Le mont Aso, plus grand volcan du Japon, est entré en éruption

Un mois après l’éruption du volcan aux Canaries, le mont Aso, au Japon, s’est réveillé à son tour. De hautes colonnes de cendres ont été observées mais aucun blessé n’a été recensé.

Le Mont Aso, un volcan situé sur l’île de Kyushu au sud de l’archipel du Japon, est entré en éruption ce mercredi 20 octobre, a annoncé l’Agence météorologique du Japon.

Une éruption spectaculaire
Des cendres volcaniques se sont élevées à 3 500 mètres lors de l’éruption, survenue à 11 h 43 heure locale (04 h 43 heure en France), a ajouté l’agence.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Les autorités ont prévenu les habitants et les touristes de ne pas s’approcher, alors que des gaz chauds, des pierres et des cendres dévalaient des pentes vertes du volcan : « Il faut faire attention aux gros rochers et aux coulées de matériaux pyroclastiques », a déclaré Tomoaki Ozaki, un responsable de l’Agence météorologique japonaise, lors d’une conférence de presse télévisée. « La prudence est de mise, même dans les zones éloignées, car le vent peut transporter non seulement des cendres mais aussi des cailloux », a-t-il ajouté, en mettant en garde aussi contre d’éventuels gaz toxiques.

La ceinture de feu

L’Agence météorologique a toutefois relevé son niveau d’alerte à 3, sur une échelle de 5.

La dernière fois que l’Agence météorologique japonaise a fixé le même niveau d’alerte pour le Mont Aso remonte à 2016, lorsque le volcan est entré en éruption après être revenu en activité l’année précédente après un sommeil de 19 ans. Ce volcan culmine à 1 592 mètres d’altitude.

L’archipel nippon est situé sur la « ceinture de feu » du Pacifique, qui enregistre un grand nombre des tremblements de terre de la planète.

Le Mont Aso fait partie des volcans sous haute surveillance parmi les 110 actifs du Japon, dont le mont Fuji à une centaine de kilomètres de Tokyo.

Source : https://www.ouest-france.fr/monde/volcan-eruption-volcanique/le-mont-aso-plus-grand-volcan-du-japon-est-entre-en-eruption-fab496e8-3161-11ec-a94b-0a3292b9dbf1

Éruption volcanique à La Palma – Moins de lave expulsée ces dernières heures: la situation du volcan se stabilise ce mercredi, les images en direct

L’éruption volcanique de la Cumbre Vieja est entrée dans une phase de stabilité depuis ces dernières heures. Mais ce calme est pris avec beaucoup de prudence par les scientifiques qui redoutent une reprise de l’activité.

L’activité du volcan Cumbre Vieja de ce 6 octobre est désormais caractérisée essentiellement par des expulsions de gaz et de cendres.

La coulée de lave semble pour le moment canalisée et stabilisée mais l’inquiétude des scientifiques de Pevolca se focalise dans les prochaines heures sur le changement attendu du vent qui pourrait apporter une dégradation de la qualité de l’air.

« Une certaine stabilité » de la situation, voilà comment les scientifiques au chevet du volcan analysent donc la période depuis ce mercredi 6 octobre. Même s’il est encore trop tôt pour dire quand le volcan va s’arrêter, les observateurs soulignent un comportement du volcan qui affiche désormais des variables « constantes », donnant enfin un peu de répit à la population de La Palma.

La zone couverte par la lave atteint ce mercredi, 421,93 hectares, soit à peine 1,81 hectare de plus que la veille, signe que l’activité effusive a ralenti.

Le delta de lave gagné sur l’océan la mer, qui s’étend à plus de 500 mètres de la côte, occupe désormais 38 hectares et atteint une profondeur de 250 mètres sous l’eau.

Le directeur technique du Plan d’urgence volcanique pour les îles Canaries (Pevolca), Miguel Ángel Morcuende, a toutefois déclaré ce mercredi « qu’il faut garder la plus grande prudence, l’activité du volcan étant en train de se modifier mais surtout de se stabiliser ».

Les satellites ont capturé, ce lundi 4 octobre 2021, une impressionnante colonne d’éruption s’élevant vers le ciel.

Une colonne formée de cendres et de gaz surchauffé qui, à quelque 5,3 kilomètres d’altitude, s’est heurtée à une couche d’air plus sèche et plus chaude.

Les flux et les reflux naturels de l’éruption volcanique ont en outre créé des ondes de gravité concentriques au moment où ceux-ci atteignaient la zone d’inversion de température. Un peu comme lorsqu’une pierre tombe dans un lac et forme des ondulations à la surface de l’eau.

Source : https://www.lindependant.fr/2021/10/06/eruption-volcanique-a-la-palma-moins-de-lave-expulsee-ces-dernieres-heures-la-situation-du-volcan-se-stabilise-ce-mercredi-les-images-en-direct-9835357.php

« Regardez le monde défiler » : l’impressionnante vidéo publiée par Thomas Pesquet depuis l’espace

L’astronaute français Thomas Pesquet qui se trouve actuellement dans la Station spatiale internationale a publié une vidéo en accéléré où dans laquelle on peut observer « le monde défiler ».

Les images semblent presque irréelles. Mardi 5 octobre au soir, l’astronaute français Thomas Pesquet a publié une vidéo accélérée de la planète Terre prise depuis la Station spatiale internationale (ISS) où il se trouve depuis fin avril.

Installez-vous confortablement dans un plaid avec un chocolat chaud et regardez le monde défiler sous vos yeux, a commenté Thomas Pesquet.

La vidéo accélérée 12 fois par rapport à la vitesse réelle laisse à voir les lumières des villes mais aussi différents phénomènes climatiques comme des éclairs. Elle s’arrête alors que le soleil émerge de l’autre côté de la planète.

Commandant de la station spatiale internationale

Lundi, Thomas Pesquet est devenu le premier astronaute français à prendre les commandes de la Station spatiale internationale (ISS), un poste à responsabilités qu’il va occuper jusqu’à son retour sur Terre, prévu en novembre.

Par ailleurs, depuis mardi, il accueille à bord une actrice et un réalisateur russes venus tourner le premier film de l’histoire en orbite.

Source : https://www.ouest-france.fr/sciences/espace/thomas-pesquet/regarder-le-monde-defiler-l-impressionnante-video-publiee-par-thomas-pesquet-depuis-l-espace-26105de6-269e-11ec-8dc7-65fb792c4248

Thomas Pesquet prend ses fonctions de commandant de l’ISS

Pendant 13 jours, le commandant de la Station spatiale internationale sera Thomas Pesquet. C’est la première fois qu’un astronaute français endosse ce rôle.
Lors d’une courte cérémonie à bord de la Station spatiale internationale (ISS), lundi 4 octobre à 21h20 (heure de Paris), Aki Hoshide a donné une clé dorée à Thomas Pesquet. Elle symbolise la passation du commandement entre l’astronaute japonais et le Français. Si le premier a été commandant du laboratoire orbital pendant les 5 derniers mois, Thomas Pesquet ne le sera que 13 jours. Mais ce faisant, il devient le premier Français de l’histoire à endosser ce rôle, et le 4ème Européen. Une fonction qui consiste à représenter l’équipage auprès des équipes au sol, ainsi qu’à trancher les décisions, lorsqu’elles doivent être prises rapidement, par exemple en cas d’urgence.

Son retour sur Terre n’est prévu qu’au mois de novembre mais le 17 octobre prochain, Thomas Pesquet cèdera sa place de commandant au Russe Anton Chkaplerov. Le cosmonaute doit rejoindre l’ISS demain 5 octobre, à bord d’une capsule Soyouz, en compagnie du réalisateur Klim Chipenko et de l’actrice Ioulia Peressild. C’est donc un équipage un peu particulier composé de 7 astronautes et 2 professionnels du cinéma que Thomas Pesquet aura sous sa responsabilité pendant quelques jours.

Prise de galon
Au terme de sa 6ème et plus récente sortie extravéhiculaire, le 12 septembre 2021, Thomas Pesquet est devenu l’astronaute européen ayant passé le plus de temps en scaphandre dans l’espace (39 h et 54 min) devant l’Italien Luca Parmitano (33 h et 9 min en 6 sorties) et le Suédois Christer Fuglesang (31 h 54 min, 5 sorties). En accumulant cette expérience, Thomas Pesquet fait partie des principaux prétendants à l’une des 3 places déjà réservées à autant d’astronautes européens dans la future station orbitale Gateway, devant être construite autour de la Lune dans la 2ème moitié de la décennie 2020.

Source : https://www.cieletespace.fr/actualites/thomas-pesquet-prend-ses-fonctions-de-commandant-de-l-iss

Carte du ciel d’octobre 2021 : Mercure, « étoile » du matin

Pour observer les spectacles astronomiques que nous réserve le mois d’octobre 2021, munissez-vous de notre carte du ciel. Ce mois-ci, Mercure est à l’honneur.

La petite planète est beaucoup plus proche du Soleil que ne l’est la Terre. On ne peut donc l’observer que le matin ou en soirée. Les deux dernières semaines du mois sont très favorables à sa détection, en toute fin de nuit et au petit matin vers le levant. Mercure nous présentant une fraction croissante de son hémisphère éclairé par le Soleil au cours du mois, son éclat va grandissant et augmente d’un facteur 9 entre le 16 et le 31.

Un horizon est-sud-est bien dégagé
Notre conseil : Il est impératif d’avoir un horizon est-sud-est bien dégagé pour la déceler sur un fond rendu déjà lumineux par le lever imminent du Soleil.

La scène est représentée une demi-heure avant le lever du Soleil. La position de Mercure est indiquée tous les 5 jours, à partir du 16. Crédits : Johan Kieken

La carte du ciel d’octobre 2021
Découvrez ci-dessous la carte du ciel visible à la mi-octobre (cliquez dessus pour agrandir l’image).

Comment utiliser cette carte ?
Faites tourner votre smartphone ou tablette de manière à ce que le nom de la direction dans laquelle vous observez soit écrit à l’endroit. Les constellations et les étoiles que vous retrouverez dans le ciel qui vous fait face sont toutes celles dont le nom est lisible sans trop pencher la tête. La position des planètes visibles à l’œil nu est indiquée pour le 15 du mois. Notre carte tracée pour une latitude de 47° nord montre le ciel visible en France métropolitaine, et plus largement en Europe et dans le monde, à l’intérieur d’une bande s’étendant de 40 à 54° de latitude nord. Si vous êtes au nord du 47e parallèle, l’étoile Polaire sera plus haute dans votre ciel et plus basse dans le cas contraire.

Source : https://www.sciencesetavenir.fr/espace/mercure-etoile-du-matin_157787

Qu’est-ce que la Lune gibbeuse ?

La pleine Lune, la nouvelle Lune… vous imaginez sans doute bien ce que décrivent ces phases de la Lune. Mais que se passe-t-il exactement, lorsqu’on dit que la Lune est gibbeuse ?

Pas besoin d’attendre la prochaine éclipse de Lune pour profiter du spectacle astronomique offert par cet astre familier du ciel. Tous les 29 jours, 12 heures et 44 minutes environ, la Lune effectue sa lunaison. Ce nom est donné au laps de temps qui sépare deux nouvelles lunes.

La nouvelle lune est l’une des différentes phases lunaires : on se sert de ces phases comme des repères pour désigner une portion de la face visible du satellite illuminée par le Soleil, vue depuis la Terre. Comme la Lune se déplace autour de notre planète, il est logique de voir changer ses phases lunaires progressivement.

LES PRINCIPALES PHASES LUNAIRES
On considère généralement quatre phases lunaires principales :

La nouvelle lune 🌑, lorsque la Lune n’est pas visible, car elle est située entre le Soleil et la Terre,
Le premier quartier 🌓, ce qui correspond à une demi-Lune — on dit aussi qu’elle est quadrature Est,
La pleine lune 🌕, toute sa face étant alors éclairée (phénomène qui a inspiré des mythes et légendes),
Et le dernier quartier 🌗, lors duquel la Lune est en quadrature Ouest.

ELLE EST GIBBEUSE AVANT PUIS APRÈS LA PLEINE LUNE
Et la Lune gibbeuse, dans tout cela ? Cette phase se situe soit entre le premier quartier et la pleine lune (on parle alors de lune gibbeuse croissante 🌔), soit entre la pleine lune et le dernier quartier (lune gibbeuse décroissante 🌖). L’expression signifie donc que la surface de la Lune est éclairée de plus que sa moitié, avant et après le moment de la pleine lune.

À toutes ces phases, on peut encore ajouter le premier croissant 🌔, qui a lieu après la nouvelle lune, ainsi que le dernier croissant 🌘, qui survient après le dernier quartier.

Ces noms sont bien entendu des conventions, car pour la Lune, il ne se passe rien de particulier. L’astre continue sa ronde inlassable autour de la Terre. Il lui faut d’ailleurs à peu près le même temps pour faire un tour sur elle-même, que pour faire un tour autour de notre planète. Il y fait également nuit et jour. En regardant les phases de la Lune, ce qu’on observe est bien le passage des jours et des nuits, en voyant l’ombre se déplacer peu à peu sur la face visible de l’astre.

Source : https://www.numerama.com/sciences/742426-quest-ce-que-la-lune-gibbeuse.html

Inspiration4 : Elon Musk envoie quatre touristes en orbite

A 2h02 le 16 septembre 2021, la mission Inspiration4, effectuée par Space X, est partie pour un vol orbital de trois jours. C’est la toute première mission spatiale 100% touristique de l’histoire.
Depuis quelques heures, quatre astronautes d’un genre nouvau goûtent aux joies de l’apesanteur. Aucun d’eux n’avait volé dans l’espace auparavant. Et aucun d’eux n’avait suivi la longue et difficile formation d’astronaute professionnel. Mais grâce à la société Space X, ils ont pu obtenir leur billet à bord d’une capsule Crew Dragon qui, propulsée par une fusée Falcon 9, a décollé le 16 septembre à 2h02, de cap Canaveral en Floride. Cette mission baptisée Insipration4 s’est élancée depuis le mythique du pas de tir 39A, utilisé par les astronautes d’Apollo 11 il y a 52 ans.

Le vol, prévu pour durer trois jours, propulse les quatre touristes-astronautes à 585 km d’altitude. Ils voleront ainsi un peu plus haut que la station spatiale internationale, qui évolue à 400 km du sol.

L’équipage a embarqué à bord d’une capsule Crew Dragon réutilisable. Celle-ci a déjà volé dans l’espace. Elle est revenue sur Terre le 2 mai 2021 avec les quatre astronautes professionnels de la mission Crew-1. Une autre capsule Crew Dragon utilisée notamment par Thomas Pesquet est actuellement amarrée à la station. Ce vol s’effectue en mode automatique. Les passagers ont néanmoins suivi un entrainement de 5 mois pour apprendre à vivre à bord et parer aux imprévus.

Le nez de la capsule a été modifié pour mettre un dôme panoramique à la place de la baie d’amarrage à l’ISS. La mode du selfie touristique s’exporte jusque dans l’espace puisqu’une webcam externe permettra de filmer les astronautes avec la terre en arrière-plan. Un futur hit sur les réseaux sociaux.

Qui sont les passagers à bord d’Insipiration4 ?
Les quatre places à bord ont été financées par le milliardaire Jared Isaacman, PDG de Shift4 Payment pour un montant inconnu mais estimé à 200 millions de dollars. Il profite de ce vol pour faire de la promotion pour le St. Jude Children’s Research Hospital, centre pédiatrique de cancérologie de pointe située à Memphis, dans le Tennessee. Le milliardaire a invité Hayley Arceneaux, une jeune femme de 29 ans, employée de l’hôpital, et rescapée d’un grave cancer des os lorsqu’elle était enfant. Elle devient la plus jeune Américaine à aller dans l’espace. Sian Proctor, 51 ans, professeur en géologie et ancienne candidate astronaute de la Nasa, a été désignée « pilote ». Elle a été choisie par Jared Isaacman à l’issue d’une sélection. Et enfin Chris Sembroski, 42 ans, est un vétéran de l’armée de l’air américaine et ingénieur en données aérospatiales. Il a profité d’un tirage au sort parmi les donateurs participants au financement de l’hôpital.

Un record de 14 astronautes dans l’espace
Jusqu’ici, il y avait eu jusqu’à 13 astronautes simultanément dans l’espace. Le record est battu avec Insipiration4 car il y a actuellement avec un équipage international de quatre astronautes dont Thomas Pesquet parti à bord d’un Crew Dragon vers l’ISS et de trois cosmonautes russes ayant voyagé en Soyouz. À ceux-là, il faut ajouter trois taïkonautes en mission dans la toute nouvelle station spatiale chinoise véhiculés par la capsule Shenzhou 12. Cette situation est éphémère car les Chinois, qui ont quitté leur station une heure après le lancement d’Inspiration4, reviennent sur Terre le 17 septembre 2021 au matin.

Une première mais pas tout à fait
Inspiration4 est le tout premier vol orbital de l’histoire 100% touristique. Elon Musk s’est néanmoins fait devancer dans le domaine par son grand concurrent Jeff Bezos le 20 juillet avec sa fusée New Shepard, et par Richard Branson le 11 juillet avec son avion Spaceship Two. Mais il s’agissait dans les deux cas de brefs sauts de puce jusqu’aux la portes de l’espace, et non de mises en orbite. En revanche, d’autres touristes se sont déjà mis en orbite, en voyageant avec des Soyouz à destination de l’ISS. Et ça ce n’est vraiment pas nouveau puisque le voyage du pionnier Denis Tito a eu lieu il y a tout juste 20 ans.

Ce que change vraiment l’offre de Space X est de permettre d’envisager de tels vols de façon routinière. Et permettre à un plus grand nombre de personnes d’y accéder. D’ailleurs, l’aventurier Philippe Croizon amputé des quatre membres était présent au moment du lancement. Elon Musk lui a promis de l’envoyer dans l’espace d’ici deux ou trois ans. Tout était parti d’un tweet dans lequel ce sportif qui a traversé la Manche à la nage exhortait le milliardaire : « Hello @elonmusk, je suis un aventurier français célèbre sans bras ni jambes ! Envoyez-moi dans l’espace pour montrer une fois de plus que tout est possible !» Message entendu.

Source : https://www.cieletespace.fr/actualites/inspiration4-elon-musk-envoie-quatre-touristes-en-orbite

Les deux soirs où il faut absolument observer Jupiter !

Le 29 août et le 5 septembre 2021, la planète Jupiter se montre sous son meilleur jour. En l’observant à la lunette ou au télescope à ces deux dates, il est possible de voir transiter deux de ses satellites devant sa surface nuageuse, suivis de leur ombre, en même temps que la Grande Tache rouge se montre.
Le 29 août a lieu l’une des plus belles configurations des satellites de Jupiter pour cette opposition 2021. À 21 h 43 TU (23 h 43, heure légale française), Io émerge de l’ombre de Jupiter au moment où Ganymède commence à passer devant le disque de la planète. Europe est déjà bien installé à l’avant-plan de Jupiter et projette déjà son ombre sur ses nuages.

Alors qu’Europe quitte l’avant-plan de Jupiter à 22 h 47 TU, l’ombre de Ganymède, plus large, s’installe au côté opposé.

À ce moment-là, l’ombre d’Europe est toujours visible et le reste jusqu’à 23h17 TU.

Ces ombres très contrastées sont discernables même dans un petit instrument de 60 mm de diamètre avec un grossissement de 100x. En utilisant des télescopes de 200 mm et plus, la taille apparente des satellites est perceptible. Avec des télescopes de 250 à 300 mm, on parvient même à voir des nuances sur les satellites les plus contrastés comme Ganymède et Io. Sur Europe, c’est plus difficile.

On profite également ce soir-là de la présence de la Grande Tache rouge qui franchit le méridien central de la planète vers 22h35 TU et se trouve juste au sud de Ganymède (au-dessus sur les images inversées des instruments d’astronomie). Certains satellites sont parfois discrets quand ls passent devant la planète, mais ce n’est pas le cas de Ganymède. Sa surface est suffisamment sombre pour qu’il se détache bien.

Cession de rattrapage le 5 septembre
Si la météo ne se prête pas à cette observation, rendez-vous le 5 septembre. Ce soir-là, à 22h09 TU, Europe commence à passer devant Jupiter. À 22h59 TU, c’est au tour de son ombre. Le phénomène est classique. Notez néanmoins que la Grande Tache rouge se trouve juste sous l’ombre d’Europe. C’est à 23h38 TU que le tableau commence à devenir franchement intéressant. Io émerge de l’ombre de Jupiter non loin de Ganymède, qui lui est en train de se rapprocher de la planète géante.

Les deux satellites se croisent à seulement 5’’ à 23h54 TU. Le clou du spectacle a lieu le 6 septembre, à 1h TU.

Europe émerge au limbe de Jupiter pendant que Ganymède entre de l’autre côté. Les deux satellites forment alors pendant un instant comme deux oreilles minuscules à la planète géante. À 1h52 TU, l’ombre d’Europe quitte Jupiter et celle de Ganymède arrive à son tour à 2h41 TU. Mais Jupiter est déjà trop basse pour être observée dans de bonnes conditions. Ces deux rendez-vous sont les plus beaux pour les observateurs situés en Europe.

Le grand rendez-vous passé… du 15 août
Les observateurs situés à des longitudes plus orientales ont bénéficié d’une configuration encore plus spectaculaire. Le 15 août 2021, ils ont pu suivre un passage simultané de Ganymède et d’Europe devant Jupiter, assorti d’une éclipse du second par le premier. Notez la présence en plus de Callisto et de Io sur la première image de la séquence. Il est rarissime de voir les quatre satellites ainsi groupés autour de la planète. L’amateur philippin Christopher Go a pris une série de photos incroyables à cette occasion.

Source : https://www.cieletespace.fr/actualites/les-deux-soirs-ou-il-faut-absolument-observer-jupiter

Le Mont-Saint-Michel pris en photo par Thomas Pesquet depuis l’espace

Thomas Pesquet, l’astronaute normand, a immortalisé une nouvelle fois le Mont-Saint-Michel. Il a partagé ce cliché sur Twitter dimanche 15 août.

C’est toujours un plaisir pour les yeux de voir la planète de haut. Thomas Pesquet a photographié le Mont-Saint-Michel en Normandie (Manche) de l‘espace. Il a publié le cliché dimanche 15 août sur son compte Twitter.

Né à Rouen, l’astronaute a décollé le 23 avril depuis la Station spatiale internationale (ISS). Il s’agit de sa deuxième mission, d’une durée de 6 mois, en orbite autour de la Terre.

Thomas Pesquet a publié ce cliché sur Twitter, dimanche 15 août. (©Thomas Pesquet)

« La photo est plus nette qu’il y a 4 ans »
Le Normand avait déjà immortalisé la Merveille de la région située à deux pas de la Bretagne. L’astronaute estime que cette année. « On voit distinctement les structures sur l’abbaye qui le coiffe. Mes photos sont peut-être plus nettes qu’il y a 4 ans », souligne Thomas Pesquet sur son compte Twitter.

Une première et un succès pour SpaceX
C’est la première fois qu’un vaisseau spatial est réutilisé pour un vol habité et le propulseur a déjà été utilisé lors d’une mission test non habitée. La réduction des coûts par le recyclage d’équipements est l’un des objectifs des partenariats conclus par la NASA avec le secteur privé.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Gazette de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Source : https://actu.fr/normandie/le-mont-saint-michel_50353/le-mont-saint-michel-pris-en-photo-par-thomas-pesquet-depuis-l-espace_44160526.html

La mission conjointe euro-japonaise BepiColombo a capturé cette vue de Vénus le 10 août 2021

La mission conjointe euro-japonaise BepiColombo a capturé cette vue de Vénus le 10 août 2021 alors que le vaisseau spatial passait la planète pour une manœuvre d’assistance gravitationnelle.

L’image a été prise à 13:57:56 UTC par la caméra de surveillance 3 du module de transfert de mercure, lorsque le vaisseau spatial était à 1573 km de Vénus. L’approche la plus proche de 552 km a eu lieu peu de temps avant, à 13:51:54 UTC.

Les caméras fournissent des instantanés en noir et blanc avec une résolution de 1024 x 1024 pixels. L’image a été légèrement traitée pour améliorer le contraste et utiliser toute la plage dynamique. Une petite quantité de vignettage optique est visible en bas à gauche de l’image.

L’antenne à gain élevé de la sonde Mercury Planetary Orbiter et une partie du corps du vaisseau spatial sont visibles devant Vénus, en haut à gauche.

La manœuvre, la deuxième à Vénus et la troisième des neuf survols au total, a aidé à diriger le vaisseau spatial sur la route de Mercure. Au cours de sa croisière de sept ans vers la planète la plus petite et la plus interne du système solaire, BepiColombo effectue un survol sur Terre, deux sur Vénus et six sur Mercure pour freiner l’attraction gravitationnelle du Soleil afin d’entrer en orbite autour de Mercure. Son premier survol de Mercury aura lieu les 1er et 2 octobre 2021.

BepiColombo, qui comprend l’orbiteur planétaire de mercure de l’ESA et l’orbiteur magnétosphérique de mercure de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA), devrait atteindre son orbite cible autour de la planète la plus petite et la plus interne du système solaire en 2025.