Archives par étiquette : Ingenuity

Perseverance est à l’écoute des sons de Mars

En parallèle de sa mission principale d’exploration et de collecte de roches, le rover Perseverance écoute et enregistre les sons audibles à la surface de Mars, à l’aide de microphones. Les scientifiques peuvent ainsi en apprendre plus sur l’atmosphère ténue de la Planète rouge.

Perseverance ne nous rapporte pas seulement des roches martiennes, le rover recueille aussi des extraits audio ! Présent sur Mars depuis le 18 février, il a commencé à enregistrer les bruits de la planète depuis le début effectif de sa mission. Plusieurs bandes sonores avaient déjà été dévoilées au cours des mois précédents, sur lesquelles la surface de la planète déserte et aride était audible pour la première fois. Les deux microphones équipant Perseverance permettent aux ingénieurs du JPL (Jet Propulsion Laboratory) et de l’Irap (Institut de recherche en astrophysique et planétologie) d’en apprendre plus sur l’atmosphère de la Planète rouge grâce aux sons la parcourant, cumulant à ce jour plus de cinq heures d’enregistrements.

Les oreilles de Perseverance
Le premier microphone de Perseverance est installé au niveau du châssis, tandis que le second, amélioré par les ingénieurs de l’école française ISAE-Supaero en collaboration avec le Laboratoire national de Los Alamos (États-Unis), a été implémenté sur l’instrument SuperCam. Les microphones sont pensés pour résister à la rigueur du climat martien : la planète est aride et poussiéreuse, un instrument dédié à la captation sonore doit être résistant à ces conditions difficiles.

Chaque microphone permet aux ingénieurs pilotant le rover de recueillir des données sur deux points : la maintenance de l’astromobile et les relevés atmosphériques de Mars. Si les roues et le bras robotisé de Perseverance sont surveillés par des caméras pour assurer la pérennité de la mission, les sons pourraient aussi alerter d’une possible anomalie invisible à l’œil. La captation est si précise qu’elle permettrait aux ingénieurs d’entendre un dysfonctionnement électrique au niveau des roues.

Écouter pour analyser l’atmosphère de Mars
Si les microphones de Perseverance peuvent alerter sur de potentiels problèmes techniques, celui installé sur la caméra SuperCam, en hauteur, permet d’enregistrer les fluctuations sonores à proximité du rover. Lors du déploiement du robot, les chercheurs ignoraient si ce dernier pourrait effectivement enregistrer les bruits environnants, mais le microphone s’est revélé très efficace, captant même le son provoqué par les hélices du drone Ingenuity lors de son quatrième vol, alors qu’il se situait à environ 80 mètres de Perseverance.

L’accessoire a rapidement démontré son utilité en apportant aux ingénieurs du JPL et de l’Irap des informations sur l’atmosphère de Mars. Le micro de SuperCam enregistre les légères turbulences atmosphériques balayant la surface de la Planète rouge, ainsi que les tirs laser réalisés par SuperCam. La caméra est équipée de trois spectromètres dont le pointage laser est déterminant dans l’analyse de la composition des roches étudiées. Le microphone de SuperCam enregistre à ce jour 25.000 tirs laser, assurant ainsi le bon fonctionnement de l’instrument clé du rover.

Après deux semaines de black-out induit par l’orbite de Mars, la planète passant derrière le Soleil, rendant ainsi les communications impossibles, les explorateurs robotiques de la Nasa devraient reprendre leurs missions sous peu. À ce jour, Perseverance a parcouru 2,61 kilomètres en 210 sols, soit un peu plus de 215 jours terrestres et il se situe dans la région de South Séítah, au sud du point de départ de son aventure.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/perseverance-perseverance-ecoute-sons-mars-63919/

Surprise, la mission de l’hélico Ingenuity ne s’arrêtera pas : « Maintenant c’est un vol après l’autre »

La mission d’Ingenuity est loin d’être terminée. L’hélicoptère de la Nasa poursuit inlassablement son péril sur Mars et ne compte pas encore s’arrêter. Les vols sont un tel succès qu’il a été décidé d’en faire un allié de Perseverance tant qu’il continue de bien fonctionner.

Il avait tout pour être un second rôle idéal, mais il est en train de voler la vedette au personnage principal. Ingenuity multiplie les prouesses depuis son arrivée sur Mars et ce n’est pas près de s’arrêter. Après désormais une douzaine de vols, le petit hélicoptère qui accompagnait le rover Perseverance est en pleine forme et dépasse toutes les attentes. « Un seul vol aurait été un succès, raconte Nacer Chahat, ingénieur français au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la Nasa qui a travaillé sur les antennes et tout le système de communication. Donc là c’est bien au-delà des espérances et les missions sont de plus en plus complexes. »

Ingenuity a appris à aller plus haut, plus loin, et il a désormais volé sur plus d’un kilomètre de distance au total. Un succès tel que désormais, à la Nasa, on ne parle plus du tout de fin de mission pour lui. Mars va bientôt passer derrière le Soleil et la communication va être interrompue, mais dès le retour il va pouvoir continuer. « Maintenant c’est un vol après l’autre, précise Nacer Chahat. Tant que le système est fiable, on continue. »

PROCHAINE ÉTAPE : AIDER PERSEVERANCE (À MOINS D’UN KILOMÈTRE)
On continue, certes, mais pour quoi faire ? Ingenuity a cumulé bien assez de données pour tester tous ses composants et pour apprendre à voler dans toutes les circonstances. Il a rempli son cahier des charges. La prochaine étape est donc d’aider Perseverance. « Maintenant nous pouvons aider les scientifiques, et pas seulement apprendre à voler, assure Nacer Chahat. Ingenuity peut aller voir des zones inaccessibles pour le rover et prendre des photos. C’est une nouvelle mission avec de nouvelles contraintes. »

Ces contraintes, elles sont liées au point faible d’Ingenuity : il ne fonctionne qu’en liaison avec le rover. Les deux engins ne doivent pas être séparés de plus d’un kilomètre, sinon la communication ne passe plus et l’hélicoptère ne peut plus être contrôlé. Les ingénieurs sont très prudents avec cette limite, car Ingenuity n’a jamais dépassé les 625 mètres de distance pour l’instant.

Mais rester dans cette zone de confort va devenir un peu plus compliqué maintenant, confie Nacer Chahat : « Au début, le rover restait où ça nous arrangeait pour les premiers vols, mais désormais c’est à nous de nous adapter à lui. Il nous faut le suivre partout. » Perseverance constitue bel et bien le cœur de la mission et le rover doit maintenant se contenter d’être son assistant. Ce qui veut dire voler dans des endroits parfois plus accidentés, aller chercher des images de lieux choisis pour leur potentiel intérêt scientifique. Bref, Ingenuity va devoir faire preuve de flexibilité et se plier aux exigences des scientifiques, et non plus seulement des ingénieurs. Les prochains vols ne seront donc pas des démonstrations techniques, toujours plus loin, toujours plus haut, mais seront avant tout utiles.

INGENUITY AD VITAM ETERNAM
À quoi ressemblera le dernier vol d’Ingenuity, et quand aura-t-il lieu ? Personne ne peut le dire actuellement. Mais quoi qu’il en soit Nacer Chahat et les autres ingénieurs du JPL travaillent déjà sur un successeur.

« Nous en sommes pour l’instant au développement du concept, mais le principal défi sera de faire un hélicoptère plus gros et plus lourd. » Le potentiel Ingenuity 2 sera trop gros pour partir avec un rover, et il devra transporter des instruments scientifiques d’au moins 20 kg, ce qui implique des pales plus grosses et sans doute plus rapides. Un défi non négligeable à relever, puisque la principale difficulté pour faire voler Ingenuity était la rareté de l’air sur Mars qui obligeait les pâles à tourner bien plus vite que sur Terre. Il faudra donc faire encore plus la prochaine fois.

Mais l’équipe peut compter sur des mois d’expériences avec le succès du premier appareil. Et d’ici quelques années un autre engin volant devrait parcourir un autre astre : Dragonfly est en préparation pour aller visiter Titan, le satellite de Saturne. « Nous pouvons aider, considère Nacer Chahat, car nous savons comment faire pour opérer les vols, nous pouvons donner des conseils, mais les problématiques ne sont pas du tout les mêmes, l’atmosphère sur Titan est beaucoup plus dense. » L’équipe qui travaille sur Dragonfly sera donc confrontée à des défis très différents, mais espère connaître le même succès.

Source : https://www.numerama.com/sciences/735128-surprise-la-mission-de-lhelico-ingenuity-ne-sarretera-pas-maintenant-cest-un-vol-apres-lautre.html

Ingenuity vient de réaliser son 11e vol, voici ce qu’il a fait

Le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa a publié de nouvelles images prises par l’hélicoptère Ingenuity sur Mars lors de son 11e vol. L’agence américaine a déjà annoncé une 12e mission de reconnaissance en amont des déplacements du rover Perseverance.

Les succès continuent de s’enchaîner pour Ingenuity. L’hélicoptère martien a réalisé un 11e vol réussi, à 6 h 45 (UTC +2) le mercredi 4 août. Le drone est monté à près de 12 mètres, parcourant une distance de 385 mètres à environ 18 km/h. L’objectif de la manœuvre était principalement de déplacer l’aéronef vers une zone inexplorée, au nord-ouest de sa position. Durant les deux minutes et dix secondes du vol, Ingenuity en a profité pour prendre différentes photos en couleur, dont deux à l’atterrissage pour fournir une image stéréoscopique du lieu.

Propulsé par HelloAsso

Direction South Séítah
La prochaine mission d’Ingenuity sera un vrai exercice de reconnaissance du terrain, la Nasa ayant indiqué que le drone avancerait avant le rover Perseverance vers le secteur de South Séítah, au nord-ouest de ses deux précédentes étapes, Cratered Floor Fractured Rough et Raised Ridges.

South Séítah devrait être un véritable challenge pour les techniciens du Jet Propulsion Laboratory. Les chercheurs avaient annoncé en amont du 9e vol que la visite de ce secteur serait compliquée, de nombreuses formations sablonneuses pouvant ralentir ou endommager Perseverance. Pour l’heure, aucune date précise n’a été annoncée par la Nasa pour le 12e vol d’Ingenuity, mais l’hélicoptère miniature devrait repartir en exploration dans les semaines à venir.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-ingenuity-vient-realiser-son-11e-vol-voici-ce-quil-fait-86747/

10e vol d’Ingenuity : l’hélicoptère vient de réaliser son parcours le plus complexe au-dessus de Mars

Après son dixième vol, une nouvelle étape vient d’être franchie par Ingenuity. Une étape plus symbolique, cette fois. Depuis son premier décollage en avril dernier, l’hélicoptère martien de la Nasa a désormais parcouru plus d’un mile – soit environ 1,605 kilomètres – au-dessus de la surface de la planète rouge.

C’est très tôt ce dimanche matin que la Nasa l’a annoncé. Ce week-end, Ingenuity a effectué son dixième vol au-dessus de la surface de Mars. L’hélicoptère a survolé une région baptisée « Rised Ridges » située à quelque 50 mètres au sud sud-ouest de l’endroit où s’était posé l’engin après son neuvième vol en début de mois.

Pourquoi survoler cette zone ? Parce que les chercheurs l’envisagent comme un endroit idéal pour aller chercher des preuves d’une vie martienne passée avec Perseverance, le rover qui a emporté Ingenuity dans son voyage vers Mars. Les systèmes de fractures comme celui-ci, en effet, sont des caractéristiques à partir desquelles l’eau peut pénétrer sous terre. Ainsi, si de l’eau a coulé dans la région, un forage du côté de « Rised Ridges » pourrait s’avérer très intéressant.

Aider Perseverance à trouver des traces de vie
Dès vendredi, les ingénieurs de la Nasa décrivaient la complexité de ce dixième vol qui devait s’effectuer à une altitude record de 12 mètres – soit 2 mètres de plus que les précédents – sur une durée de 165 secondes. L’objectif principal d’Ingenuity étant de capturer des images de « Rised Ridges » que les chercheurs espèrent ensuite pouvoir combiner pour former des rendus stéréoscopiques.

De manière plus symbolique, la Nasa note que ce dixième vol a été l’occasion pour Ingenuity de dépasser un mile – soit environ 1,605 kilomètres – de distance parcourue au total depuis le premier envol en avril dernier de la mission sur Mars. Mais aussi de franchir le cap des 1.000 secondes en vol. Le tout en renvoyant vers la Terre de nombreuses images d’intérêt.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-10e-vol-ingenuity-helicoptere-vient-realiser-son-parcours-plus-complexe-dessus-mars-86747

Ingenuity a réussi son huitième vol sur Mars

Pour la huitième fois, Ingenuity a volé au-dessus de la surface de Mars. Quelque 77 secondes dans les airs pour une distance parcourue d’environ 160 mètres.

Il y a un peu moins de deux semaines, la Nasa annonçait le succès du 7e vol de son hélicoptère martien. Et les équipes se disaient déjà prêtes à une nouvelle tentative.

Aujourd’hui, la Nasa confirme un 8evol pour Ingenuity. Peu de détails sont disponibles pour l’heure, mais on apprend tout de même que le vol a eu lieu comme prévu ce lundi 21 juin 2021. Il a duré 77,4 secondes et a permis à l’engin de se déplacer sur quelque 160 mètres, jusqu’à un nouveau site d’atterrissage.

Ingenuity est désormais posé à environ 133 mètres du rover de la Nasa, Perseverance qui poursuit, lui aussi, sa mission sur Mars.

Le prochain vol n’est pas encore planifié. Mais la Nasa promet de communiquer quelques précisions concernant le dernier d’ici quelques heures. Et elle rappelle que les données de tous les vols d’Ingenuity — sauf ce 8e, car la page n’a pas encore été mise à jour — sont récapitulées dans un tableau visible sur le site de la mission Mars Helicopter.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-ingenuity-a-reussi-son-huitieme-vol-mars-86747/

L’aventure continue : 7e vol réussi sur Mars pour Ingenuity qui « se porte à merveille »

Ingenuity vient une nouvelle fois de décoller de la surface de Mars. Et d’atterrir comme prévu à un peu plus de 100 mètres de son point de départ, sur un site jusqu’alors inexploré.

Il ne devait pas avoir lieu avant ce dimanche 6 juin 2021. Et la Nasa l’a annoncé aujourd’hui, mercredi 9 juin : Ingenuity a réussi son 7e vol au-dessus de la surface de Mars. Un vol qui a duré 62,8 secondes et au cours duquel l’hélicoptère martien a parcouru quelque 106 mètres. Pour aller se poser – pour la deuxième fois seulement – sur un site qu’il n’avait pas encore observé depuis les airs. Se fiant aux seules images renvoyées par la caméra Hirise embarquée à bord de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (Nasa).

Alors que certains pouvaient s’inquiéter d’une surchauffe des composants d’Ingenuity, limitant son temps de vol, l’équipe de la Nasa se veut aujourd’hui rassurante sur ce point. Aucun signe de vieillissement n’a été noté. Chaque vol permet en revanche de récolter des données réelles supplémentaires sur les performances du rotor de l’hélicoptère martien ainsi que sur ses caractéristiques thermiques. De quoi envisager d’augmenter progressivement les temps de vol.

Another successful flight 👏
#MarsHelicopter completed its 7th flight and second within its operations demo phase. It flew for 62.8 seconds and traveled ~106 meters south to a new landing spot. Ingenuity also took this black-and-white navigation photo during flight. https://t.co/amluVq9wbb

D’autres vols à venir
Après l’incident survenu lors du 6e vol, les ingénieurs de la Nasa précisent aussi qu’aucune alerte n’a été à signaler pour ce nouveau vol. « Ingenuity se porte à merveille ! » Alors même que les équipes s’attendaient à ce que l’hélicoptère en reste à seulement cinq vols, sa mission a été prolongée de 30 jours. Et elle pourrait aller au-delà, tant que ces vols n’interfèrent pas avec la mission sur Mars de Perseverance, le rover qui lui sert de relai de communication.

L’idée est désormais de pousser Ingenuity dans ses retranchements. De tester sa capacité à explorer des terrains inaccessibles à un rover. De l’emmener toujours plus loin vers des zones non repérées. Avec un risque de crash qui grandit à chaque fois. Et qui mettrait définitivement fin à la belle aventure.

Propulsé par HelloAsso

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-aventure-continue-7e-vol-reussi-mars-ingenuity-porte-merveille-86747/

Comment Ingenuity va rendre les opérations de Perseverance plus efficaces

Après avoir démontré qu’un véhicule aérien pouvait voler dans le ciel de Mars, Ingenuity va réaliser des vols opérationnels, c’est-à-dire des vols utiles à la mission de Perseverance. Ces vols devront illustrer et tester les différentes possibilités de coopération avec le rover. Les explications de Jeff Delaune, chercheur en robotique spatiale et membre de l’équipe du système qui assure le contrôle du vol d’Ingenuity.

Alors que les deux objectifs principaux d’Ingenuity ont été atteints, la Nasa a décidé d’une première prolongation de la mission de l’hélicoptère de 30 jours qui devait se terminer fin mai, début juin. Elle devait démontrer les « possibilités de coopération avec le rover Perseverance », nous explique Jeff Delaune, chercheur en robotique spatiale et membre de l’équipe GNC d’Ingenuity, (Guidage, Navigation and Control, le système qui assure le contrôle du vol de l’hélico). Pour rappel, le premier objectif était de réaliser le « premier vol contrôlé sur Mars en atterrissant en position stable et en sécurité » et le second « consistait à retourner sur Terre les données d’ingénierie des vols pour améliorer les futures missions aériennes dans le ciel martien ».

Pour l’heure, la Nasa n’a pas officiellement annoncé de nouvelle prolongation de la mission d’Ingenuity, mais « nous pensons que si tout continue de bien se passer sur le plan technique, l’engin pourrait durer pendant plusieurs mois, voire jusqu’à la conjonction de Mars prévue le 13 octobre ». À cette date, le passage de Mars derrière le Soleil va engendrer une interruption des liaisons radio entre la Terre et Mars « pendant laquelle il sera impossible de communiquer avec Ingenuity et donc de le faire voler ». Le principal souci est la « poussière qui pourrait recouvrir le panneau solaire de l’hélicoptère et donc l’empêcher de recharger ses chaufferettes nécessaires pour résister aux nuits martiennes ». Actuellement, la poussière est évacuée de façon quasi idéale lors des vols d’Ingenuity.

Des vols opérationnels pour Ingenuity
Cette extension de la mission a comme principal objectif de démontrer « l’utilité et l’intérêt d’un véhicule aérien en complément d’un rover ou d’un lander » et comment l’utilisation de ce binôme pourrait « bénéficier à l’exploration future de Mars et d’autres mondes, avec à la clé de probables futurs projets aériens plus ambitieux » lors de vols opérationnels. Dans le cas de la mission Mars 2020, même si Ingenuity n’embarque pas d’instruments à bord, il peut apporter une valeur scientifique à la mission, « en aidant à décider des prochaines opérations du rover ». C’est le pari

Après le vol 6, qui a donné quelques sueurs froides à l’équipe, les prochains vols devraient se poursuivre avec un « rythme moins élevé que lors de la phase initiale avec deux vols par mois ». Ces vols seront consacrés à la collaboration avec Perseverance, et moins à repousser les limites d’Ingenuity. « Il ne faut donc probablement pas s’attendre à de nouveaux records de vitesse ou d’altitude ! » L’hélicoptère plafonnera sous les 10 mètres d’altitude et se contentera de voler à plus ou moins cinq mètres du sol et à des vitesses qui ne dépasseront probablement pas les cinq mètres par seconde. Pour garantir le contact radio avec le rover Perseverance, Ingenuity ne devrait pas s’en éloigner de plus d’un kilomètre.

« Tracer des cartes, identifier des sites d’intérêt et apporter un point de vue complémentaire aux caméras du rover et d’orbiters » sont les objectifs qui paraissent les plus pertinents pour montrer « comment Ingenuity peut être utile à Perseverance ».

Dans le détail, les observations d’Ingenuity pourraient aider à « tracer des cartes et les chemins les plus efficaces », en matière de temps et de sécurité, qu’emprunterait Perseverance. Ingenuity pourrait aller « reconnaître des sites jusqu’à une distance de plusieurs centaines de mètres » que l’hélicoptère peut atteindre en seulement quelques minutes contre plusieurs jours pour le rover. Enfin, la « planification des déplacements du rover pourrait également être grandement améliorée ». Actuellement les déplacements du rover sont planifiés chaque jour en tenant compte des données fournies par les caméras du rover mais aussi des orbiters. Pour améliorer ce rendement, l’idée est qu’un point de vue intermédiaire, en l’occurrence Ingenuity, pouvant se projeter en avant du rover, « permettrait de reconstruire le chemin à parcourir avec plus de précision ».

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/perseverance-ingenuity-va-rendre-operations-perseverance-plus-efficaces-87813/

Déjà 100 jours sur Mars pour Perseverance : quels sont les premiers succès du rover ?

Ça y est, Perseverance a fêté son 100e jour sur la planète Mars. Le rover de la Nasa s’est déjà beaucoup activé et a réussi diverses « premières fois » sur la planète rouge.

Le rover Perseverance de la Nasa a passé le cap symbolique du 100e jour de sa mission sur Mars (sur la planète rouge, on parle aussi de sol pour désigner le jour). Le 1er juin 2021, la Nasa l’a souligné sur Twitter, rappelant au passage les premières activités de son robot qui ont été couronnées de succès depuis son atterrissage sur place le 18 février.

Voici les six principales réalisations de Perseverance sur Mars, pendant ces 100 premiers sols.

L’ATTERRISSAGE À HAUT RISQUE
La Nasa ne met pas cette étape dans sa propre liste, mais elle a pourtant été un préalable nécessaire à la suite des opérations à la surface de la planète : le simple fait de réussir à poser Perseverance sur Mars représentait un défi. L’agence spatiale a d’ailleurs forgé l’expression de « 7 minutes de terreur » pour souligner à quel point il est risqué de se poser sur Mars — qui plus est d’y poser un engin pesant plus d’une tonne. Mars n’a pas assez d’atmosphère pour faire ralentir une sonde, comme on pourrait le faire sur Terre. Aucune assistance humaine n’est envisageable, car la communication entre la Terre et Mars n’est pas immédiate.

Le 18 février, tout s’est passé comme prévu, et le rover a rapidement pu envoyer ses premières images (en noir et blanc), confirmant son arrivée sur Mars. La Nasa avait équipé Perseverance, la sonde et la grue volante de caméras, ce qui a permis d’immortaliser la descente du robot dans une vidéo vertigineuse. L’agence spatiale avait même dissimulé un message dans le parachute qui a ralenti la course de Perseverance.

LE TEST DE TOUS LES INSTRUMENTS
La charge utile du rover est composée de six instruments, en plus du système de prélèvement et de stockage des échantillons et des deux expériences technologiques (MOXIE et Ingenuity). Après l’atterrissage sur Mars, une phase de test de ces différents instruments a dû être menée, pour s’assurer qu’ils fonctionnaient comme escompté et pouvaient être exploités à des fins scientifiques. Tous les instruments, y compris les caméras, ont pu être vérifiés.

Pour SuperCam, par exemple, le CNES a confirmé le 10 mars que le premier bilan de santé de l’instrument était positif, et que l’équipe scientifique pouvait s’en servir pour explorer le site d’atterrissage du rover. SuperCam est le plus gros des instruments scientifiques embarqués par Perseverance (avec ses 10 kilogrammes). La France a contribué au développement de cet « œil » du rover, qui peut analyser la surface de Mars à l’aide de plusieurs techniques.

PLUS DE 75 000 IMAGES DE MARS
En 100 sols, le rover a pu transmettre vers la Terre plus de 75 000 images de Mars. On parle ici d’images brutes, non traitées. L’ensemble de ces clichés est mis à disposition du grand public par la Nasa, sur le site de la mission Mars 2020. Il s’agit à la fois de visuels obtenus avec les caméras de navigation (Navcam, Hazcam), avec les caméras scientifiques (Mastcam-Z, SuperCam, SHERLOC, MEDA) ou les caméras de descente (deux sur l’astromobile).

À partir de ces images brutes, il est possible de reconstituer des vues plus larges, comme le tout premier selfie de Perseverance avec l’hélicoptère Ingenuity, issu d’un assemblage de 62 images prises par le rover.

LE DÉPLOIEMENT DE L’HÉLICOPTÈRE INGENUITY
Après avoir cherché un lieu approprié et fait quelques zigzags, Perseverance a entrepris de déposer son petit compagnon, l’hélicoptère Ingenuity, à la surface de la planète rouge. Ce déploiement a duré six sols, lors desquels le giravion a été progressivement pivoté, « déplié » puis définitivement lâché par le rover. La Nasa a confirmé que le robot volant était bien posé sur Mars le 4 avril. Le rover a dû rapidement s’écarter de l’hélicoptère, pour permettre à son panneau solaire de capter aisément les rayons. Ingenuity en dépend pour obtenir de l’énergie et fonctionner.

Le 19 avril, Ingenuity a réussi à s’élever pour la première fois dans l’atmosphère de Mars, observé par Perseverance. Depuis, l’hélicoptère enchaîne les envolées réussies et détrône régulièrement ses propres records d’altitude, de vitesse ou de durée de vol. La Nasa a même finalement décidé d’accorder 30 jours supplémentaires à Ingenuity pour voler sur Mars.

Propulsé par HelloAsso

LES PREMIERS SONS ENREGISTRÉS SUR MARS
Autre grande première accomplie par le rover de la mission Mars 2020 : avant lui, jamais aucun son n’avait pu être enregistré à la surface de la planète rouge. Le rover Perseverance est équipé de deux microphones : un micro scientifique, situé sur SuperCam, et un micro de descente. Ce dernier n’a malheureusement obtenu aucune donnée exploitable pendant l’atterrissage, mais c’est bien lui qui a capté les tout premiers sons de Mars ensuite, présentés le 22 février. Quant au microphone de SuperCam, il a lui aussi pu obtenir ses premiers sons de Mars, dévoilés quelques jours plus tard.

Ces extraits sonores sont brefs, mais suffisent à constater que le son semble bien différent de celui que nous pouvons percevoir sur Terre. Ce phénomène est lié au fait que les conditions à la surface de Mars sont différentes : la vitesse du son est plus lente que sur Terre, le niveau sonore est plus bas et il y a un effet d’atténuation.

LA FABRICATION D’OXYGÈNE
Pendant qu’Ingenuity menait ses essais de vol, Perseverance ne s’est pas contenté de le surveiller. Pour la première fois, l’expérience MOXIE (Mars OXYgen ISRU Experiment) installée sur le robot a réussi à produire de l’oxygène, à partir du dioxyde de carbone présent dans l’atmosphère de la planète rouge. En quelque sorte, c’est comme si MOXIE avait respiré un peu de cette atmosphère, pour ensuite expirer une petite quantité d’oxygène. La quantité produite aurait été suffisante pour faire respirer un astronaute pendant environ 10 minutes.

Cette expérience technologie est prometteuse pour l’avenir de l’exploration humaine de Mars, car l’oxygène sera essentiel aux explorateurs. Il s’avère non seulement crucial pour respirer, mais aussi pour propulser la fusée qui permettra le retour de la mission vers la Terre.

Source : https://www.numerama.com/sciences/716168-perseverance-quels-sont-les-premiers-succes-du-rover.html