10e vol d’Ingenuity : l’hélicoptère vient de réaliser son parcours le plus complexe au-dessus de Mars

Après son dixième vol, une nouvelle étape vient d’être franchie par Ingenuity. Une étape plus symbolique, cette fois. Depuis son premier décollage en avril dernier, l’hélicoptère martien de la Nasa a désormais parcouru plus d’un mile – soit environ 1,605 kilomètres – au-dessus de la surface de la planète rouge.

C’est très tôt ce dimanche matin que la Nasa l’a annoncé. Ce week-end, Ingenuity a effectué son dixième vol au-dessus de la surface de Mars. L’hélicoptère a survolé une région baptisée « Rised Ridges » située à quelque 50 mètres au sud sud-ouest de l’endroit où s’était posé l’engin après son neuvième vol en début de mois.

Pourquoi survoler cette zone ? Parce que les chercheurs l’envisagent comme un endroit idéal pour aller chercher des preuves d’une vie martienne passée avec Perseverance, le rover qui a emporté Ingenuity dans son voyage vers Mars. Les systèmes de fractures comme celui-ci, en effet, sont des caractéristiques à partir desquelles l’eau peut pénétrer sous terre. Ainsi, si de l’eau a coulé dans la région, un forage du côté de « Rised Ridges » pourrait s’avérer très intéressant.

Aider Perseverance à trouver des traces de vie
Dès vendredi, les ingénieurs de la Nasa décrivaient la complexité de ce dixième vol qui devait s’effectuer à une altitude record de 12 mètres – soit 2 mètres de plus que les précédents – sur une durée de 165 secondes. L’objectif principal d’Ingenuity étant de capturer des images de « Rised Ridges » que les chercheurs espèrent ensuite pouvoir combiner pour former des rendus stéréoscopiques.

De manière plus symbolique, la Nasa note que ce dixième vol a été l’occasion pour Ingenuity de dépasser un mile – soit environ 1,605 kilomètres – de distance parcourue au total depuis le premier envol en avril dernier de la mission sur Mars. Mais aussi de franchir le cap des 1.000 secondes en vol. Le tout en renvoyant vers la Terre de nombreuses images d’intérêt.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-10e-vol-ingenuity-helicoptere-vient-realiser-son-parcours-plus-complexe-dessus-mars-86747

Sur Mars, des aurores géantes photographiées par la sonde Hope

La sonde émiratie Hope a rapporté des photographies inédites des aurores martiennes qui se produisent sur toute la planète.

MARS – C’est la première découverte majeure de la sonde Hope, envoyée avec succès en orbite autour de Mars par les Émirats arabes unis en février dernier. L’agence spatiale émiratie a publié ce mercredi 30 juin des images inédites des aurores martiennes, un phénomène qui peut survenir sur l’ensemble de la planète rouge.

Sur Terre, les aurores surviennent seulement à proximité des pôles lorsque les particules solaires sont déviées par le champ de magnétique de la Terre. Sur Mars, les aurores peuvent se produire à toutes les latitudes, de l’extrême de la planète aux pôles à l’équateur.

Des champs magnétiques dans toutes les directions
Cette répartition des aurores martiennes s’explique par les caractéristiques particulières du champ magnétique de Mars. Alors que le champ magnétique de la Terre est produit par les mouvements de convection de son noyau, composé à 90% de fer liquide, le noyau de Mars s’est refroidi il y a des milliards d’années, privant du coup la planète d’un champ magnétique planétaire fort. Mais certaines parties de la croûte martienne conservent toujours un certain magnétisme.

Ces morceaux de croûte sont répartis dans toutes les directions de la planète et génèrent des champs magnétiques de force inégale, explique au New York Timesle Dr Justin Deighan du laboratoire de physique spatiale de l’Université du Colorado qui collabore avec les Émirats arabes unis sur la mission Hope. Ces champs attirent les particules du vent solaire, qui quand elles rencontrent la haute atmosphère, génèrent l’éclat des aurores .

Les scientifiques ont constaté qu’une forme d’aurore martienne survenait uniquement sur la partie éclairée de la planète, tandis que les deux autres pendant la nuit. Un autre phénomène d’aurore se déroule seulement durant les grosses tempêtes solaires, illuminant le disque entier de la planète.

Une expérience non prévue
Prendre des photographies des aurores ne faisait pas initialement partie des observations scientifiques prévues de la mission Hope. L’ambition de la mission émiratie est avant tout de mieux d’étudier les dynamiques de l’atmosphère martienne et de comprendre pourquoi cette atmosphère s’échappe dans l’espace.

Mais avant le lancement de la sonde, les scientifiques ont réalisé qu’un de ses instruments, le spectromètre à ultraviolet prévu pour étudier la quantité d’hydrogène et d’oxygène dans la haute atmosphère, pouvait également servir pour observer les aurores. “Notre pari était que nous allions voir quelque chose, mais nous ne savions pas à quelle fréquence”, se rappelle le Dr Deighan. “Ce qui est fantastique, c’est que nous l’ayons vu tout de suite avec une telle clarté.”

Étudier les aurores martiennes apparaît être une particulièrement tâche ardue, à laquelle les chercheurs se sont attelés depuis des décennies. D’autres missions spatiales ont ainsi cherché à observer les aurores, comme la sonde Mars Express de l’ESA ou l’orbiteur MAVEN de la NASA, mais les résultats n’ont pas été aussi probants.

Comparées à Hope, ces sondes étaient situées à une orbite plus proche de la surface de Mars et donc n’ont pu observer la planète dans son ensemble. La sonde Hope, positionnée à 43000 km d’altitude, offre une vue inédite du phénomène à l’échelle de la planète.

Maintenant que les scientifiques savent que l’observation des aurores est possible avec l’orbiteur Hope, de nouvelles pistes de recherche pourront être explorées, en particulier pour comprendre la composition des particules à l’origine des aurores.

Source : https://m.huffingtonpost.fr/entry/la-sonde-hope-devoile-des-images-inedites-des-aurores-de-mars_fr_60dee9b7e4b0ad1785da9ee4

Ingenuity a réussi son huitième vol sur Mars

Pour la huitième fois, Ingenuity a volé au-dessus de la surface de Mars. Quelque 77 secondes dans les airs pour une distance parcourue d’environ 160 mètres.

Il y a un peu moins de deux semaines, la Nasa annonçait le succès du 7e vol de son hélicoptère martien. Et les équipes se disaient déjà prêtes à une nouvelle tentative.

Aujourd’hui, la Nasa confirme un 8evol pour Ingenuity. Peu de détails sont disponibles pour l’heure, mais on apprend tout de même que le vol a eu lieu comme prévu ce lundi 21 juin 2021. Il a duré 77,4 secondes et a permis à l’engin de se déplacer sur quelque 160 mètres, jusqu’à un nouveau site d’atterrissage.

Ingenuity est désormais posé à environ 133 mètres du rover de la Nasa, Perseverance qui poursuit, lui aussi, sa mission sur Mars.

Le prochain vol n’est pas encore planifié. Mais la Nasa promet de communiquer quelques précisions concernant le dernier d’ici quelques heures. Et elle rappelle que les données de tous les vols d’Ingenuity — sauf ce 8e, car la page n’a pas encore été mise à jour — sont récapitulées dans un tableau visible sur le site de la mission Mars Helicopter.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-ingenuity-a-reussi-son-huitieme-vol-mars-86747/

Mais comment a fait le rover Zhurong pour prendre cette photo extraordinaire ?

L’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) vient tout juste de publier quelques photos de Zhurong, le rover qu’elle a posé sur Mars il y a près d’un mois déjà. Des images incroyables… et pourtant bien vraies.

L’une d’entre elles, notamment, a immédiatement suscité les interrogations — parfois même la méfiance — des internautes sur les réseaux sociaux : un portrait du rover Zhurong et de son atterrisseur. Mais par qui cette image étonnante a-t-elle été prise ? Tout simplement par une caméra que Zuhrong a lui-même déposée à une dizaine de mètres de l’atterrisseur avant de revenir poser à côté de lui, précise la CNSA.

En octobre 2020, la sonde spatiale Tianwen-1 — l’engin qui justement, portait le rover Zhurong — avait déjà largué une caméra qui avait permis d’obtenir des photos d’elle-même dans l’espace.

Rappelons que le rover chinois arpentera la région d’Utopia Planitia et qu’il y recherchera des traces d’eau ou de glace qui pourraient aider à déterminer si Mars a jamais abrité la vie.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/breves/mars-mais-fait-rover-zhurong-prendre-cette-photo-extraordinaire-4525/?utm_source=pushB&utm_medium=sciences&utm_campaign=push

L’aventure continue : 7e vol réussi sur Mars pour Ingenuity qui « se porte à merveille »

Ingenuity vient une nouvelle fois de décoller de la surface de Mars. Et d’atterrir comme prévu à un peu plus de 100 mètres de son point de départ, sur un site jusqu’alors inexploré.

Il ne devait pas avoir lieu avant ce dimanche 6 juin 2021. Et la Nasa l’a annoncé aujourd’hui, mercredi 9 juin : Ingenuity a réussi son 7e vol au-dessus de la surface de Mars. Un vol qui a duré 62,8 secondes et au cours duquel l’hélicoptère martien a parcouru quelque 106 mètres. Pour aller se poser – pour la deuxième fois seulement – sur un site qu’il n’avait pas encore observé depuis les airs. Se fiant aux seules images renvoyées par la caméra Hirise embarquée à bord de la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (Nasa).

Alors que certains pouvaient s’inquiéter d’une surchauffe des composants d’Ingenuity, limitant son temps de vol, l’équipe de la Nasa se veut aujourd’hui rassurante sur ce point. Aucun signe de vieillissement n’a été noté. Chaque vol permet en revanche de récolter des données réelles supplémentaires sur les performances du rotor de l’hélicoptère martien ainsi que sur ses caractéristiques thermiques. De quoi envisager d’augmenter progressivement les temps de vol.

Another successful flight 👏
#MarsHelicopter completed its 7th flight and second within its operations demo phase. It flew for 62.8 seconds and traveled ~106 meters south to a new landing spot. Ingenuity also took this black-and-white navigation photo during flight. https://t.co/amluVq9wbb

D’autres vols à venir
Après l’incident survenu lors du 6e vol, les ingénieurs de la Nasa précisent aussi qu’aucune alerte n’a été à signaler pour ce nouveau vol. « Ingenuity se porte à merveille ! » Alors même que les équipes s’attendaient à ce que l’hélicoptère en reste à seulement cinq vols, sa mission a été prolongée de 30 jours. Et elle pourrait aller au-delà, tant que ces vols n’interfèrent pas avec la mission sur Mars de Perseverance, le rover qui lui sert de relai de communication.

L’idée est désormais de pousser Ingenuity dans ses retranchements. De tester sa capacité à explorer des terrains inaccessibles à un rover. De l’emmener toujours plus loin vers des zones non repérées. Avec un risque de crash qui grandit à chaque fois. Et qui mettrait définitivement fin à la belle aventure.

Propulsé par HelloAsso

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-aventure-continue-7e-vol-reussi-mars-ingenuity-porte-merveille-86747/

Matin calme sur le cratère martien Jezero

Peu après le lever du Soleil, le robot Perseverance a pris une série de photos du paysage autour de lui, sur Mars. Assemblées par Thomas Appéré, elles forment un splendide panorama sur le cratère Jezero.
Il était 6 h 50 heure locale dans le cratère Jezero, le 28 mai 2021, quand le rover américain Perseverance a commencé sa journée de travail par une série de photos des environs. Prises avec la Mastacam-Z de droite, elles ont immortalisé un paysage déjà connu mais sous un éclairage matinal nouveau. Ces 14 clichés, Thomas Appéré les a assemblés et traités pour constituer cette vue panoramique étonnante.

Grâce à la lumière rasante du Soleil levant (vers la droite), les reliefs des roches au premier plan comme ceux des buttes situées à près de 2 km vers le nord-ouest apparaissent avec une netteté particulière. Sur la droite, à mi-distance (quelques dizaines de mètres), sont visibles le capot de protection de l’hélicoptère Ingenuity, qui a été abandonné au sol, et, tout près de lui, la plaque de protection du compartiment de stockage des échantillons martiens.

CRÉDIT : NASA/JPL/CALTECH/MSSS/ASU/THOMAS APPÉRÉ
Propulsé par HelloAsso

Le rover Perseverance devrait, au cours des prochains mois, se diriger globalement vers les falaises visibles en arrière-plan. Elles constituent le bord d’anciens dépôts sédimentaires accumulés jadis par les flots d’une rivière se déversant dans le cratère.

Source : https://www.cieletespace.fr/actualites/matin-calme-sur-le-cratere-martien-jezero

Ingenuity : que s’est-il passé lors de son sixième vol dans le ciel de Mars ?

Le sixième vol d’Ingenuity ne s’est pas passé comme prévu. Retour sur ses péripéties du 22 mai.

Le 22 mai dernier, c’était le 91e sol de la mission sur Mars de Perseverance. Comprenez, le 91ejour martien depuis que le rover de la Nasa s’est posé sur la planète rouge. Mais c’était surtout le jour du sixième vol de l’hélicoptère Ingenuity. Et une fois n’est pas coutume, ce jour-là, les choses ont mal tourné.

Le plan de vol était pourtant clair. Ambitieux, mais clair. Ingenuity devait monter à 10 mètres d’altitude et voler sur 150 mètres vers le sud-ouest, à une vitesse de 4 m/s. Puis, il devait partir sur 15 mètres vers le sud tout en prenant des images vers l’ouest. Enfin, il devait voler encore sur 50 mètres vers le nord-est avant d’atterrir. Mais à la fin de la première étape, la télémétrie montre que l’hélicoptère martien a commencé à osciller d’avant en arrière. Un comportement anormal qui s’est maintenu pour tout le reste du vol.

Propulsé par HelloAsso

Ingenuity sauvé par sa robustesse
Aujourd’hui, les ingénieurs de la Nasa nous expliquent pourquoi. Ils nous rappellent que les mouvements d’Ingenuity sont contrôlés par un système baptisé « unité de mesure inertielle embarquée » (IMU). Elle mesure les accélérations et les rotations de l’appareil pour estimer sa position, sa vitesse et son altitude. C’est la caméra de navigation de l’hélicoptère qui assure la précision de ces données sur le long terme. En prenant pas moins de 30 photos par seconde. Des photos exploitées par un algorithme pour corriger les estimations de l’IMU.

Ce 22 mai 2021, environ 54 secondes après le décollage d’Ingenuity de la planète rouge, l’une des images de la caméra de navigation a été perdue. Décalant l’horodatage de toutes les images suivantes. De quoi faire perdre la tête à l’algorithme, poussé à constamment « corriger » les estimations de l’IMU pour tenir compte d’erreurs fantômes. Heureusement, les ingénieurs de la Nasa ont conçu l’hélicoptère avec une marge suffisante pour tolérer des erreurs sans qu’il devienne instable. Il a donc pu poursuivre son vol sans réellement se perdre. Et il a pu atterrir sans dommage — à seulement cinq mètres de l’endroit prévu — car la phase finale du vol ne s’appuie pas sur la caméra de navigation. La vulnérabilité mise à jour par cet incident devra tout de même être corrigée pour prévenir de futures déconvenues.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/ingenuity-ingenuity-il-passe-lors-son-sixieme-vol-ciel-mars-87705/

Le rover Chinois Zhurong, communique enfin sa première image de Mars

Posé à la surface de Mars le 15 mai, le rover Chinois Zhurong a tardé à communiquer sa première image. Ce délai s’explique par le fait que la sonde Tianwen-1 est le seul relai de communication dont dispose la Chine pour dialoguer avec Zhurong. Or, l’orbiteur a effectué une manœuvre le 17 mai pour passer sur une orbite de 8,2 h afin de pouvoir communiquer plus fréquemment avec le rover. Ce n’est qu’à partir de là qu’une communication haute fréquence a pu avoir lieu avec le rover.

Une vaste plaine dégagée de tout obstacle
L’important, c’est que cette première image soit enfin là. Elle montre la grande plaine d’Utopia Planitia. La Chine a choisi un site d’atterrissage très peu accidenté pour ne pas accumuler les risques. Et à raison, puisque Zhurong s’est posé à 33 km du centre de la zone visée. Il se trouve en fait juste en bordure de l’ellipse nominale visée par la CNSA (l’agence spatiale chinoise). Le rover devra rouler plusieurs kilomètres avant de rencontrer des zones intéressantes à étudier.

Une image issue d’une caméra de navigation

Cette première image historique en noir et blanc a été prise par une caméra grand angle destinée à détecter les obstacles. En raison du large champ de vision, l’image est déformée. Elle a été redressée par Thomas Appéré, habitué à retraiter les images de la NASA.

Le 19 mai, la CNSA a partagé la première photo très attendue prise depuis la surface de Mars par le rover Chinois Zhurong.

On peut voir en haut les deux antennes basse fréquence destinées à sonder le sol de Mars, et la fine rampe qui servira à Zhurong à descendre de la plateforme d’atterrissage.

Une autre vue en couleur a été partagée montrant principalement le rover lui-même.



On peut voir que la moindre surface libre a été utilisée pour poser des panneaux solaires. On voit également l’antenne de communication pointée vers Tianwen-1.

La course vers la Lune en toile de fond
Cette réussite pour la Chine marque un tournant dans la compétition spatiale. En se posant sur Mars avec succès, la Chine a réussi là où les Soviétiques et les Européens ont échoué 2 fois chacun, exception faite de Mars 3 en 1971. Cette sonde Soviétique est parvenue à se poser, mais elle a été immédiatement prise dans un tempête de sable et sa mission s’est achevée au bout de 20 minutes. C’est dire la difficulté de l’exploit technique. C’est donc la 2e puissance spatiale après les Etats-Unis à vraiment réussir le challenge de l’atterrissage martien. En toile de fond se joue la compétition avec les Etats-Unis pour renvoyer des hommes vers la Lune, et à ce stade personne ne peut dire qui l’emportera, mais la Chine vient en tout cas de franchir une marche importante sur ce chemin.

Source : https://www.cieletespace.fr/actualites/le-rover-chinois-zhurong-communique-enfin-sa-premiere-image-de-mars

« Nihao Mars » : La Chine réussit à poser un robot sur la planète rouge

« L’atterrisseur Tianwen-1 s’est posé avec succès dans la zone prédéfinie » sur Mars avec à bord le robot « Zhurong », a indiqué la télévision publique CCTV

Un sans-faute : la Chine a réussi ce samedi à poser un petit robot téléguidé à la surface de Mars, une première pour le pays asiatique lors d’une mission particulièrement délicate. « L’atterrisseur Tianwen-1 s’est posé avec succès dans la zone prédéfinie » sur Mars avec à bord le robot « Zhurong », a indiqué la télévision publique CCTV, qui a diffusé une édition spéciale intitulée « Nihao Huoxing » (« Bonjour Mars »), et précisé qu’un « signal » avait été reçu sur Terre.

L’atterrissage a eu lieu à 7h18 heure de Pékin (1h18 à Paris) dans une zone de la planète rouge nommée « Utopia Planitia », une vaste plaine située dans l’hémisphère nord de Mars, a précisé l’agence spatiale chinoise (CNSA). Le président chinois Xi Jinping a adressé ses félicitations.

Illustration: Photo de la Nasa obtenue le 12 mai 2021 montrant une image de «Santa Cruz», une colline à environ 2,5 km du rover Perseverance, le 29 avril 2021. — Handout / JPL / Caltech / NASA / AFP

Echecs

Atterrir sur la planète rouge est loin d’être aisé : dans le passé, de nombreuses missions européennes, soviétiques et américaines se sont soldées par des échecs. En 2011, la Chine a bien essayé d’expédier vers Mars une sonde, lors d’une mission commune avec la Russie. Mais la tentative avait capoté et Pékin s’est depuis résolu à poursuivre l’aventure seule.

Les Chinois ont ainsi lancé en juillet 2020 depuis la Terre leur mission inhabitée « Tianwen-1 », du nom de la sonde envoyée dans l’espace. Celle-ci est composée de trois éléments : un orbiteur (qui tourne autour de Mars), un atterrisseur (qui s’est posé sur la planète rouge) et à bord un robot téléguidé, « Zhurong ».

En février, « Tianwen-1 » s’était installée en orbite martienne et avait réussi à prendre des clichés de la planète rouge. Tôt samedi, la Chine est parvenue à poser l’atterrisseur, qui doit permettre au robot « Zhurong », de sortir. Réaliser ces trois opérations lors d’une mission inaugurale vers Mars constitue une première mondiale.

Radar, lasers et panneaux solaires

Pour cette première tentative seuls, les Chinois, ambitieux, ont voulu faire tout ce que les Américains ont réalisé, eux, en plusieurs missions martiennes depuis les années 1960. L’atterrissage sur Mars a été un moment critique. Compte tenu de la « très importance distance » avec la Terre, « Tianwen-1 » a dû « se poser toute seule » sans aide extérieure, souligne Chen Lan, analyste du site GoTaikonauts.com, spécialisé dans le programme spatial chinois.

La planète rouge est située à quelque 200 millions de kilomètres de la Terre, selon les médias chinois, et un signal met « 18 minutes » pour parvenir sur Terre. Conséquence : « En cas de problème, personne sur Terre n’aurait pu l’aider », fait remarquer Chen Lan.

Missions sur Mars

D’un poids d’environ 240 kg, « Zhurong » doit conduire des analyses du sol, de l’atmosphère, prendre des photos et cartographier la planète rouge. La Chine a déjà une expérience en la matière : elle a fait rouler deux petits robots sur la Lune, les « Lapins de jade » 1 et 2 – déposés respectivement en 2013 et 2019. La mission sur Mars doit aussi chercher d’éventuels signes de vie passée.

« Zhurong » est muni de panneaux solaires pour son alimentation électrique et est censé être opérationnel durant trois mois. Le robot est également équipé de caméras, d’un radar et de lasers qui lui permettront notamment d’étudier son environnement et d’analyser la composition des roches martiennes.

Il arrive sur la planète rouge quelques mois après Perseverance, le rover de la Nasa, l’agence spatiale américaine, qui a atterri sur Mars le 18 février avec pour mission d’y chercher une preuve de vie passée. Le nom « Zhurong » a été choisi après un sondage en ligne et fait référence au dieu du feu dans la mythologie chinoise. Une symbolique justifiée par l’appellation en chinois de Mars : « huoxing », littéralement « la planète de feu ».

Ambitions spatiales tous azimuts

La Chine investit des milliards d’euros dans son programme spatial, afin de rattraper l’Europe, la Russie et les Etats-Unis. Elle a envoyé son premier astronaute dans l’espace en 2003. La Chine lance également des satellites pour elle-même ou pour le compte d’autres pays. Et en 2019, elle a posé un engin sur la face cachée de la Lune – une première mondiale. L’an dernier, des échantillons de Lune ont été rapportés sur Terre.

Le géant asiatique prévoit par ailleurs d’assembler une grande station spatiale d’ici 2022. Et il espère envoyer des hommes sur la Lune d’ici une dizaine d’années. Le premier des trois éléments de sa station spatiale a été lancé fin avril. Pour en finaliser la construction, la Chine devrait lancer une dizaine de missions, dont certaines habitées. Aucun calendrier précis n’est pour l’heure connu.

La mission « Tianwen-1 » a envoyé en février sa première image de Mars : une photo en noir et blanc montrant des reliefs comme le cratère de Schiaparelli et le système de canyons du Valles Marineris. Mars s’est révélée être un objectif difficile à atteindre, la plupart des missions depuis 1960, envoyées par la Russie, l’Europe, le Japon et l’Inde, se soldant par des échecs.