Archives par mot-clé : exploration

Des scientifiques chinois ont créé une « Lune artificielle »

Le rapport entre la Lune et une grenouille, ce sont des chercheurs chinois qui nous proposent aujourd’hui de le faire. En imaginant une « Lune artificielle » destinée à simuler un environnement à faible gravité pour préparer les futures missions. Le tout inspiré d’une expérience qui avait placé une grenouille en lévitation il y a plus de 20 ans maintenant.

Sur la Lune, on se sent six fois plus léger que sur Terre. Une faible gravité qui peut poser des problèmes techniques notamment aux missions qui prévoient de s’y installer sur le long terme. C’est pourquoi des chercheurs chinois ont décidé de construire sur Terre, dans une chambre à vide… une « Lune artificielle » !

L’idée leur est venue d’une expérience menée il y a quelques années — et qui a valu un prix IgNobel à son auteur — sur une grenouille. Une expérience qui avait permis de la faire léviter en utilisant des aimants. Grâce à un phénomène connu des physiciens sous le nom de lévitation diamagnétique. Qui veut que l’application d’un champ magnétique suffisamment puissant permette de forcer tous les minuscules champs magnétiques créés par les atomes qui constituent un objet dans une même direction. Et de vaincre ainsi la gravité.

Pour soutenir l’exploration spatiale
Les chercheurs chinois espèrent ainsi simuler la faible gravité lunaire grâce à de puissants champs magnétiques appliqués à l’intérieur d’une chambre à vide de 60 centimètres de diamètre. Le tout aussi longtemps que les essais sur les matériaux candidats à un voyage sur la Lune le demanderont. Sachant que les tests de fluage — qui déterminent à quel point un matériau se déforme sous une température et une contrainte constantes –, par exemple, peuvent prendre plusieurs jours.

La chambre sera remplie de roches et de poussières, pour imiter la surface lunaire. Et les chercheurs attendent qu’elle les aide à tester toutes sortes de technologies. Une manière de résoudre des problèmes techniques qui pourraient, sinon, coûter cher aux futures missions sur la Lune. Mais aussi de se faire une idée un peu plus précise de la viabilité d’une base humaine sur notre satellite naturel.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/lune-scientifiques-chinois-ont-cree-lune-artificielle-96135/

Station spatiale internationale : Thomas Pesquet effectuera une 3e sortie dans l’espace vendredi

Le Français va poursuivre l’installation des nouveaux panneaux solaires de l’ISS, annonce la Nasa ce mardi. Ils remplacent des équipements qui ont déjà plus de vingt ans.
Thomas Pesquet sera à nouveau dans le vide sidéral vendredi, neuf jours et cinq jours après ses premières sorties extra-véhiculaire et pour finir le boulot. La troisième sortie de l’astronaute européen depuis l’arrimage du vaisseau « Endeavour » à la Station spatiale internationale, fin avril dernier.

Propulsé par HelloAsso

Installation d’un deuxième panneau solaire neuf
La Nasa a confirmé ce mardi la programmation d’une sortie supplémentaire, non programmée à l’origine, « afin de poursuivre les mises à niveau du système d’alimentation », après le déploiement du premier panneau solaire réalisé par Thomas Pesquet et son compère Shane Kimbrough, mercredi dernier. Les deux hommes installeront et déploieront le deuxième des six nouveaux panneaux solaires iROSA de l’ISS, avec le Français une nouvelle fois aux commandes de la mission.

Le 16 juin, Kimbrough et Pesquet ont déplacé le premier iROSA sur un support de montage sur la poutre du port 6, où il a été fixé dans sa configuration pliée. Le 20 juin, le duo est ressorti pour achever l’installation. Cette « déambulation » dans l’espace sera la cinquième de Thomas Pesquet, après les deux effectuées lors de son premier séjour, Proxima, en 2017. Elle est programmée à 14h, heure française, pour une durée d’environ six heures et demie.

Source : https://www.midilibre.fr/2021/06/22/station-spatiale-internationale-thomas-pesquet-effectuera-une-3e-sortie-dans-lespace-vendredi-9623936.php

Ingenuity a réussi son huitième vol sur Mars

Pour la huitième fois, Ingenuity a volé au-dessus de la surface de Mars. Quelque 77 secondes dans les airs pour une distance parcourue d’environ 160 mètres.

Il y a un peu moins de deux semaines, la Nasa annonçait le succès du 7e vol de son hélicoptère martien. Et les équipes se disaient déjà prêtes à une nouvelle tentative.

Aujourd’hui, la Nasa confirme un 8evol pour Ingenuity. Peu de détails sont disponibles pour l’heure, mais on apprend tout de même que le vol a eu lieu comme prévu ce lundi 21 juin 2021. Il a duré 77,4 secondes et a permis à l’engin de se déplacer sur quelque 160 mètres, jusqu’à un nouveau site d’atterrissage.

Ingenuity est désormais posé à environ 133 mètres du rover de la Nasa, Perseverance qui poursuit, lui aussi, sa mission sur Mars.

Le prochain vol n’est pas encore planifié. Mais la Nasa promet de communiquer quelques précisions concernant le dernier d’ici quelques heures. Et elle rappelle que les données de tous les vols d’Ingenuity — sauf ce 8e, car la page n’a pas encore été mise à jour — sont récapitulées dans un tableau visible sur le site de la mission Mars Helicopter.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-ingenuity-a-reussi-son-huitieme-vol-mars-86747/

Le télescope spatial Hubble ne répond plus depuis plusieurs jours

Ce n’est certes pas le premier pépin que subit Hubble, mais cette fois, l’affaire semble vraiment sérieuse. Le télescope spatial de la NASA, en service depuis plus de 30 ans, est à l’arrêt depuis le dimanche 13 juin. L’agence spatiale américaine a confirmé la panne de l’ordinateur de bord vendredi dernier, et les tentatives de redémarrage n’ont rien donné ce week-end.

Les soucis de Hubble proviendraient d’un module mémoire détérioré. Le télescope spatial est doté d’un module de secours « doublon », mais les ingénieurs ne sont pas parvenus à effectuer la bascule sur ce second module. Hubble en panne, peut-être définitivement, c’est un œil vers l’univers profond qui se ferme.

Heureusement pour les scientifiques et les astronomes, Hubble devait bientôt laisser sa place à James Webb, un télescope spatial encore plus performant et incroyablement précis, dont la date de lancement n’a cessé d’être repoussée. C’est à l’automne de cette année que James Webb devrait enfin être placé en orbite à 1,5 million de kilomètres de la Terre, autour du point de Lagrange L2 du système Soleil-Terre (1).

Source : https://kulturegeek.fr/news-228500/telescope-spatial-hubble-repond-plus-plusieurs-jours

[REPLAY ] 2e sortie extravéhiculaire de Thomas Pesquet (20/06)

Suivez avec nous la 2e sortie de Thomas Pesquet, astronaute français de l’ESA, à l’extérieur de l’ISS, dans le cadre de sa mission Alpha. Objectif : installer le 1er des 6 panneaux solaires de nouvelle génération de la Station spatiale internationale, utilisant la technologie Rosa (Roll-Out Solar Array). Durée : entre 6 et 8 heures.

Propulsé par HelloAsso

Commentaires : Sébastien Rouquette, ingénieur en vols habités au CADMOS (CNES) Animé par Alice Thomas et Sylvain Charrier (CNES). Nos invités : Philippe Perrin (ancien astronaute du CNES), Hervé Stevenin (instructeur au centre des astronautes européens de Cologne, ESA), Christian Elisabelar (ingénieur alimentation bord et équipement électrique, CNES), Laurent Ballesta (explorateur photographe naturaliste), les youtubeurs Vicnet et Yorzian… 💻 Pour en savoir plus sur la mission Alpha : https://missionalpha.cnes.fr/fr/

L’aventure continue : 7e vol réussi sur Mars pour Ingenuity qui « se porte à merveille »

Ingenuity vient une nouvelle fois de décoller de la surface de Mars. Et d’atterrir comme prévu à un peu plus de 100 mètres de son point de départ, sur un site jusqu’alors inexploré.

Il ne devait pas avoir lieu avant ce dimanche 6 juin 2021. Et la Nasa l’a annoncé aujourd’hui, mercredi 9 juin : Ingenuity a réussi son 7e vol au-dessus de la surface de Mars. Un vol qui a duré 62,8 secondes et au cours duquel l’hélicoptère martien a parcouru quelque 106 mètres. Pour aller se poser – pour la deuxième fois seulement – sur un site qu’il n’avait pas encore observé depuis les airs. Se fiant aux seules images renvoyées par la caméra Hirise embarquée à bord de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (Nasa).

Alors que certains pouvaient s’inquiéter d’une surchauffe des composants d’Ingenuity, limitant son temps de vol, l’équipe de la Nasa se veut aujourd’hui rassurante sur ce point. Aucun signe de vieillissement n’a été noté. Chaque vol permet en revanche de récolter des données réelles supplémentaires sur les performances du rotor de l’hélicoptère martien ainsi que sur ses caractéristiques thermiques. De quoi envisager d’augmenter progressivement les temps de vol.

Another successful flight 👏
#MarsHelicopter completed its 7th flight and second within its operations demo phase. It flew for 62.8 seconds and traveled ~106 meters south to a new landing spot. Ingenuity also took this black-and-white navigation photo during flight. https://t.co/amluVq9wbb

D’autres vols à venir
Après l’incident survenu lors du 6e vol, les ingénieurs de la Nasa précisent aussi qu’aucune alerte n’a été à signaler pour ce nouveau vol. « Ingenuity se porte à merveille ! » Alors même que les équipes s’attendaient à ce que l’hélicoptère en reste à seulement cinq vols, sa mission a été prolongée de 30 jours. Et elle pourrait aller au-delà, tant que ces vols n’interfèrent pas avec la mission sur Mars de Perseverance, le rover qui lui sert de relai de communication.

L’idée est désormais de pousser Ingenuity dans ses retranchements. De tester sa capacité à explorer des terrains inaccessibles à un rover. De l’emmener toujours plus loin vers des zones non repérées. Avec un risque de crash qui grandit à chaque fois. Et qui mettrait définitivement fin à la belle aventure.

Propulsé par HelloAsso

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-aventure-continue-7e-vol-reussi-mars-ingenuity-porte-merveille-86747/

Ingenuity : que s’est-il passé lors de son sixième vol dans le ciel de Mars ?

Le sixième vol d’Ingenuity ne s’est pas passé comme prévu. Retour sur ses péripéties du 22 mai.

Le 22 mai dernier, c’était le 91e sol de la mission sur Mars de Perseverance. Comprenez, le 91ejour martien depuis que le rover de la Nasa s’est posé sur la planète rouge. Mais c’était surtout le jour du sixième vol de l’hélicoptère Ingenuity. Et une fois n’est pas coutume, ce jour-là, les choses ont mal tourné.

Le plan de vol était pourtant clair. Ambitieux, mais clair. Ingenuity devait monter à 10 mètres d’altitude et voler sur 150 mètres vers le sud-ouest, à une vitesse de 4 m/s. Puis, il devait partir sur 15 mètres vers le sud tout en prenant des images vers l’ouest. Enfin, il devait voler encore sur 50 mètres vers le nord-est avant d’atterrir. Mais à la fin de la première étape, la télémétrie montre que l’hélicoptère martien a commencé à osciller d’avant en arrière. Un comportement anormal qui s’est maintenu pour tout le reste du vol.

Propulsé par HelloAsso

Ingenuity sauvé par sa robustesse
Aujourd’hui, les ingénieurs de la Nasa nous expliquent pourquoi. Ils nous rappellent que les mouvements d’Ingenuity sont contrôlés par un système baptisé « unité de mesure inertielle embarquée » (IMU). Elle mesure les accélérations et les rotations de l’appareil pour estimer sa position, sa vitesse et son altitude. C’est la caméra de navigation de l’hélicoptère qui assure la précision de ces données sur le long terme. En prenant pas moins de 30 photos par seconde. Des photos exploitées par un algorithme pour corriger les estimations de l’IMU.

Ce 22 mai 2021, environ 54 secondes après le décollage d’Ingenuity de la planète rouge, l’une des images de la caméra de navigation a été perdue. Décalant l’horodatage de toutes les images suivantes. De quoi faire perdre la tête à l’algorithme, poussé à constamment « corriger » les estimations de l’IMU pour tenir compte d’erreurs fantômes. Heureusement, les ingénieurs de la Nasa ont conçu l’hélicoptère avec une marge suffisante pour tolérer des erreurs sans qu’il devienne instable. Il a donc pu poursuivre son vol sans réellement se perdre. Et il a pu atterrir sans dommage — à seulement cinq mètres de l’endroit prévu — car la phase finale du vol ne s’appuie pas sur la caméra de navigation. La vulnérabilité mise à jour par cet incident devra tout de même être corrigée pour prévenir de futures déconvenues.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-ingenuity-il-passe-lors-son-sixieme-vol-ciel-mars-87705/