« Regardez le monde défiler » : l’impressionnante vidéo publiée par Thomas Pesquet depuis l’espace

L’astronaute français Thomas Pesquet qui se trouve actuellement dans la Station spatiale internationale a publié une vidéo en accéléré où dans laquelle on peut observer « le monde défiler ».

Les images semblent presque irréelles. Mardi 5 octobre au soir, l’astronaute français Thomas Pesquet a publié une vidéo accélérée de la planète Terre prise depuis la Station spatiale internationale (ISS) où il se trouve depuis fin avril.

Installez-vous confortablement dans un plaid avec un chocolat chaud et regardez le monde défiler sous vos yeux, a commenté Thomas Pesquet.

La vidéo accélérée 12 fois par rapport à la vitesse réelle laisse à voir les lumières des villes mais aussi différents phénomènes climatiques comme des éclairs. Elle s’arrête alors que le soleil émerge de l’autre côté de la planète.

Commandant de la station spatiale internationale

Lundi, Thomas Pesquet est devenu le premier astronaute français à prendre les commandes de la Station spatiale internationale (ISS), un poste à responsabilités qu’il va occuper jusqu’à son retour sur Terre, prévu en novembre.

Par ailleurs, depuis mardi, il accueille à bord une actrice et un réalisateur russes venus tourner le premier film de l’histoire en orbite.

Source : https://www.ouest-france.fr/sciences/espace/thomas-pesquet/regarder-le-monde-defiler-l-impressionnante-video-publiee-par-thomas-pesquet-depuis-l-espace-26105de6-269e-11ec-8dc7-65fb792c4248

Comment suivre en direct la sortie de Thomas Pesquet dans l’espace aujourd’hui

Thomas Pesquet s’apprête à sortir pour la sixième fois dans l’espace. Il doit préparer l’installation et le déploiement de futurs panneaux solaires, avec l’astronaute japonais Akihiko Hoshide. Voici comment suivre l’événement en direct.

Une nouvelle fois, Thomas Pesquet va s’aventurer à l’extérieur de la Station spatiale internationale. En compagnie d’Akihiko Hoshide, membre de l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA), le spationaute français devra effectuer des travaux pour préparer l’installation et le déploiement de futurs panneaux solaires. La sortie extravéhiculaire peut être suivie en direct.

Quand ? Le dimanche 12 septembre 2021, à partir de 13h (heure de Paris) pour le début du suivi en direct. La sortie dans l’espace doit commencer à 14h30, et devrait durer six heures et trente minutes.
Où ? L’événement est à suivre en ligne, sur la web TV de la Nasa ou directement sur YouTube ou sur 👉 https://www.astrophotometeo53.com/
Adhéré à l’association
https://www.helloasso.com/associations/astro-photo-meteo-53/adhesions/adhesion-annuelle
Quoi ? Une sortie dans l’espace, à l’extérieur de la Station spatiale internationale, réalisée par les astronautes Thomas Pesquet et Akihiko Hoshide.

Cette sortie dans l’espace aura une particularité : « Ce sera la première sortie dans l’espace, ou activité extravéhiculaire, menée par deux partenaires astronautes internationaux hors du sas américain Quest de la station spatiale », explique l’agence dans un communiqué. Le module, installé depuis 2001, sert de sas de sortie : selon les indications de la Nasa, il n’avait donc encore jamais servi pour une sortie réalisée par deux astronautes non américains.

UNE SORTIE REPOUSSÉE À CAUSE D’ « UN PROBLÈME MÉDICAL MINEUR »
À l’origine, la sortie était prévue le 24 août. Elle devait être effectuée par Akihiko Hoshide ainsi que l’Américain Mark Vande Hei, astronaute de la Nasa. Cependant, il a fallu la repousser, « en raison d’un problème médical mineur impliquant Mark Vande Hei », avait fait savoir l’agence spatiale américaine la veille, le 23 août — sur Twitter, l’astronaute a précisé qu’il souffrait d’un nerf coincé au niveau de son cou. Il est maintenant prévu qu’il apporte son soutien à Thomas Pesquet et Akihiko Hoshide depuis l’intérieur de la station, le 12 septembre.

Ce 12 septembre, Thomas Pesquet et Akihiko Hoshide auront pour objectif l’installation d’un support, nommé « kit de modification », sur l’ISS. Ce kit permettra d’installer prochainement le troisième nouveau panneau solaire iROSA (il y en aura six au total). Les panneaux d’origine sont fonctionnels, mais présentent des signes de dégradation — ce qui n’est pas surprenant, car ils étaient prévus pour fonctionner 15 ans.

Il s’agira de la quatrième sortie dans l’espace pour Akihiko Hoshide et de la sixième pour Thomas Pesquet. Sur son compte Twitter, l’astronaute a laissé entendre qu’il pourrait tenter d’emmener une caméra un peu particulière avec lui en dehors de l’ISS à cette occasion. « Imaginez une sorte extravéhiculaire, mais en 360°. Voici la caméra ISS Experience 360, qu’on espère emmener à l’extérieur de la Station spatiale bientôt », a-t-il publié, sans préciser toutefois si ce « bientôt » correspond effectivement à la sortie du 12 septembre.

Source : https://www.numerama.com/sciences/738012-comment-suivre-en-direct-la-sortie-de-thomas-pesquet-dans-lespace-dimanche.html

Les astronomes face à de nouvelles questions sur l’origine de la matière dans la Voie lactée

Étudier le rayonnement cosmique permet aux chercheurs de comprendre comment notre Univers produit de la matière et la distribue dans l’espace. Et des astronomes observent aujourd’hui, avec étonnement, que le spectre des rayons cosmiques du fer est très différent des autres. De quoi soulever de nouvelles questions sur l’origine de la matière dans la Voie lactée.

Notre bonne vieille Terre est constamment bombardée de noyaux atomiques et de particules de haute énergie. Essentiellement des noyaux d’hydrogène. Mais aussi, des noyaux d’hélium ou d’autres éléments plus lourds. Pour les désigner, les scientifiques utilisent le terme de rayonnement cosmique. Car ces particules nous arrivent de l’espace. De notre Soleil, mais aussi de supernovæ dans la Voie lactée ou de plus loin dans l’Univers. Et même peut-être d’étoiles à neutrons ou d’étoiles extrêmement massives.

C’est ce rayonnement que des chercheurs de l’université du Maryland à Baltimore (États-Unis) ont étudié. Grâce à un instrument installé à bord de la Station spatiale internationale (ISS) depuis 2015 : le télescope électronique calorimètre (Calet). Il renvoie en effet des détails sur le nombre, le type ou encore l’énergie des noyaux d’atomes qui arrivent aux environs de la Terre. Avant que le rayonnement cosmique n’ait pu être altéré par des interactions avec l’atmosphère. Comme c’était le cas par le passé, lorsque les seuls outils des chercheurs étaient les instruments au sol ou les ballons. Une manière efficace, donc, de remonter à l’origine de ces particules et à la façon dont elles voyagent dans l’Univers.

À leur grande surprise, les chercheurs ont observé que les spectres des rayons cosmiques du carbone, de l’oxygène et de l’hydrogène — le graphique qui montre combien de noyaux atomiques arrivent au détecteur — sont tout à fait semblables. Mais que celui du fer apparait très différent.

Encore beaucoup à apprendre
Précisons que l’analyse du fer est particulièrement révélatrice pour qui veut déterminer d’où vient ce rayonnement. Le fer correspond en effet à l’un des éléments les plus lourds qui peuvent être synthétisés au cours de la vie classique d’une étoile. Ainsi les chercheurs sont à peu près certains que les rayons cosmiques associés au fer sont des rayons cosmiques primaires. Et non pas des rayons secondaires, issus d’interaction avec d’autres éléments sur leur chemin vers notre Terre.

« Nous ne nous attendions pas à ce que ces noyaux — de carbone, d’oxygène, d’hydrogène et de fer — montrent de telles différences. Elles soulignent clairement des choses que nous ne savons pas », confie Micheal Cherry, physicien à l’université de l’État de Louisiane (États-Unis), dans un communiqué de l’université du Maryland. Sur la façon dont l’Univers génère et distribue la matière. Mais aussi sur la façon dont cela affecte l’évolution des galaxies. En effet, si les spectres du fer sont différents, cela signifie peut-être que les rayons cosmiques du fer voyagent différemment dans l’espace. Ou qu’ils ont été émis par des sources différentes.

En réalité, ces travaux posent plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. Pour les chercheurs, il reste encore beaucoup à apprendre sur la façon dont la matière est générée et se déplace dans la Voie lactée. Pour finalement former des planètes… et des êtres vivants !

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/voie-lactee-astronomes-face-nouvelles-questions-origine-matiere-voie-lactee-88177/

Après la sortie spatiale compliquée de Thomas Pesquet, les astronautes vérifient leur combinaison

La sortie spatiale de Shane Kimbrough et Thomas Pesquet ne s’est pas déroulée exactement comme prévu, le 16 juin. En attendant la prochaine mission, les astronautes ont procédé à la vérification des combinaisons.

L’espace réserve parfois son lot de mauvaises surprises. C’est typiquement ce qui s’est produit lors de la troisième sortie spatiale de Thomas Pesquet, accompagné de l’Américain Shane Kimbrough. Celui-ci a rencontré au cours de son périple extravéhiculaire un incident de combinaison, heureusement sans gravité, qui a perturbé le bon déroulement de la mission.

L’équipage a, par conséquent, décidé de procéder à une vérification des combinaisons ainsi que des outils nécessaires à la bonne exécution des tâches dévolues à Thomas Pesquet et Shane Kimbrough, rapporte l’agence spatiale américaine dans un point d’étape du 17 juin. Les deux hommes doivent en effet effectuer une seconde sortie le 20 juin, dans la continuité de la précédente.

Thomas Pesquet en combinaison et attaché par les pieds à la Station. // Source : Nasa

RETOUR IMPRÉVU DANS L’ISS
« L’espace est difficile. Hier, lors de notre sortie dans l’espace, nous avons rencontré plusieurs problèmes que l’ensemble de l’équipe a résolus avec une incroyable efficacité », a écrit sur Twitter Shane Kimbrough le 17 juin. Plus précisément, c’est une coupure dans la transmission des données permettant aux équipes de la Nasa de suivre l’état de la combinaison — et donc de Shane Kimbrough — qui a été constatée.

À cet imprévu qui s’est produit vers la moitié du périple spatial — après déjà trois heures passées dans l’espace — s’est ajouté « un pic de pression dans son sublimateur, qui assure le refroidissement de sa combinaison spatiale ». Il a donc fallu que l’astronaute américain rentre à bord, reconnecte sa combinaison à une connexion ombilicale et la remette en marche pour tout rétablir.

« La réinitialisation a permis de corriger les problèmes du module d’affichage et de contrôle de sa combinaison spatiale qui lui fournit des informations sur l’état de sa combinaison spatiale », explique la Nasa. Concernant le sublimateur, il a été demandé à Shane Kimbrough d’effectuer une manipulation pour stabiliser les données. Il a ensuite pu ressortir et rejoindre Thomas Pesquet.

QUEL PROGRAMME POUR LA PROCHAINE SORTIE ?
De ce fait, la sortie spatiale qui devait durer au départ environ six heures trente s’est étalée sur sept heures quinze. Elle n’a même pas pu atteindre tous les objectifs prévus. Comme l’explique l’agence spatiale française, des problèmes techniques ont été observés sur les panneaux solaires, empêchant de les déployer. Ils ont néanmoins été installés à leur place.

Les deux sorties spatiales confiées à Thomas Pesquet et Shane Kimbrough ont pour but d’installer un premier jeu de nouveaux panneaux solaires (en tout, il y en aura six) pour la Station spatiale internationale, qui en compte déjà huit. Ces panneaux ont été convoyés début juin et doivent pallier les défaillances des anciens équipements, dont les premiers sont en place depuis les années 2000.

Pour l’agence spatiale américaine, la question qui se pose d’ici la deuxième sortie le 20 juin est de déterminer s’il faut plutôt envoyer les deux astronautes finir le travail sur le premier panneau solaire, pour qu’il puisse être pleinement déployé, ou s’il faut poursuivre le plan de base en s’occupant directement du deuxième. Dans un cas comme dans l’autre, il pourrait être nécessaire de programmer une troisième sortie.

Source : https://www.numerama.com/sciences/720698-apres-la-sortie-spatiale-compliquee-de-thomas-pesquet-les-astronautes-verifient-leur-combinaison.html

[REPLAY ] 2e sortie extravéhiculaire de Thomas Pesquet (20/06)

Suivez avec nous la 2e sortie de Thomas Pesquet, astronaute français de l’ESA, à l’extérieur de l’ISS, dans le cadre de sa mission Alpha. Objectif : installer le 1er des 6 panneaux solaires de nouvelle génération de la Station spatiale internationale, utilisant la technologie Rosa (Roll-Out Solar Array). Durée : entre 6 et 8 heures.

Propulsé par HelloAsso

Commentaires : Sébastien Rouquette, ingénieur en vols habités au CADMOS (CNES) Animé par Alice Thomas et Sylvain Charrier (CNES). Nos invités : Philippe Perrin (ancien astronaute du CNES), Hervé Stevenin (instructeur au centre des astronautes européens de Cologne, ESA), Christian Elisabelar (ingénieur alimentation bord et équipement électrique, CNES), Laurent Ballesta (explorateur photographe naturaliste), les youtubeurs Vicnet et Yorzian… 💻 Pour en savoir plus sur la mission Alpha : https://missionalpha.cnes.fr/fr/