Archives par mot-clé : 2014UN271

La plus grande comète de tous les temps s’est réveillée

Dans les confins de notre Système solaire, les astronomes ont découvert il y a quelques semaines, une comète gigantesque, la comète Bernardinelli-Bernstein – ou C/2014 UN271, de son vrai nom scientifique. Ils nous révèlent aujourd’hui qu’ils ont pu en observer la chevelure alors même qu’elle croise actuellement à une distance équivalente à celle d’Uranus du Soleil.

C’est en étudiant d’anciennes données du Dark Energy Survey (DES) — un programme visant à élucider le mystère de la matière noire — que des astronomes ont mis la main sur C/2014 UN271. Ils l’ont annoncé il y a environ un mois. Mais alors, rien ne confirmait que celle qui est désormais connue comme la plus grande comète de tous les temps — aussi appelée la comète Bernardinelli-Bernstein –, était un monde actif.

C’est très rapidement après, grâce au Réseau mondial de télescopes de l’Observatoire de Las Cumbres (LCO, États-Unis) — et notamment grâce à ses instruments implantés dans l’hémisphère sud, parmi les seuls à pouvoir donner des images aussi précises de l’objet — que les astronomes ont pu observer une chevelure floue — l’enveloppe qui se forme autour d’une comète lorsqu’elle approche du Soleil — autour de C/2014 UN271. De quoi confirmer son statut de comète active.

Une comète suivie de près
Au moment de l’observation, C/2014 UN271 se situait tout de même à une distance de plus de 2,8 milliards de kilomètres de la Terre. Soit plus de deux fois la distance Soleil-Saturne. Et elle restera d’ailleurs toujours au-delà de l’orbite de la planète aux anneaux. Ainsi, même si son diamètre est estimé à plus de 100 kilomètres — soit trois fois celui de la comète Hale-Bopp, connue jusqu’alors comme la plus grande jamais enregistrées par les chercheurs –, elle ne sera jamais visible à l’œil nu.

Les astronomes du projet Look — qui suit le comportement d’un grand nombre de comètes et l’évolution de leur activité — vont désormais prendre le relais pour étudier C/2014 UN271 — qui arrivera au plus proche du Soleil dans 10 ans, en 2031. Pour cela, ils devraient encore pouvoir compter sur les réponses rapides des télescopes du LCO. Avec ses instruments robotiques et son logiciel avancé, ils sont en effet capables d’imager un événement dans les 15 minutes qui suivent une alerte donnée par un programme de surveillance comme le Zwicky Transient Facility — un relevé astronomique du ciel à grand champ.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-plus-grande-comete-tous-temps-reveillee-88192/

La comète géante Bernardinelli-Bernstein fonce à travers le Système solaire

Détecté il y a presque sept ans mais identifié seulement récemment, un objet cométaire, peut-être de la taille d’une planète naine, fonce vers le Soleil. Sur une orbite particulièrement excentrique, cette comète géante baptisée aujourd’hui C/2014 UN271 (Bernardinelli-Bernstein) provient du mythique nuage de Oort, aux confins du Système solaire.

C’est le buzz du moment, un objet cométaire qui n’est peut-être pas sans rappeler les Centaures dans le Système solaire fonce actuellement vers le Soleil et il se nomme 2014 UN271. Comme son nom l’indique il a en fait été découvert en 2014, mais la noosphère n’a pris conscience de cette découverte qu’en analysant des années plus tard les données collectées trahissant son existence. Les astronomes Pedro Bernardinelli et Gary Bernstein n’ont en effet débusqué que tout récemment 2014 UN271 dans les observations effectuées dans le cadre du Dark Energy Survey (DES), dont l’objectif principal est d’aider à faire la lumière sur la nature de l’énergie noire.

De la cosmologie à la planétologie
Le DES a tout de même déjà permis, au passage, de détecter plusieurs objets transneptuniens. Rappelons qu’un objet transneptunien, ou TNO, est un corps glacé qui réside habituellement dans notre Système solaire au-delà de l’orbite de Neptune. 2014 UN271 est un TNO et il s’approche actuellement du Soleil à une distance de 20,2 unités astronomiques (UA), soit 3 milliards de kilomètres. Ses paramètres orbitaux ont été déterminés et nous savons donc qu’il provient du nuage d’Oort, et qu’il est sur une orbite elliptique dont le périhélie se trouve à 10,9 UA du Soleil, juste à l’extérieur de l’orbite de Saturne. Il devrait l’atteindre en janvier 2031. Son aphélie précédent devait, lui, être situé à 40.000 UA, soit environ 0,6 année-lumière, dans le nuage d’Oort, mais après son passage au plus proche du Soleil dans 10 ans 2014 UN271 devrait ensuite partir en direction d’un autre aphélie situé à environ 0,9 année-lumière du Soleil et ne reviendra ensuite aux abords des planètes du Système solaire que dans 4,5 millions d’années, d’après les calculs des mécaniciens célestes.

Un diamètre problématique, moins de 100 km ou presque 370 km ?
Par contre, ce que l’on ne sait pas encore très bien, c’est la taille de 2014 UN271. Une comète possède généralement une taille de l’ordre d’une dizaine de kilomètres. Mais dans le cas de 2014 UN271, les mesures de sa brillance en 2014 laissent penser que sa taille serait de l’ordre de la centaine de kilomètres, peut-être même de plus de 300 kilomètres.

Dans cette dernière éventualité, on pourrait presque parler de planète naine. Toujours est-il que des signes d’activité cométaire ont bel et bien été déjà détectés et que l’on peut sans doute raisonnablement affirmer que dans tous les cas, 2014 UN271, récemment rebaptisée C/2014 UN271 (Bernardinelli-Bernstein), est une comète géante parmi les plus grandes observées depuis le début de leur étude par les astronomes modernes.

Le dégazage observé à une distance de plus de trois milliards de kilomètres doit être le produit de molécules particulièrement volatiles telles que le CO et le CO2. Comme 2014 UN271 s’approchera au mieux de la distance séparant Saturne du Soleil, son observation ne devrait pas être possible à l’œil nu et seuls des astronomes amateurs avec un télescope de 200 mm devraient pouvoir l’observer. Il devrait être intéressant d’essayer de le faire avec l’eVscope.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-comete-geante-bernardinelli-bernstein-fonce-travers-systeme-solaire-88192/

Une comète géante originaire des confins du Système solaire fonce vers le Soleil

Détecté il y a presque sept ans mais identifié seulement récemment, un objet cométaire, peut-être de la taille d’une planète naine, fonce vers le Soleil. Sur une orbite particulièrement excentrique, cette probable comète géante provient du mythique nuage de Oort, aux confins du Système solaire.

C’est le buzz du moment, un objet cométaire qui n’est peut-être pas sans rappeler les Centaures dans le Système solaire fonce actuellement vers le Soleil et il se nomme 2014 UN271. Comme son nom l’indique il a en fait été découvert en 2014, mais la noosphère n’a pris conscience de cette découverte qu’en analysant des années plus tard les données collectées trahissant son existence. Les astronomes Pedro Bernardinelli et Gary Bernstein n’ont en effet débusqué que tout récemment 2014 UN271 dans les observations effectuées dans le cadre du Dark Energy Survey (DES), dont l’objectif principal est d’aider à faire la lumière sur la nature de l’énergie noire.

Propulsé par HelloAsso

De la cosmologie à la planétologie
Le DES a tout de même déjà permis, au passage, de détecter plusieurs objets transneptuniens. 2014 UN271 en est un et il s’approche actuellement du Soleil à une distance de 20,2 unités astronomiques (UA), soit 3 milliards de kilomètres. Ses paramètres orbitaux ont été déterminés et nous savons donc qu’il provient du nuage d’Oort, et qu’il est sur une orbite elliptique dont le périhélie se trouve à 10,9 UA du Soleil, juste à l’extérieur de l’orbite de Saturne. Il devrait l’atteindre en janvier 2031. Son aphélie précédent devait, lui, être situé à 40.000 UA, soit environ 0,6 année-lumière, dans le nuage d’Oort, mais après son passage au plus proche du Soleil dans 10 ans 2014 UN271 devrait ensuite partir en direction d’un autre aphélie situé à environ 0,9 année-lumière du Soleil et ne reviendra ensuite aux abords des planètes du Système solaire que dans 4,5 millions d’années, d’après les calculs des mécaniciens célestes.

Un diamètre problématique, moins de 100 km ou presque 370 km ?
Par contre, ce que l’on ne sait pas encore très bien, c’est la taille de 2014 UN271. Une comète possède généralement une taille de l’ordre d’une dizaine de kilomètres. Mais dans le cas de 2014 UN271, les mesures de sa brillance en 2014 laissent penser que sa taille serait de l’ordre de la centaine de kilomètres, peut-être même de plus de 300 kilomètres.

Dans cette dernière éventualité, on pourrait presque parler de planète naine. Toujours est-il que des signes d’activité cométaire ont bel et bien été déjà détectés et que l’on peut sans doute raisonnablement affirmer que dans tous les cas, 2014 UN271 est une comète géante parmi les plus grandes observées depuis le début de leur étude par les astronomes modernes.

Le dégazage observé à une distance de plus de trois milliards de kilomètres doit être le produit de molécules particulièrement volatiles telles que le CO et le CO2. Comme 2014 UN271 s’approchera au mieux de la distance séparant Saturne du Soleil, son observation ne devrait pas être possible à l’œil nu et seuls des astronomes amateurs avec un télescope de 200 mm devraient pouvoir l’observer. Il devrait être intéressant d’essayer de le faire avec l’eVscope.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-comete-geante-originaire-confins-systeme-solaire-fonce-vers-soleil-88192/