Des astronomes parviennent à étudier la météo d’une exoplanète distante

L’exoplanète lointaine WASP-127b suscite un grand intérêt pour les chercheurs en raison de ses caractéristiques hors du commun, dont notamment une hypothétique épaisse couche nuageuse. Récemment, une équipe internationale d’astronomes a pu confirmer la présence de ces nuages sur l’exoplanète, puis est parvenue à mesurer leur altitude avec une précision sans précédent.

En combinant les données d’un télescope spatial et d’un télescope terrestre, l’équipe a pu révéler la structure supérieure de l’atmosphère de la planète. Cela ouvre la voie à des études similaires sur de nombreux autres mondes lointains. L’étude a été présentée lors du Congrès scientifique Europlanet 2021 par le Dr Romain Allart.

WASP-127b, située à plus de 525 années-lumière, est une « Saturne chaude » — une planète géante de masse similaire à Saturne qui orbite très près de son étoile. L’équipe a observé la planète passer devant son étoile hôte afin de détecter les motifs qui s’incrustent dans la lumière de l’étoile lorsqu’elle est filtrée par l’atmosphère de la planète et altérée par ses constituants chimiques.

Combiner observations infrarouges et mesures en lumière visible
En combinant les observations infrarouges du télescope spatial Hubble (HST) de l’ESA/NASA et les mesures en lumière visible du spectrographe ESPRESSO du Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral au Chili, les chercheurs ont pu sonder différentes régions de l’atmosphère. Et les résultats ont apporté quelques surprises. L’Echelle SPectrograph for Rocky Exoplanets and Stable Spectroscopic Observations (ESPRESSO) est le spectrographe le plus précis au monde pour les mesures de vitesse radiale, une méthode permettant de détecter les exoplanètes.

Tout d’abord, comme cela a déjà été constaté pour ce type de planète, les astronomes ont détecté la présence de sodium, mais à une altitude beaucoup plus basse que celle à laquelle ils s’attendaient. Deuxièmement, il y avait de forts signaux de vapeur d’eau dans l’infrarouge, mais aucun dans les longueurs d’onde visibles.

« Cela implique que la vapeur d’eau à des niveaux inférieurs est filtrée par des nuages qui sont opaques aux longueurs d’onde visibles, mais transparents dans l’infrarouge », a déclaré Allart, de l’iREx/Université de Montréal et de l’Université de Genève, qui a dirigé l’étude. Les données combinées des deux instruments ont permis aux chercheurs de réduire l’altitude des nuages à une couche atmosphérique dont la pression se situe entre 0,3 et 0,5 millibar.

« Nous ne connaissons pas encore la composition des nuages, si ce n’est qu’ils ne sont pas composés de gouttelettes d’eau comme sur Terre », a déclaré Allart. « Nous sommes également perplexes quant à la raison pour laquelle le sodium se trouve dans un endroit inattendu sur cette planète. Les études à venir nous aideront à mieux comprendre non seulement la structure atmosphérique, mais aussi WASP-127b, qui s’avère être un endroit fascinant ».

WASP-127b, une planète qui suscite un intérêt grandissant
Avec une orbite complète autour de son étoile se produisant en environ quatre jours, WASP-127b reçoit 600 fois plus d’irradiation que la Terre et connaît des températures allant jusqu’à 1100 degrés Celsius. Cela « gonfle » la planète jusqu’à un rayon 1,3 fois plus grand que celui de Jupiter, avec seulement un cinquième de sa masse, ce qui en fait l’une des exoplanètes les moins denses ou les plus « pelucheuses » jamais découvertes.

La nature étendue des exoplanètes « duveteuses » les rend plus faciles à observer, et WASP-127b est donc une candidate idéale pour les chercheurs travaillant sur la caractérisation de l’atmosphère. Les observations de l’équipe avec l’instrument ESPRESSO suggèrent également que, contrairement aux planètes de notre système solaire, WASP-127b orbite non seulement dans la direction opposée à celle de son étoile, mais aussi dans un plan différent du plan équatorial.

« Un tel alignement est inattendu pour une Saturne chaude dans un vieux système stellaire, et pourrait être causé par un compagnon inconnu », a déclaré Allart. Toutes ces caractéristiques uniques font de WASP-127b une planète qui sera probablement très étudiée à l’avenir.

Une nouvelle méthode pour détecter la vapeur d’eau sur les exoplanètes lointaines
« Nous proposons un nouveau cadre pour rechercher la vapeur d’eau et d’autres espèces moléculaires à haute résolution. Malgré la bonne qualité des données, nous n’avons pas détecté de vapeur d’eau. Cependant, nous avons combiné ce résultat avec une détection à basse résolution d’eau à 1,3 micron pour contraindre la présence de nuages dans l’atmosphère de WASP-127b », écrivent les chercheurs.

Selon les chercheurs, leur étude montre pour la première fois que les données visibles à haute résolution peuvent être utilisées pour différencier les exoplanètes nuageuses et non nuageuses en mesurant la teneur en eau, et peuvent également fournir des informations essentielles sur la pression de la couche nuageuse. « Le cadre développé ici pour mesurer cette teneur en eau sera appliqué à d’autres exoplanètes dans l’enquête atmosphérique ESPRESSO GTO et d’autres enquêtes, telles que l’enquête atmosphérique NIRPS GTO », ajoutent-ils.

Source : https://trustmyscience.com/astronomes-parviennent-etudier-meteo-exoplanete-distante/

ALERTE MÉTÉO
ORAGES LOCAUX PARFOIS FORTS CE SAMEDI AU NORD

Du samedi 4 septembre à 12:00 au samedi 4 septembre à 22:00.
SITUATION
Dans une masse d’air chaud et instable, des orages localisés peu mobiles ponctuellement forts peuvent se produire entre cet après-midi et ce soir des Pays de la Loire au sud de la Normandie et des Hauts-de-France au bassin parisien jusqu’au nord de la Champagne. Sous les orages les moins mobiles et les plus actifs, il peut tomber 20 à 40 mm en l’espace d’1 à 2 heures. Ce risque d’orages n’est pas généralisé et très localisé, mais sous les plus forts d’entre eux, des risques d’inondations ponctuels et importants ruissellements urbains peuvent survenir brutalement.

OBSERVATION
Ce samedi à 15h, l’activité orageuse se développe de manière éparse sur le nord de la France, entre l’Anjou et le Perche jusqu’en région parisienne. En Bourgogne et en Corse, des orages éclatent également. Sur l’est de la Corse, il est tombé 62,9 mm à Siata (2B) et 42 mm à Olmi (2B) en l’espace d’1 heure, provoquant d’importants ruissellements.

A 12h, l’atmosphère devient lourde des Pays de la Loire à la Champagne sous un ciel qui se charge de cumulus d’aspect menaçant. Il fait 25 °C en moyenne, mais le ressenti approche 30 sur ces régions en raison de l’humidité qui s’accumule. Quelques ondées se déclenchent entre l’ouest de la région parisienne et l’Eure.

A 09 h, quelques ondées à caractère orageux sont déjà présentes de la Normandie au bassin parisien dans une ambiance déjà très douce avec 15 à 18 °C au lever du jour.

EVOLUTION
Cet après-midi, avec l’élévation rapide de la température dans une masse d’air qui deviendra lourde et de plus en plus instable, l’activité orageuse se renforcera à partir de 16 h entre les Pays de la Loire, le bassin parisien, le sud de la Normandie et des Hauts-de-France.

Ce soir, l’activité orageuse atteindra son point culminant entre 17 et 21 h, avec des risques de fortes averses orageuses ponctuelles peu mobiles. C’est pendant cette période que l’activité électrique et pluvieuse sera la plus importante.

Après 22 heures, le risque orageux faiblira rapidement et ce communiqué spécial sera alors levé.

Liste des départements concernés
02 – Aisne
27 – Eure
28 – Eure-et-Loir
49 – Maine-et-Loire
53 – Mayenne
60 – Oise
61 – Orne
72 – Sarthe
75 – Paris
77 – Seine-et-Marne
78 – Yvelines
91 – Essonne
92 – Hauts-de-Seine
93 – Seine-Saint-Denis
94 – Val-de-Marne
95 – Val-d’Oise

Source : https://actualite.lachainemeteo.com/alerte-meteo/5940-orages-locaux-parfois-forts-ce-samedi-au-nord

États-Unis : les images impressionnantes de l’ouragan Ida

L’ouragan Ida, passé de la catégorie 4 à la catégorie 1, a fait de lourds dégâts en Louisiane dimanche

La Louisiane, largement privée d’électricité, se préparait lundi à découvrir l’étendue des dégâts provoqués par le passage de l’ouragan Ida, qui a fait au moins un mort près de La Nouvelle-Orléans et inondé de vastes régions côtières.

Déracinant les arbres, détruisant des toits ou certains bâtiments, l’ouragan a par sa violence plongé dans le noir plus d’un million de foyers dimanche soir, dont la grande ville de La Nouvelle-Orléans, selon le site spécialisé PowerOutage. US. Une personne a été tuée par la chute d’un arbre à Prairieville, près de La Nouvelle-Orléans.

Classé en catégorie 4 avec des vents de 240 km/h lorsqu’il a commencé dimanche peu avant midi (17 h 00 GMT) à directement frapper les côtes de cet État du Sud des États-Unis, l’ouragan s’est progressivement affaibli dans la nuit et a été classé lundi matin tempête tropicale par les services météorologiques américains.

À 04 h 00 locales lundi (11 h 00 en France), la tempête continuait à s’affaiblir, avec des vents à 97 km/h, au fur et à mesure de son avancée dans les terres, ont indiqué les services météo. Elle devrait désormais se diriger vers le nord puis l’est.

Les risques d’inondations se poursuivent
Les risques d’inondations se poursuivaient lundi, et des pluies torrentielles continuaient de s’abattre dans le sillage de la tempête, notamment dans les États du Mississippi et de l’Alabama.

« Nous n’avons plus d’électricité maintenant dans toute la ville ! C’est le moment de rester en sécurité à l’intérieur. Ce n’est pas le moment de sortir ! », a tweeté la maire de La Nouvelle-Orléans, LaToya Cantrell. Des habitants de LaPlace, près de La Nouvelle-Orléans, ont appelé à l’aide sur les réseaux sociaux en se disant piégés par l’eau qui montait et dans la commune de Jean Lafitte, l’eau a submergé les digues, a indiqué le maire Tim Kerner à WGNO, une filiale de la télévision ABC.

« Nous avons entre 75 à 200 personnes bloquées à Barataria », a-t-il dit. « Les vents sont encore trop forts, nous ne pouvons mettre à l’eau des bateaux pour les récupérer ».

« Les prochains jours seront difficiles »
Ida « sera l’un des ouragans les plus puissants à frapper la Louisiane depuis au moins les années 1850 », avait prévenu le gouverneur de l’État, John Bel Edwards. « Il n’y a aucun doute que les prochains jours et semaines seront extrêmement difficiles », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

Le souvenir de Katrina, qui avait touché terre le 29 août 2005, reste douloureux en Louisiane. Plus de 1 800 personnes avaient péri et les dégâts s’étaient comptés en milliards de dollars.

La Maison Blanche a annoncé dimanche que les agences fédérales avaient déployé plus de 2 000 spécialistes en intervention d’urgence, y compris des équipes de recherches, ainsi que des réserves d’eau, de nourriture et des générateurs électriques. Avec le réchauffement de la surface des océans, les ouragans deviennent plus puissants, selon les scientifiques. Ils font notamment peser un risque de plus en plus important sur les communautés côtières.

Source : https://www.sudouest.fr/environnement/meteo/intemperies/etats-unis-les-images-impressionnantes-de-l-ouragan-ida-5647504.php

Un changement de l’orbite de la Lune va provoquer des inondations exceptionnelles sur Terre

Selon la NASA, le changement climatique et cette «oscillation» lunaire forment une dangereuse combinaison pour les villes côtières.

Des scientifiques de la NASA affirment qu’une «oscillation» de l’orbite de la Lune va fortement aggraver les inondations maritimes à partir de la prochaine décennie. Les recherches, menées en collaboration avec l’université d’Hawaï, montrent que cette oscillation lunaire va provoquer une augmentation du nombre d’inondations, qui vont considérablement perturber la vie quotidienne et endommager les infrastructures des villes côtières, habituées à des inondations beaucoup plus faibles et moins fréquentes.

Quand le phénomène aura démarré, les villes situées sur le littoral pourraient soudainement être inondées trois ou quatre fois plus souvent qu’aujourd’hui, selon l’étude publiée dans la revue Nature Climate Change le mois dernier. Ces catastrophes à répétition pourraient poser un vrai problème d’infrastructure sur les littoraux du monde entier, précise Futurism. Un rappel un peu sinistre de la relation étroite que la Terre entretient avec ses satellites naturels.

Un phénomène naturel, rendu dangereux par le réchauffement climatique
Live Science rappelle que le changement d’orbite de la Lune est en fait un cycle parfaitement naturel, qui a lieu depuis toujours et continuera à se produire longtemps après notre disparition. L’orbite de la Lune crée des périodes de marées hautes ou basses selon un rythme d’environ 18,6 ans.

Mais cette fois-ci, le phénomène pourrait s’avérer plus dangereux en raison de la hausse du niveau des océans, causée par les effets du réchauffement climatique et les émissions incontrôlées de gaz à effet de serre. Ainsi, quand la prochaine période de fortes marées commencera au début des années 2030, les inondations seront sûrement bien pires, plus longues et plus dangereuses que jamais.

«Les zones de basse altitude proches du niveau de la mer sont de plus en plus menacées à cause de l’augmentation des inondations, et cela ne fera qu’empirer, précise Bill Nelson de la NASA. La combinaison de l’attraction gravitationnelle de la Lune, de l’élévation du niveau de la mer et du changement climatique continuera d’exacerber les inondations sur les côtes du monde entier.»

«C’est l’effet cumulé dans le temps qui aura un impact, a ajouté l’auteur principal de l’étude et chercheur à l’université d’Hawaï Phil Thompson, dans un communiqué. S’il y a des inondations dix ou quinze fois par mois, une entreprise ne peut plus fonctionner si tous ses parkings sont sous l’eau. Les gens perdent leur emploi parce qu’ils ne peuvent pas se rendre sur leur lieu de travail. Les infiltrations et les fuites deviennent un problème de santé publique.»

Source : http://www.slate.fr/story/212547/changement-orbite-lune-va-provoquer-inondations-exceptionnelles-terre-nasa-oceans

Météo : Pourquoi est-ce l’automne en été sur les Pays-de-la-Loire et la Bretagne ?

Pluie et fraîcheur sont le menu quotidien depuis trois semaines. Mais, patience, le beau temps arrive

Depuis trois semaines, le temps est très médiocre sur les régions Bretagne et Pays-de-la-Loire.
Après une première quinzaine de juin plutôt chaude, la pluie s’est invitée quasiment partout dans le Nord-Ouest.

« On ne va pas tarder à rallumer le chauffage… » ou « on se ferait bien une petite raclette ce soir, non ? », ces remarques empreintes d’autodérision et de seum « pleuvent » dans l’ouest de la France. Depuis quasiment trois semaines, les vacanciers doivent avoir l’étonnante impression de faire du camping en plein mois de novembre. Et ce n’est pas qu’une impression. « On a presque des conditions automnales, avoue Steven Tual, météoprévisionniste à Météo Bretagne. Le plus incroyable est que la sécheresse nous inquiétait en mai, le seul mois de juin a permis d’écarter ce risque. »

Dans nos deux régions, juin a d’ailleurs été un mois très contrasté. La première quinzaine a laissé augurer d’un été caniculaire… « Du 13 au 16 juin, même si les records de température ne sont pas tombés [il avait fait encore plus chaud en juin 2019 et 2017], on a tout de même dépassé par endroits les 32 °C dans les Pays-de-la-Loire (31,1 °C à La Roche-sur-Yon le 15 juin), les 31 °C dans le Morbihan (31,3 °C à Camors le 14 juin), frôlé les 30 °C dans le Finistère (29,1 °C à Saint-Segal le 13 juin) ou dans les Côtes d’Armor (29,9 °C à Merdrignac le 13 juin) », développe Météo-France.

La faute « aux petites gouttes froides »
Puis, soudainement (mi-juin), il a fallu ressortir les pulls et surtout les imperméables. Pourquoi ? « Parce que les anticyclones et les dépressions circulent à des altitudes basses, ce qui crée une accumulation de petites gouttes froides, explique Steven Tual de Météo Bretagne. On a alors une anomalie de températures fraîches. »

Ce n’est pas pour autant que la moyenne des températures en juin en Bretagne et Pays-de-la-Loire est catastrophique. « On est sous la norme, mais la première quinzaine a compensé cette baisse significative. » A Nantes, en juin, il aura fait tout de même 24,1 °C en moyenne, soit 1,4 °C au-dessus de la norme. A Rennes, 22,5 °C (avec un 15,4 °C le 22 juin, accompagné d’aucune minute de soleil !).

Il a davantage plu dans le Maine-et-Loire qu’à Brest !
Au niveau pluviométrie, pas de records non plus, mais de belles saucées dans l’Ouest. Comme à Rennes, sur le mois de juin, où il est tombé 134 mm quasiment seulement sur la deuxième quinzaine de juin (47 mm en moyenne en temps normal). « C’est un record historique depuis l’après-guerre », selon Météo Bretagne. Ou 89 mm à Nantes (43 mm en moyenne normalement sur juin) et 86 mm à La Roche-sur-Yon (multiplié par deux par rapport à la norme). Dans le Maine-et-Loire, Météo-France indique qu’« avec 145 mm sur juin, on est à quatre fois un mois de juin moyen ! ». En revanche, étrangement, peu de pluie sur le Finistère sur juin, avec 46,2 mm à Brest et seulement, 30,2 mm à Ploudalmézeau.

Le grand beau temps arrive dans dix jours !
Début juillet se poursuit sur le même rythme… pluvieux. « Des systèmes dépressionnaires circulent en ce moment, il y a des perturbations en permanence sur le Nord-Ouest, observe Météo Bretagne. Cette semaine ne sera encore pas terrible, voire médiocre ce lundi et ce mardi. » Ça pourrait être un peu mieux (tout est relatif) à partir de jeudi et vendredi… Roulement de tambour. « Le grand beau temps est espéré à partir du 15 juillet, prévoit Steven Tual. Les hautes pressions ont l’air de revenir. »

Quant à une éventuelle canicule (je vous vois pester d’ici), « ce qu’il se passe depuis trois semaines ne veut rien dire et ne signifie pas qu’on n’aura pas de fortes chaleurs fin juillet ou en août », selon Météo Bretagne. « Les prévisions pour juillet, août et septembre donnent un scénario plus probable d’un temps plus chaud et plus sec que la normale », estime Lionel Salvayre de la direction interrégionale ouest de Météo-France.

Et si vous en avez marre d’enfiler le matin une petite laine en juillet, ayez juste une pensée pour les Sévillans (Espagne) qui devront supporter 49 °C dimanche prochain…

Source : https://www.20minutes.fr/societe/3078391-20210706-meteo-pourquoi-automne-pays-loire-bretagne

VIDÉOS. Une tornade filmée au Luxembourg : les images impressionnantes du phénomène météo

Dimanche 27 juin, une tornade a soufflé sur le nord du Luxembourg et a détruit une ferme. Les dégâts sont impressionnants. Voici le phénomène en images.

La tornade a été filmée par de nombreux témoins. (©Météo Boulaide Facebook)
Propulsé par HelloAsso

Alors qu’une partie de l’est de la France est de nouveau sous la menace d’orages violents avec un « risque de phénomènes tourbillonnaires » ce lundi, un phénomène impressionnant a été repéré au Luxembourg dimanche 27 juin au soir.

La tornade a été aperçue au nord du Luxembourg, à la frontière belge et luxembourgeoise. Selon des témoins, elle a été observée vers 19h15 dans le secteur de Heinerscheid.

Une ancienne ferme soufflée par le vent
Selon RTL.be, la puissance des vents a détruit une ferme localisée dans la petite entité de Bernistap, localité de la commune d’Houffalize (Belgique), à la frontière luxembourgeoise.

Aucun blessé n’est à déplorer, mais les habitants de la ferme détruite ont dû être relogés.

Source : https://actu.fr/societe/videos-une-tornade-filmee-au-luxembourg-les-images-impressionnantes-du-phenomene-meteo_43029116.html

Météo semaine : un temps instable et une baisse des températures

La semaine reste marquée par un temps d’abord très instable et frais jusqu’à mercredi ou jeudi, en amélioration ensuite en vue du week-end.

La dépression responsable de la forte instabilité, des averses et encore des orages en début de semaine va s’isoler en goutte froide sur la France, avant de se combler lentement. L’amélioration se fera progressivement. Cette animation de la masse d’air et des centres d’action montre bien le lent enfoncement de la dépression de surface sur la France (la fameuse « goutte froide »), drainant de l’air frais sur notre pays. A l’arrière, on note que l’anticyclone atlantique ne parvient pas à s’imposer sur notre pays.

D’abord des averses parfois fortes et orageuses

Pour mardi, la situation évoluera peu par rapport à la veille, avec la poursuite du temps instable en raison de la dépression avec des pluies au nord de la Loire et des averses orageuses l’après-midi après une matinée assez bien ensoleillée ailleurs. Près de la Méditerranée il fera beau.

Mercredi, même si l’instabilité décline peu à peu, ce ne sera pas le beau temps avec encore des averses orageuses du sud-ouest aux frontières de l’est l’après-midi. Près de la Méditerranée et le long des côtes de la Manche, le soleil sera plus généreux. Partout ailleurs, le ciel hésitera entre nuages et éclaircies.

Lente amélioration en deuxième partie de semaine

A partir de jeudi, la goutte froide va se résorber sur la place. L’anticyclone des Açores va regonfler vers la France. Les averses vont peu à peu à se raréfier au fil des jours, mais il faudra à nouveau redouter l’augmentation d’un risque orageux jeudi sur les régions de l’est du sud-est. Les températures remontent progressivement vers des niveaux de saison.

D’abord de la fraîcheur avant une hausse des températures à partir de jeudi

Après un milieu de semaine frais avec des températures parfois 3°C en-dessous des normales de saison et un ressenti presqu’automnal mardi sous les averses et le vent, un temps plus chaud reviendra à partir de jeudi par l’Aquitaine. Il fera de 15 à 22°C mercredi, et on attend 24 à 28°C du nord au sud vendredi prochain, soit un niveau de saison.

Source : https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2021-06-21/meteo-semaine-un-temps-instable-et-une-baisse-des-temperatures-59772

Tempête Ana : la saison des ouragans est ouverte

Avant une dizaine de jours d’avance, la saison cyclonique s’ouvre en Atlantique nord avec la naissance d’une tempête subtropicale.

Il ne menace aucune terre. Le premier système cyclonique de l’année est né avec un peu d’avance sur le calendrier. Il s’agit en réalité d’une tempête subtropicale, actuellement observée dans l’Atlantique au nord-est des Bermudes. Elle va dans les prochaines heures rapidement perdre en intensité. Ses vents restent pour le moment modérés, avec des rafales n’excédant pas les 100 km/h. Le vent moyen atteint les 65 km/h d’après les dernières projections.


La saison des ouragans en Atlantique nord, qui s’ouvre selon un calendrier officiel le 1er juin de chaque année, s’annonce plus importante que la moyenne d’après les prévisions du NHC, le National Hurricane Center américain en charge de la surveillance de ces systèmes. Entre 13 et 20 ouragans sont attendus dans la zone, dont 3 à 5 potentiellement destructeurs si ils venaient à toucher des terres.

Source : https://www.lejournaldelameteo.fr/post/temp%C3%AAte-ana-la-saison-des-ouragans-est-ouverte

Météo week-end et lundi de Pentecôte : profitez des périodes d’accalmies et des éclaircies !

Si le temps sera encore fréquemment automnal, vous bénéficierez néanmoins de périodes d’accalmies plus ou moins durables avec de belles éclaircies. Il est vrai que vous pouviez attendre mieux pour un mois de mai, mais dans le contexte météorologique actuel ces périodes moins défavorables doivent vous inciter à en profiter.

Même si ce week-end restera globalement automnal, surtout sur le Nord samedi et dimanche, vous pourrez profiter de quelques périodes d’accalmies. Guettez-les !

Samedi, le temps tournera rapidement aux averses et parfois aux fortes rafales au nord de la Loire. Faibles dans un premier temps, elles se renforceront en cours d’après-midi et seront accompagnées localement d’orages. Le vent de sud-ouest parfois soutenu apportera un ressenti frais sous les nuages et les précipitations, alors que sous les quelques éclaircies le ressenti sera moins désagréable. C’est en direction de l’Auvergne, des Alpes du Nord et du Sud-Ouest à la vallée du Rhône que vous profiterez d’un temps majoritairement printanier, avant les averses de la fin d’après-midi.

Source : La chaîne météo

Dimanche, le contraste du temps entre le Nord et le Sud se maintiendra. Des nuances s’observeront néanmoins au nord de la Loire. Ainsi, profitez de l’après-midi assez agréable et douce si vous êtes au sud d’une diagonale Vendée/Lorraine. A l’opposé, si vous avez choisi les côtes de la Manche ou plus généralement le nord-ouest gardez votre parapluie avec vous car même si le soleil perce, vous ne serez pas à l’abri d’une bonne averse. Couvrez-vous également car la fraîcheur sera parfois sensible.

Le lundi de Pentecôte devrait s’avérer à nouveau plus dégradé à l’échelle nationale avec une perturbation qui s’enfoncera des Pays de la Loire au nord-est et des averses orageuses qui pourraient remonter de Méditerranée. Les régions les plus favorisées seraient les régions centrales et surtout la Bretagne qui retrouveraient de belles éclaircies mais un temps frais.

Source : https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2021-05-21/meteo-week-end-et-lundi-de-pentecote-profitez-des-periodes-d-accalmies-et-des-eclaircies-59458