préfecture, ce sont même déjà quelque 5.000 hectares qui sont partis en fumée. Après la Grèce, l’Italie, l’Algérie, l’Espagne, l’Israël et le Maroc, c’est donc au tour de la France d’être touchée par un violent feu de forêt. Le plus important de cet été sur notre territoire. Certains soldats du feu évoquent même « un incendie impressionnant ».

Des avions bombardiers d’eau et plusieurs centaines de pompiers sont mobilisés. Mais à 9 heures ce mardi matin, le feu était « toujours actif ». Car les conditions météorologiques sont défavorables. Des températures élevées — même si l’alerte canicule a enfin été levée — et un violent mistral qui pousse l’incendie à pas moins de 4 km/h — alors que la vitesse classique de progression d’un feu de forêt dans la région ne dépasse guère 1 km/h.

Un feu toujours pas fixé
L’accès aux 25 massifs forestiers des Bouches-du-Rhône et aux massifs des Monts toulonnais a été interdit au public. Car d’autres départs de feu ont été signalés dans la journée d’hier. Des campings et des milliers de personnes ont été évacués. Des centaines d’habitations ont été touchées. Au moins 19 personnes ont été intoxiquées et 3 ont été légèrement blessées. C’est un « bilan très provisoire », a souligné le préfet du Var dans la presse. Alors que certains craignent de graves conséquences pour la biodiversité, la réserve naturelle de la plaine des Maures — l’un des derniers refuges de la tortue d’Hermann — ayant été détruite pour moitié.

Il est conseillé à la population de ne pas s’approcher du feu — pour prendre photos et autres vidéos — et de rester à l’abri dans des maisons fermées pour éviter toute exposition aux fumées toxiques. Aux évacués, de ne surtout pas tenter de regagner leur domicile ou leur lieu de vacances. La préfecture demande également de ne pas encombrer les voies de circulation, notamment autour du golfe de Saint-Tropez, afin de faciliter le travail des services de secours.

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/environnement-incendie-var-plus-gros-feu-foret-ete-france-93023/

Réchauffement climatique : le monde qui nous attend si rien ne change, selon le Giec

Inondations d’un côté, canicule et incendies de l’autre, les nouvelles mondiales n’annoncent pas que du bon ces dernières années. La situation semble presque s’empirer… Le tout nouveau rapport alarmant du Giec, sorti le 9 août, fait le point sur l’état du réchauffement climatique. Il décrit également à quoi pourraient ressembler les conditions climatiques futures sur notre Planète.

D’après le dernier rapport du Giec, tous les scénarios mènent inévitablement à la même conclusion : la température planétaire globale continuera d’augmenter jusqu’au moins la moitié de ce siècle. Le verdict est tranchant et sans appel : si l’humanité ne coupe pas considérablement ses émissions de CO2 et de gaz à effet de serre dans les années à venir, le réchauffement climatique dépassera la barre des +2 ºC au cours du XXIe siècle.

Changements pour les températures et les précipitations
Au fur et à mesure que la Terre se réchauffe, les variations climatiques planétaires augmentent en nombre et en intensité. Les figures du rapport montrent des projections pour le futur.

Ces cartes représentent les changements de température dans trois scénarios différents, à des réchauffements de +1,5 ºC, +2 ºC, et +4 ºC à la surface de la planète sur 20 ans par rapport à 1850-1900. Les surfaces terrestres et les pôles chaufferont plus que les océans et les zones équatoriales. En effet, l’Arctique monte en température deux fois plus vite que la moyenne globale. Peu de fraîcheur est attendue au menu des années à venir, qui réservent des vagues de chaleur de plus en plus intenses et fréquentes.

Les précipitations ne prévoient pas de varier dans le même sens partout : elles projettent d’augmenter à haute latitude, dans le Pacifique au niveau équatorial et dans certaines zones de mousson, mettant ces endroits à un risque plus élevé d’inondation. D’un autre côté, au niveau tropical et subtropical, les scientifiques estiment que les pluies diminueront. Cela amènera des sécheresses, d’autant plus accentuées par les températures plus chaudes sur Terre.

À noter également que le cycle de l’eau et sa variabilité vont s’intensifier. La Terre risque de subir plus d’épisodes très humides et très secs, accentuant les sécheresses et les inondations. Ces dernières risquent de causer d’importants dégâts du sud jusqu’à l’est de l’Asie, et en Afrique de l’Ouest, à cause des précipitations de la mousson. Des évènements climatiques extrêmes tels que des cyclones tropicaux menaceront aussi certains pays.

Une atmosphère chargée en dioxyde de carbone
Le graphique se base sur cinq scénarios futurs possibles, en fonction de l’intensité des émissions de gaz à effet de serre (de gauche à droite se trouvent les plus faibles jusqu’aux plus importants). Avec le réchauffement climatique, le CO2 s’accumulera davantage dans l’atmosphère car les puits de carbone océanique et terrestre seront moins efficaces.

Des conséquences inévitables
D’après les auteurs du rapport, plusieurs des conséquences du réchauffement sont irréversibles pour des siècles ou même des millénaires. Parmi les victimes, les océans, qui continueront à subir une acidification, une désoxygénation et une variation globale de température. Les zones de neige et de glace peuvent difficilement être sauvées. Les glaciers continueront inévitablement de fondre durant des dizaines ou des centaines d’années, le permafrost et les calottes glaciaires également. Les eaux continueront leur montée et l’Homme, comment agira-t-‘il ?

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/giec-rechauffement-climatique-monde-nous-attend-si-rien-ne-change-selon-giec-92939/

Rapport du Giec : le cœur sur les mots

Le premier volet du 6e rapport du Giec est sorti ce lundi 9 août. Il assoit une fois de plus la situation dramatique dans laquelle l’humanité se trouve, regardant (trop) passivement le mercure s’élever… La détresse s’emparant d’une partie de la population devant l’indifférence des autres.

Cette année, je vais avoir 24 ans. Je suis née entre le 2e et le 3e rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Jeune journaliste, me voici face au premier volet du 6e rapport du Giec, publié lundi 9 août. Celui-ci, préparé par 233 auteurs de 65 pays, porte sur les bases physiques du changement climatique.

Sans tergiverser, il assoit que l’intégralité du réchauffement climatique est due aux activités humaines. Un réchauffement qui s’accélère et conduira à des catastrophes sans précédent, certains changements étant d’ores et déjà irréversibles. Nous allons devoir nous habituer à des températures extrêmes plus fréquentes, aux incendies et aux sécheresses qui les accompagnent, à leurs effets sur les rendements agricoles et sur la faim dans le monde… Madagascar étant le premier pays à subir une famine pour cause de réchauffement climatique, en ce moment même. Et ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres.

Aujourd’hui, comme des millions de personnes, mon cœur se serre. Je peine à contenir mon angoisse. Nous sommes une multitude à avoir adapté notre mode de vie. À nous engager, chacun à notre façon. À faire des efforts. Des sacrifices. Et à observer, désemparés, ceux qui se murent dans l’indifférence.

Parce qu’il n’est pas trop tard.

Psychologie de l’inertie
« La stabilité du climat est un bien commun pour chaque être humain, mais il y a un dilemme entre l’intérêt individuel à consommer plus et l’intérêt collectif à se restreindre, souligne Aurore Grandin, spécialiste de l’apport de la psychologie dans la lutte contre le changement climatique. Les personnes ayant de l’influence et les moyens économiques de maintenir un mode de vie plus émetteur vont continuer à le faire tant qu’il n’y aura pas de structure pour les restreindre. Ce ne sont pas forcément des personnes cyniques… Psychologiquement, plein de biais, comme le déni, entrent en jeu. »

Le climat s’est réchauffé d’environ 1,1 °C depuis l’ère préindustrielle. Il est improbable que nous n’atteignons pas le fameux 1,5 °C, et ce, entre l’année prochaine et 2040. Les 2 °C ? D’ici le milieu du siècle, si nos émissions de gaz à effet de serre stagnent. Mais les experts du Giec rappellent que tout n’est pas perdu : des mesures rapides et drastiques permettraient de limiter, largement, les dégâts.

Propulsé par HelloAsso

« L’inertie impacte les comportements humains, on rejette le changement. Les décideurs, comme n’importe qui, vont plus dans le sens du statut quo. Pour eux, cela reste encore profitable politiquement de ne pas changer leurs décisions. » Les mots d’Aurore Grandin résonnent. Nous sommes notre meilleur ennemi. Nous avons domestiqué le loup, dompté l’électricité, érigé des villes gigantesques, mis le pied dans l’espace, découvert, innové, contrôlé, mais nous ne parvenons pas à maîtriser notre propre stupidité. Quelle ironie…

« Théoriquement, les décideurs peuvent être ciblés par des interventions visant à ce qu’ils s’engagent plus dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais, dans la pratique, ils sont plus difficiles à atteindre, car ce sont eux aux manettes. Ce n’est pas qu’ils sont moins susceptibles d’être influencés, c’est juste que ce sont les personnes qui ont le pouvoir d’agir, qui commandent et créent des interventions pour influencer les autres… Si les personnes qui votent considèrent que l’écologie est une priorité, les décideurs vont s’adapter. »

En quelques phrases, cette chercheuse en sciences cognitives a fait changer le pouvoir de mains. Mon propre cynisme est amadoué, bien que j’ai peur des prochaines années. Peur de voir les espèces s’éteindre les unes après les autres, les humains souffrir, chez moi, ailleurs, peur de l’ampleur que prendront les catastrophes naturelles… Peur d’avoir un enfant. Et si… ? …Peut-être que je n’aurai pas à voir tout cela, si nous réagissons à ce 6e rapport avec l’envergure qu’il exige, et qu’elle s’appellera Adèle.

Échéances
En mars 2020, le monde a dû brutalement s’adapter. Tant bien que mal, avec des ratés et des approximations, mais il l’a fait. Nous l’avons fait. La plupart d’entre nous sommes capables de beaucoup de choses pour protéger nos proches et ces inconnus auxquels nous tenons malgré tout.

Le nœud au ventre, comme des millions de personnes, j’y crois encore
En février 2022, le second volet sur les impacts du changement climatique, l’adaptation et la vulnérabilité sortira. En mars 2022, un troisième volet évaluera l’atténuation du changement climatique. Peu après, les trois volets du 6e rapport du Giec seront synthétisés en un seul document. Ce 6e rapport sera-t-il (enfin) celui dont nous avions besoin pour faire le nécessaire ? Le nœud au ventre, comme des millions de personnes, j’y crois encore.

Source : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rapport-giec-coeur-mots-92920/

Depuis l’ISS, Thomas Pesquet partage des clichés des incendies qui ravagent la Turquie

Si notre planète nous offre parfois de superbes panoramas depuis l’espace, certaines photos font mal au cœur. C’est notamment le cas de celle qui a été capturée par Thomas Pesquet le 4 août dernier.

Depuis son retour à bord de la Station Spatiale Internationale le 23 avril 2021, l’astronaute français partage son aventure avec les internautes. En effet, que ce soit sur Twitter ou Instagram , Thomas Pesquet nous gratifie de somptueux clichés pris depuis l’ISS. En plus d’en mettre plein les yeux, ces photos peuvent aussi éveiller les consciences.

Un superbe spectacle de l’enfer sur Terre
Actuellement, la Turquie est ravagée par des incendies d’une violence historique pour ce pays. Des centaines d’hectares sont partis en fumée et des habitants ont également dû être évacués. Le spectacle sur place est effroyable et il est tout aussi saisissant depuis l’espace. Cette photo capturée par Thomas Pesquet le montre tristement. Nous pouvons y apercevoir la fumée qui s’étend en direction de la Méditerranée.

L’astronaute explique que ces phénomènes extrêmes sont causés par le réchauffement climatique et qu’ils se multiplient au fil des années. En juillet dernier, Thomas Pesquet avait déjà partagé l’image de l’ouragan Elsa dans les Caraïbes. Des catastrophes naturelles dramatiques…

Source : https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-380196-depuis-l-iss-thomas-pesquet-partage-des-cliches-des-incendies-qui-ravagent-la-turquie.html

BOLIVIE : UNE TORNADE DE POUSSIÈRE TRAVERSE UN TERRAIN DE FOOTBALL (VIDÉO)

Alors qu’une finale d’un tournoi local devait débuter le 19 juillet dernier dans la commune d’Achocalla en Bolivie, une tornade de poussière s’est incrustée sur le terrain.

Selon les amateurs de phénomènes météorologiques, c’est un «Dust Devil», un diable de poussière, qui s’est précisément incrusté sur le terrain de football, alors que les deux formations allaient démarrer leur rencontre.

Propulsé par HelloAsso

L’incident n’a fait aucun blessé. Cette tornade a tout propulsé sur son passage, peut-on voir sur une vidéo amateur d’un supporter présent dans les gradins.

Une fois la tornade passée, les deux équipes ont pu démarrer la rencontre.

Source : https://www.cnews.fr/insolite/2021-07-29/bolivie-une-tornade-de-poussiere-traverse-un-terrain-de-football-video-1110810

Une impressionnante tornade de moustiques filmée en Russie par un villageois

Un phénomène de « tornade » de moustiques a eu lieu à Ust-Kamchatsk, en Russie, samedi 17 juillet. La saison estivale représente la période de reproduction de ces insectes, qui se sont déployés par milliers dans le ciel. Une vidéo a été réalisée et elle montre l’ampleur de cette scène.

Des tornades de moustiques ont été observées à Ust-Kamchatsk, un village situé à l’est de la Russie, samedi 17 juillet. Ce phénomène impressionnant se reproduit chaque année pendant la saison estivale. Des milliers d’insectes volent alors ensemble dans le ciel dans le but de trouver un partenaire pour s’accoupler, rapporte le Huffington Post.

Des « essaims » ont été filmés par des personnes qui ont été témoins de la scène. « J’ai conduit à travers le nuage […] sur plusieurs centaines de mètres. Je pouvais à peine voir la route. Je n’osais même pas ouvrir les fenêtres de la voiture », a notamment expliqué un habitant dont les propos sont relayés par le média.

Les mâles n’attaquent pas les humains
Ce phénomène serait tout à fait normal pour la période, comme l’a expliqué une entomologiste russe. « Il s’agit de moustiques mâles qui s’agitent autour d’une ou plusieurs femelles pour s’accoupler », a-t-elle relaté.

Ces moustiques mâles qui se sont regroupés pour l’accouplement n’attaquent d’ailleurs pas les humains.

Source : https://www.ouest-france.fr/europe/russie/russie-une-impressionnante-tornade-de-moustiques-a-ete-filme-par-un-villageois-7356813