Archives de catégorie : météo

Des inondations dans le nord de la France, la Seine-Maritime et l’Île-de-France touchées

Un épisode orageux bref mais dispersé a frappé plusieurs départements en France, provoquant des torrents d’eau dans les rues.

Plusieurs inondations ont été constatées ce mercredi 2 juin dans la moitié nord de la France, notamment en Seine-Maritime et en Île-de-France. Elles font suite à un épisode orageux bref mais intense, comme avait prévenu notre partenaire La Chaîne météo*. Sur les réseaux sociaux, les images de torrents d’eau dévalant dans les rues se sont multipliées.

À Thieux notamment, en Seine-et-Marne, les riverains ont les pieds dans l’eau. Entre 25 et 30 mm de pluie est tombé en moins d’une heure, selon Météo France. En cause, des orages violents ayant persisté 20 à 30 minutes en fin d’après-midi. L’épisode, très bref et localisé, a touché l’Yonne, la Normandie, l’Île-de-France et la Picardie. En Seine-Maritime, la ville de Darnétal, près de Rouen, connaît également des inondations, comme le rapportent nos confrères d’Actu76. Certains commerces ont été infiltrés par l’eau.

Interrogés par BFMTV, les sapeurs-pompiers de Seine-et-Marne appellent tous les habitants touchés par les inondations à ne pas sortir de chez eux et à appeler les secours. Ironie du sort, les numéros d’urgence connaissent un «dysfonctionnement» généralisé dans toute la France.

L’épisode météorologique de ce jour risque en sus de se répéter dès jeudi. Selon La Chaîne Météo, des averses à caractère orageux sont possibles dès le matin entre la Vendée et l’est de la Bretagne. Elles se décaleront l’après-midi vers la Normandie, l’Île-de-France, les Hauts-de-France, la Champagne-Ardenne et le nord de la Bourgogne.

Source : https://www.lefigaro.fr/actualite-france/des-inondations-dans-le-nord-de-la-france-la-seine-maritime-et-l-ile-de-france-touchees-20210602

Tempête Ana : la saison des ouragans est ouverte

Avant une dizaine de jours d’avance, la saison cyclonique s’ouvre en Atlantique nord avec la naissance d’une tempête subtropicale.

Il ne menace aucune terre. Le premier système cyclonique de l’année est né avec un peu d’avance sur le calendrier. Il s’agit en réalité d’une tempête subtropicale, actuellement observée dans l’Atlantique au nord-est des Bermudes. Elle va dans les prochaines heures rapidement perdre en intensité. Ses vents restent pour le moment modérés, avec des rafales n’excédant pas les 100 km/h. Le vent moyen atteint les 65 km/h d’après les dernières projections.


La saison des ouragans en Atlantique nord, qui s’ouvre selon un calendrier officiel le 1er juin de chaque année, s’annonce plus importante que la moyenne d’après les prévisions du NHC, le National Hurricane Center américain en charge de la surveillance de ces systèmes. Entre 13 et 20 ouragans sont attendus dans la zone, dont 3 à 5 potentiellement destructeurs si ils venaient à toucher des terres.

Source : https://www.lejournaldelameteo.fr/post/temp%C3%AAte-ana-la-saison-des-ouragans-est-ouverte

Météo week-end et lundi de Pentecôte : profitez des périodes d’accalmies et des éclaircies !

Si le temps sera encore fréquemment automnal, vous bénéficierez néanmoins de périodes d’accalmies plus ou moins durables avec de belles éclaircies. Il est vrai que vous pouviez attendre mieux pour un mois de mai, mais dans le contexte météorologique actuel ces périodes moins défavorables doivent vous inciter à en profiter.

Même si ce week-end restera globalement automnal, surtout sur le Nord samedi et dimanche, vous pourrez profiter de quelques périodes d’accalmies. Guettez-les !

Samedi, le temps tournera rapidement aux averses et parfois aux fortes rafales au nord de la Loire. Faibles dans un premier temps, elles se renforceront en cours d’après-midi et seront accompagnées localement d’orages. Le vent de sud-ouest parfois soutenu apportera un ressenti frais sous les nuages et les précipitations, alors que sous les quelques éclaircies le ressenti sera moins désagréable. C’est en direction de l’Auvergne, des Alpes du Nord et du Sud-Ouest à la vallée du Rhône que vous profiterez d’un temps majoritairement printanier, avant les averses de la fin d’après-midi.

Source : La chaîne météo

Dimanche, le contraste du temps entre le Nord et le Sud se maintiendra. Des nuances s’observeront néanmoins au nord de la Loire. Ainsi, profitez de l’après-midi assez agréable et douce si vous êtes au sud d’une diagonale Vendée/Lorraine. A l’opposé, si vous avez choisi les côtes de la Manche ou plus généralement le nord-ouest gardez votre parapluie avec vous car même si le soleil perce, vous ne serez pas à l’abri d’une bonne averse. Couvrez-vous également car la fraîcheur sera parfois sensible.

Le lundi de Pentecôte devrait s’avérer à nouveau plus dégradé à l’échelle nationale avec une perturbation qui s’enfoncera des Pays de la Loire au nord-est et des averses orageuses qui pourraient remonter de Méditerranée. Les régions les plus favorisées seraient les régions centrales et surtout la Bretagne qui retrouveraient de belles éclaircies mais un temps frais.

Source : https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2021-05-21/meteo-week-end-et-lundi-de-pentecote-profitez-des-periodes-d-accalmies-et-des-eclaircies-59458

Le plus gros iceberg du monde s’est détaché de l’Antarctique

Au pôle Sud, un bloc de glace de 4 320 km2 s’est détaché de la banquise et flotte désormais dans la mer de Weddell.

Un bloc de glace géant à la dérive. Un iceberg d’une taille équivalente à la moitié de celle de la Corse, le plus gros au monde, s’est détaché de la banquise de Ronne en Antarctique, selon des images d’un satellite du programme européen Copernicus, a annoncé l’Agence spatiale européenne.

L’iceberg, baptisé A-76, fait environ 170 km de long sur 25 km de large, pour une surface totale de 4 320 km2. Il s’est détaché dans la mer de Weddell, selon un communiqué de l’agence diffusé ce mercredi 20 mai. Il a été repéré initialement par le British Antarctic Survey (BAS), un organisme de recherches britannique sur les zones polaires qui a une base non loin.

Le A-23A passe deuxième
Le précédent plus gros iceberg était le A-23A, d’une surface de 3 380 km2, dérivant dans la mer de Weddell, selon l’ESA.

Les images de l’énorme bloc de glace A-76 ont été prises par le satellite Sentinel-1 dans le cadre du programme européen d’observation de la Terre Copernicus.

Selon le Centre national américain sur les glaces, cet iceberg A-76 avait commencé à se séparer le 13 mai de la barrière de Ronne.

La station polaire britannique située sur la banquise de Brunt, toujours sur la mer de Weddell, avait déjà été témoin, en février, de la rupture d’un iceberg de 1 270 km2.

Cette image distribuée par l’Agence spatiale européenne (ESA) le 20 mai 2021 montre une vue capturée par la mission Copernicus Sentinel-1 de l’iceberg A-76 au large de la banquise de Ronne, dans la mer de Weddell, en Antarctique, prise le 9 mars 2021. (HANDOUT / AFP)

En novembre 2020, un autre iceberg géant, qui avait été en son temps le plus grand du monde en 2017, s’était dangereusement approché d’une île reculée de l’Atlantique Sud, menaçant des colonies de manchots et de phoques, finalement sans conséquence désastreuse.

Un réchauffement plus rapide dans l’Antarctique
Cet iceberg, appelé A68, s’était séparé d’une gigantesque plateforme de glace, nommée Larsen C, la privant de 12 % de sa superficie et la rendant ainsi plus instable. D’autres parties de cette barrière de Larsen, à la pointe de la péninsule antarctique, s’étaient désintégrées en quelques semaines en 1995 et en 2002.

La planète s’est réchauffée de plus de 1 °C depuis l’ère préindustrielle en raison de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre provoquées par les activités humaines. Mais l’Antarctique s’est réchauffé deux fois plus vite.

La formation des icebergs est un processus naturel que le réchauffement de l’air et des océans contribue cependant à accélérer, selon les scientifiques.

Les icebergs sont traditionnellement baptisés par une lettre correspondant à la partie de l’Antarctique où ils sont originellement détectés, suivie d’un numéro.

Source : https://www.nouvelobs.com/planete/20210520.OBS44241/le-plus-gros-iceberg-du-monde-s-est-detache-de-l-antarctique.html

L’Inde menacée par le cyclone Tauktae, en plein regain de l’épidémie de Covid-19

La tempête cyclonique est attendue dans l’Etat du Gujarat lundi soir. Les autorités indiennes prévoient des vents de 155 km/h à 165 km/h avec des rafales pouvant atteindre 185 km/h.

Toujours en pleine lutte contre l’épidémie de Covid-19, l’Inde attendait avec inquiétude le passage du cyclone Tauktae lundi 17 mai, accompagné de vents très forts et potentiellement destructeurs. Au moins six personnes sont mortes ce week-end dans les Etats du Karnataka et de Goa en raison de pluies et de vents torrentiels lorsque Tauktae, la plus grosse tempête à frapper l’ouest de l’Inde depuis trente ans, selon les médias locaux, a traversé la mer d’Oman avec l’Etat du Gujarat en ligne de mire.

La « tempête cyclonique extrêmement sévère » devrait toucher terre lundi entre 20 heures et 23 heures locales (16 h 30 et 19 h 30, à Paris) accompagnée de vents de 155km/h à 165 km/h avec des rafales pouvant atteindre 185 km/heure, a prévenu le département météorologique indien.

Des milliers de secouristes ont été mobilisés pour affronter la première grosse tempête tropicale de la saison et des unités des garde-côtes, de la marine, de l’armée de terre et de l’armée de l’air ont été placées en état d’alerte.

L’inquiétude est d’autant plus grande que Tauktae s’apprête à frapper à l’heure où l’Inde affronte une deuxième vague épidémique d’une grande violence, qui fait chaque jour plus de 4 000 morts. Les hôpitaux sont saturés, les personnels soignants à bout de force, l’oxygène et les médicaments manquent.

Bombay, capitale de l’Etat du Maharashtra, est déjà inondée. Les autorités ont fermé lundi l’aéroport pendant plusieurs heures et demandé à la population de rester à l’abri après avoir dû, dimanche, évacuer 580 malades du Covid-19 « vers des lieux plus sûrs » depuis trois hôpitaux de campagne.

Avant même le passage du cyclone, les fortes pluies ont inondé les rues de Bombay, lundi 17 mai. INDRANIL MUKHERJEE / AFP

Nombreuses évacuations
Dans le Gujarat, plus de 100 000 personnes ont été évacuées dans 17 districts durant la nuit de dimanche à lundi et tous les malades du Covid-19 soignés dans les hôpitaux situés à 5 kilomètres de la côte ont également été déplacés. Les autorités de cette région s’efforcent d’éviter toute coupure d’électricité dans les quelque 400 hôpitaux et 41 usines d’oxygène des 12 districts côtiers où le cyclone devrait frapper le plus fort.

« Pour être certains que les hôpitaux traitant le Covid ne sont pas confrontés à des coupures de courant, 1 383 générateurs ont été installés », a déclaré un haut fonctionnaire local, Pankaj Kumar. Trente-cinq « couloirs verts » ont également été aménagés pour permettre l’approvisionnement en oxygène des hôpitaux Covid, a-t-il ajouté.

L’Etat du Gujarat, qui a officiellement enregistré 9 000 morts à cause du Covid-19 – un bilan probablement sous-évalué comme partout dans le pays, selon les experts – a également suspendu la campagne de vaccination durant deux jours. Bombay a fait de même pour une journée.

L’Inde, qui compte 1,3 milliard d’habitants, a recensé lundi 4 100 morts et près de 280 000 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières vingt-quatre heures, portant le bilan total depuis le début de la pandémie à près de 25 millions de cas – un doublement depuis le 1er avril – et plus de 250 000 morts.

Source : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/17/l-inde-menacee-par-le-cyclone-tauktae-en-plein-regain-de-l-epidemie-de-covid-19_6080455_3244.html

Grêle et fortes rafales : vigilance orange aux orages dans un large quart Sud-Ouest de la France

Un « épisode orageux localement violent » touche ce dimanche 9 mai le Sud-Ouest du pays, prévient Météo France. Dix-huit départements sont concernés au total

L’embellie aura été de courte durée. Après un samedi estival, Météo France a placé ce dimanche dix-huit départements français, dont seize dans le Sud-Ouest, en vigilance orange aux orages. Les Pyrénées-Atlantiques, les Landes, la Gironde, la Charente-Maritime, les Hautes-Pyrénées, le Gers, le Lot-et-Garonne, la Dordogne, la Haute-Vienne, la Haute-Garonne, le Tarn-et-Garonne, le Lot, la Corrèze, la Vienne, les Deux-Sèvres et la Charente sont concernés par cette alerte, qui prévoit, à partir de 13 heures, jusqu’à 10 heures lundi, de la grêle et des vents violents, avec des rafales jusqu’à 120 km/h.
Hors Sud-Ouest, deux départements sont également en alerte orange, la Loire et la Haute-Loire, et 63 autres sont en vigilance jaune, soit la quasi-totalité du reste du pays, à l’exception de la Bretagne, de l’Alsace et des Alpes.

Violentes rafales

Météo France évoque notamment un « épisode pluvio-orageux nécessitant une vigilance particulière dans la mesure où il existe un fort risque de phénomènes violents ». Selon le prévisionniste, des orages vont se développer en début d’après-midi ce dimanche, sur le sud-ouest de la Nouvelle-Aquitaine, sur le Gers et les Hautes-Pyrénées avant de progresser vers le nord et l’est, notamment vers le Tarn-et-Garonne et le Lot, le Limousin. Ils toucheront le reste de la région Midi-Pyrénées voire le Poitou en soirée.
Une « nette dégradation » de la situation est attendue en fin d’après-midi avec « des orages forts » qui progresseront rapidement vers l’est de l’Aquitaine, la Charente, le Gers, et les Hautes-Pyrénées.
Ces orages s’accompagneront de chutes de grêle, de cumuls de pluie localement forts pouvant atteindre 15/30 mm/h et de violentes rafales de vent pouvant atteindre 80 à 100 km/h localement et 100/120 km/h très localement. Dans les Pyrénées, les rafales pourraient atteindre des valeurs de l’ordre de 100 à 130 km/h sur les crêtes. En région Auvergne-Rhône-Alpes, les rafales vont se renforcer dans l’après-midi pour dépasser les 100 km/h.

Source : https://www.sudouest.fr/environnement/meteo/intemperies/greles-et-fortes-rafales-dix-departements-du-sud-ouest-en-vigilance-orange-aux-orages-ce-dimanche-2608988.php

Météo du Pont de l’Ascension : première tendance météo

Les ponts de ce mois de mai 2021 sont rares : seul celui de l’Ascension y est propice. Suite à la première étape du déconfinement permettant de se déplacer sans limitation kilométrique, vous serez nombreux à être tentés par un dépaysement de quelques jours. Pour en profiter, encore faut-il que les conditions météo soient agréables. Voici la première tendance qui se dégage, sachant que la fiabilité reste limitée à ce jour.

La configuration météo sur la France reste très changeante. Après un bref coup de chaud ce week-end, une forte dégradation orageuse se produira en début de semaine et détraquera le temps. Celui-ci va-t-il s’améliorer d’ici à jeudi prochain, jour de l’Ascension ?

Quelle est habituellement la météo à cette période de l’année?

Comme la fête de Pâques, l’Ascension est une date variable d’une année sur l’autre, et peut tomber en début ou fin mai. Cela conditionne les conditions météo du pont de l’Ascension. Ainsi, l’année dernière, le jeudi de l’Ascension tombait le 21 mai, avec un gros coup de chaleur : il faisait de 25° à 30°C sur toute la France. En 2019, l’Ascension tombait le 30 mai, et il faisait moins chaud, de 20° à 25°C sur la France, ce qui était de saison. En 2018, l’Ascension tombait le 10 mai, à peu près comme cette année, donc, et les températures étaient justes de saison, de 15° à 23°C du nord au sud.

On ne peut donc pas faire de comparaison sur des dates variables. En revanche, on peut dire que pour un 13 mai, date de l’Ascension 2021, les moyennes de température sont de 18°C pour la moitié nord et de 22°C pour la moitié sud. A cette époque de l’année, les fluctuations de température et de temps sont très fortes, et on a pu trouver des conditions météo très variées, entre des coups de chaud (avec plus de 30°C en 2015), des orages violents (comme en 2007 et en 2016), ainsi que du froid avec des gelées tardives (en 2010 et 2012).

Quels sont cette année les principaux départements recherchés?

Après des semaines de limitation de déplacement, vous serez nombreux à vouloir vous échapper de votre environnement quotidien. A cet égard, d’après le site PAP, on enregistre à ce jour +25,7% de réservations pour le pont de l’Ascension par rapport à 2019 (année avant le confinement). Les départements plébiscités par les français sont, selon PAPvacances, en bord de mer : le Var, le Morbihan, la Charente-Maritime, la Vendée et le Calvados. Il faut donc s’attendre à une forte affluence sur les littoraux. Selon le site, la campagne est également en forte progression. La montagne recule dans ce classement, tandis que les villes décrochent.

Quelle tendance pour l’Ascension 2021 ?

La météo jouera-t-elle en notre faveur ? A ce jour, la fiabilité de l’évolution météo n’est pas bonne. Mais ce que l’on peut dire, c’est qu’il ne faut pas compter sur un franc beau temps ni sur la chaleur. Le coup de chaud de ce week-end sera vite balayé par de gros orages en début de semaine, qui détraqueront le temps. La fraîcheur sera de retour ainsi que les giboulées. Les jardiniers ne manqueront pas de remarquer que nous seront dans la période des « Saints de Glace », souvent associée à un risque de gel. Par chance, le pont de l’Ascension dure 4 jours, ce qui peut permettre de bénéficier de quelques créneaux d’éclaircies. Et c’est bien ce qui pourrait se produire, avec un temps frais et instable jeudi et vendredi, avant une lente amélioration en vue du week-end, notamment sur l’arc atlantique. Les montagnes devraient rester dans les nuages et dans une grande fraîcheur.

On retiendra que ce Pont de l’Ascension sera à l’image de ce mois de mai : trop frais et humide. Cependant, les vacanciers qui choisiront les bords de mer auront à priori le plus de chance d’apercevoir le soleil, notamment en fin de week-end.

Source : https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2021-05-06/meteo-du-pont-de-l-ascension-premiere-tendance-meteo-59298