Archives par mot-clé : Thomas Pesquet

Retour de Thomas Pesquet : Comment le corps de l’astronaute va-t-il se réadapter à la vie sur Terre ?

Après près de 200 jours en apesanteur dans la station spatiale internationale (ISS), les effets du retour sur terre sur le corps des astronautes sont nombreux

Thomas Pesquet est revenu sur Terre, avec trois autres astronautes, dans la nuit de lundi à ce mardi, à bord de la capsule Dragon de SpaceX.
L’astronaute de 43 ans a dirigé un séjour de six mois en orbite dans la Station spatiale internationale, une première pour un Français.
Mais après 199 jours en apesanteur, les effets du retour sur terre sur le corps des astronautes sont nombreux.

La fin d’un voyage et le début d’un périple physique. Accompagné du Japonais Akihiko Hoshide et des Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur, le Français Thomas Pesquet a fait son grand retour sur Terre, dans la nuit de lundi à ce mardi, à bord de la capsule Dragon de SpaceX, qui a amerri au large des côtes de la Floride (Etats-Unis).

Les quatre héros de l’espace ont été extraits de la capsule sur des brancards, avant d’être ramenés en hélicoptère sur la terre ferme. Après de rapides tests médicaux, Thomas Pesquet a décollé des Etats-Unis pour rejoindre le Centre européen des astronautes à Cologne (Allemagne). Il y restera trois semaines, le temps d’effectuer une batterie de tests scientifiques, destinés à observer l’effet d’un séjour long en orbite sur le corps humain. Car après six mois en apesanteur, les effets du retour sur Terre sur les organes des astronautes sont nombreux. Petit passage en revue.

Pourquoi les astronautes ont-ils le « mal de terre » ?
A bord de la Station spatiale internationale (ISS), les astronautes restent en apesanteur. Pour le corps, c’est comme s’ils étaient « en position allongée 22 heures sur 24 », explique Guillemette Gauquelin-Koch, responsable des Sciences de la vie au Centre national d’études spatiales (Cnes). En revenant sur Terre, ils retrouvent la gravité terrestre, mais subissent des pertes d’équilibre avec malaises et vomissements. « C’est l’appareil vestibulaire, qui se trouve dans l’oreille interne, qui donne l’équilibre. Dans l’espace, cet organe ne fonctionne plus. Au retour sur Terre, le cerveau ne sait plus comment gérer l’équilibre », détaille Philippe Perrin, ancien astronaute, qui précise qu’il faut un ou deux jours pour que l’équilibre revienne complètement.

Ce n’est pas tout. En apesanteur, le sang reste massé dans la partie supérieure du corps humain. En revenant sur Terre, il retombe d’un coup dans la partie inférieure, provoquant une hypotension orthostatique, c’est-à-dire une baisse excessive de la pression artérielle. « Il faut que le cœur se remette au boulot, qu’il pompe et qu’il répartisse à nouveau le sang correctement, c’est pour ça qu’on les remet debout très progressivement », analyse Guillemette Gauquelin-Koch. Sans oublier qu’avec l’apesanteur, les muscles des pieds ne travaillent plus non plus. « Il y a plein de muscles dans les pieds qui font office de capteurs et qui jouent sur l’équilibre. Pour retrouver l’équilibre, il faut retrouver le contact de la voûte plantaire sur le sol », ajoute Philippe Perrin.

Pourquoi les astronautes sont-ils plus grands en revenant ?
En temps normal, la gravité terrestre attire nos corps vers le bas. Dans l’espace, c’est l’inverse. La pesanteur étant trop faible pour « tasser les corps » des astronautes, leur colonne vertébrale s’étire, augmentant de 4 ou 5 centimètres en moyenne. « Sur Terre, on gagne environ 1 centimètre par nuit, mais on les perd dans l’heure qui suit notre lever », explique Guillemette Gauquelin-Koch.

En revenant sur Terre, les spationautes retrouvent la pesanteur : « La colonne se retasse un peu pendant la descente vers la Terre, puis lorsque les astronautes se remettent debout, à cause du poids des disques vertébraux les uns sur les autres. Il faut être très vigilant pendant la remise de la colonne, il y a des risques de hernies discales », selon Philippe Perrin, qui précise que leur taille habituelle revient au bout de deux ou trois jours.

Pourquoi les astronautes semblent-ils plus minces au retour ?
Même si les astronautes font du sport deux ou trois heures par jour à bord de l’ISS, ils subissent une perte musculaire importante, due à « une inactivité physique extrême », note le Dr Gauquelin-Koch. « En apesanteur, on restitue un certain effort, mais ce n’est jamais comme sur Terre », indique Philippe Perrin.

Ajoutez à cela l’ostéoporose, c’est-à-dire la diminution de la densité de l’os et des modifications de sa micro-architecture. « Dans l’espace, il y a une décalcification des os. Cette perte de calcium revient au bout d’un an. Mais la micro-architecture osseuse, elle, ne revient jamais à la normale, cela peut provoquer des fractures par exemple », affirme Guillemette Gauquelin-Koch.

Les spationautes ont-ils la vue qui baisse ?
Si certains astronautes n’ont aucun problème à leur retour, d’autres ont évoqué une baisse de l’acuité visuelle, un phénomène qui peine à être expliqué par les scientifiques, selon la responsable des Sciences de la vie au Cnes : « L’apesanteur entraîne une nouvelle répartition du liquide céphalorachidien dans le cerveau, cette montée des liquides vers la tête peut exercer une pression sur l’arrière du globe oculaire. » Un effet malheureusement « irréversible », ajoute la spécialiste.

En combien de temps retrouvent-ils la forme physique ?
Fonctionnement du cœur, équilibre, vue, musculation… Au retour de l’espace, le corps est mis à rude épreuve. « Tout est perturbé, il n’y a pas un seul organe qui n’est pas touché », décrypte Philippe Perrin. Et pour cause, les scientifiques estiment qu’un voyage de six mois en apesanteur représente l’équivalent de dix ans pour certains organes. « On estime qu’il faut 3 semaines voire un mois pour retrouver son état physique normal, cela dépend de chaque astronaute. Mais plus le voyage est long, plus cela prend du temps. » Selon lui, Thomas Pesquet, « qui a une forme physique extraordinaire », devrait vite être remis sur pied.

Source : https://www.20minutes.fr/sciences/3168451-20211109-comment-corps-thomas-pesquet-va-readapter-vie-terre

Espace : le départ de Thomas Pesquet de la Station spatiale à 20 h ce soir est confirmé !

Les conditions météorologiques qui perturbent les rotations des équipages depuis plusieurs jours, retardant le retour de Crew-2 et empêchant Crew-3 de décoller à destination de l’ISS, ont encore joué un mauvais tour à Thomas Pesquet et les trois autres astronautes de Crew-2. Alors qu’ils devaient arriver sur Terre aujourd’hui, la Nasa et SpaceX ont été contraints à un nouveau report. Cette fois, cela se confirme : ce sera ce soir à 20 h 05.

La Nasa et SpaceX cloués au sol par les caprices de la météo au-dessus de la Floride ! Une nouvelle fois, de mauvaises conditions météorologiques ont empêché le départ du Crew Dragon de la Station spatiale internationale (ISS), initialement prévu hier à 18 h. En cause, des vents d’altitude au-dessus de la zone d’amerrissage de la capsule qui empêchent aux contrôleurs au sol de définir une trajectoire précise de la capsule ainsi que d’identifier son point de chute.

Pour comprendre ce report, il faut savoir que la Nasa et SpaceX disposent d’une petite flottille de bateaux pour sécuriser la zone d’amerrissage et récupérer les astronautes et la capsule. Or, ces bateaux doivent être positionnés à proximité de la zone d’amerrissage avant l’arrivée de la capsule. En raison de ces vents d’altitude, plus forts qu’attendus, la zone supposée de l’amerrissage du Crew Dragon était trop vaste pour autoriser le retour de l’équipage Crew-2.

Une prochaine tentative ce soir
La prochaine tentative est prévue aujourd’hui. Le départ de la Station spatiale internationale doit avoir lieu à 20 h 05, heure de Paris et l’amerrissage mardi matin à 04 h 33. Quant au lancement de l’équipage Crew-3, qui compte l’Européen Matthias Maurer et prendra la relève de Crew-2, il est prévu jeudi 11 novembre à 03 h 03, heure de Paris.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/vols-habites-espace-depart-thomas-pesquet-station-spatiale-20-h-ce-soir-confirme-94553/

DERNIÈRE (MAGNIFIQUE) AURORE BORÉALE POUR THOMAS PESQUET

Depuis la Station spatiale, Thomas Pesquet a pu admirer une dernière aurore boréale de toute beauté avant son retour sur Terre.

Aurore vue de l’espace :
Le plus célèbre spationaute français, Thomas Pesquet, a eu droit a un très beau cadeau de la Nature avant de quitter l’ISS aujourd’hui dans une capsule Dragon. Sa mission à bord de la Station spatiale internationale s’achève sur une splendide aurore boréale. Car si nous avons échappé à la tempête solaire d’Halloween le weekend dernier, il ne se passe pas une nuit sans que le ciel ne se pare de belles couleurs aux latitudes polaires. En cause, l’activité de notre étoile qui s’intensifie. Le nouveau cycle solaire devrait atteindre son maximum en 2025.

Sur son compte Flickr, Thomas Pesquet a partagé un très beau cliché de cette aurore avec ce commentaire : “La nature a décidé de nous offrir un bouquet final pour le départ : l’aurore boréale la plus intense de toute la mission… Elle dessinait une véritable couronne sur le nord de l’Amérique, avec des pics qui semblaient dépasser notre altitude, et des pulsations rapides qui dessinaient des vagues bleues-vertes, on aurait dit comme une respiration ! Nous avons volé au travers, le nez collé aux vitres.”

À savoir :
Les aurores apparaissent lorsque le vent solaire chargé en particules énergétiques vient balayer notre planète. L’excitation des atomes d’oxygène et d’azote présents dans l’atmosphère terrestre est à l’origine des belles draperies lumineuses que nous observons. La plupart des photographies d’aurores polaires montrent des aurores boréales. Il est en effet plus facile pour les photographes de se rendre à proximité du pôle Nord. C’est le cas en Islande avec le français Stéphane Vetter, en Alaska avec le coréen Sangku Kim ou encore en Norvège avec l’espagnol Horacio Llorens.

Mais les aurores polaires se développent également au-dessus du pôle Sud, même si les observateurs sont moins nombreux à les signaler. Les chercheurs en hivernage à Concordia admirent régulièrement ces magnifiques draperies célestes depuis le Plateau antarctique.

Source : https://blogs.futura-sciences.com/feldmann/2021/11/07/derniere-magnifique-aurore-boreale-pour-thomas-pesquet/

Nouvelle-Aquitaine : Une étonnante couleur jaune le long de la côte Atlantique photographiée par Thomas Pesquet

L’astronaute français a publié une étonnante photo de la façade atlantique à la couleur jaunâtre

Des photos qui ont toujours cet effet « waouh »… A quelques jours de son retour sur Terre, l’astronaute français Thomas Pesquet a publié ce vendredi sur les réseaux une (nouvelle) magnifique photo prise depuis la station spatiale internationale.

Cette fois-ci, c’est la façade atlantique qui a eu les honneurs de l’astronaute/photographe. Avec une image particulièrement étonnante, puisque l’on voit des côtes habillées de couleur jaune/marron, notamment l’estuaire de la Gironde jusqu’à Bordeaux.

https://www.facebook.com/100044639220121/posts/444002720431032/

« La façade ouest de la France, de Bordeaux à Vannes. La couleur très jaune est surprenante, et surtout on dirait que les côtes sont en train de fondre dans l’océan Atlantique », commente Thomas Pesquet. Cette couleur est certainement due, en partie, aux sédiments et aux boues charriés par les cours d’eau et les fleuves, se déversant dans l’océan.

Source : https://www.20minutes.fr/planete/3165751-20211105-nouvelle-aquitaine-etonnante-couleur-jaune-long-cote-atlantique-photographiee-thomas-pesquet

Thomas Pesquet fait ses adieux à la Station spatiale internationale… mais pas à l’espace

Le deuxième séjour de Thomas Pesquet à bord de la Station spatiale internationale se termine. L’astronaute européen de l’ESA, l’Agence spatiale européenne, s’apprête à redescendre sur Terre le 4 ou le 5 novembre. S’il ne retournera plus à bord du complexe orbital, sa carrière d’astronaute n’est évidemment pas terminée. Il a la Lune en point de mire.

Après plus de six mois en orbite à bord de la Station spatiale qu’il a rejointe en avril 2021, l’astronaute européen Thomas Pesquet s’apprête à retourner sur Terre avec trois autres astronautes. La date de son retour est encore incertaine mais prévue le 4 ou le 5 novembre, voire un autre jour en raison du report du 31 octobre au 3 novembre du lancement de Crew-3. Initialement il aurait du rentrer plus tôt mais les reports successifs du lancement de Crew-3, qui embarque quatre astronautes dont l’européen Matthias Maurer, à contraint la Nasa a décaler de plusieurs jours le retour sur Terre du Français. Il faut aussi savoir qu’Allemands et Français ont fait le forcing pour que les deux astronautes européens se retrouvent ensemble en orbite. De la communication qui flatte l’égo des deux pays mais qui n’a aucun intérêt opérationnel et scientifique.

Avec plus de 230 expériences au compteur pour le compte de sa mission Alpha, mais aussi des partenaires de l’ISS, Thomas Pesquet aura réussi son séjour en orbite marqué par plusieurs sorties dans l’espace, afin d’installer de nouveaux panneaux solaires, et quelques records battus. Le 4 octobre, il a pris le commandement de l’ISS, devenant ainsi le premier astronaute français à occuper cette fonction.

Objectif Lune pour Thomas Pesquet
Ce départ de la Station spatiale marque la fin d’une période de sa carrière qui lui aura permis de réaliser deux séjours de longues durées à bord du complexe orbital. Sans surprise, Thomas Pesquet ne devrait plus y retourner. En effet, l’Agence spatiale européenne garantit deux vols à chacun de ses astronautes. À ce jour, si tous les astronautes de la promotion de Thomas Pesquet, celle de 2009, ont réalisé au moins un vol habité, quatre d’entre eux doivent encore réaliser un deuxième vol. Après Samantha Cristoforetti, qui doit décoller au printemps 2022, il restera Timothy Peake et Andreas Mogensen à faire voler une seconde fois, ce qui nous amène en 2025. On signalera le cas particulier de l’allemand Matthias Maurer, sélectionné en 2015 et qui s’apprête d’ici quelques heures à réaliser son premier vol habité.

Sachant que les astronautes de la promotion 2022 seront opérationnels en 2025-2026, aucun des astronautes de 2009 ne retournera à bord du complexe orbital. Cela dit, leur carrière ne va pas s’arrêter pour autant. En effet, l’ESA a obtenu trois vols d’astronautes européens à bord du Gateway. Ses trois missions seront réservées à des vétérans, donc Thomas Pesquet et ses copains de la promotion 2009 seront sur les rangs pour postuler à ces missions à proximité de la Lune. Mais sans alunissage.

Il ne faut pas se voiler la face, ces trois vétérans seront très vraisemblablement parmi les pays qui contribuent le plus au budget de l’ESA (Allemagne, France et Italie). À cela s’ajoute la contribution majeure de la France et l’Italie au Gateway qui fourniront les deux modules européens de cette station spatiale lunaire et l’Allemagne qui fournit le module de service d’Orion. Dis autrement, Thomas Pesquet, Alexander Gerst fortement pressentis pour voler à bord du Gateway. La troisième place devrait revenir à un Italien. Et deux astronautes sont en lice pour cette place : Luca Parmitano et Samantha Cristoforetti.

Source : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/vols-habites-thomas-pesquet-fait-adieux-station-spatiale-internationale-mais-pas-espace-94553/

« Regardez le monde défiler » : l’impressionnante vidéo publiée par Thomas Pesquet depuis l’espace

L’astronaute français Thomas Pesquet qui se trouve actuellement dans la Station spatiale internationale a publié une vidéo en accéléré où dans laquelle on peut observer « le monde défiler ».

Les images semblent presque irréelles. Mardi 5 octobre au soir, l’astronaute français Thomas Pesquet a publié une vidéo accélérée de la planète Terre prise depuis la Station spatiale internationale (ISS) où il se trouve depuis fin avril.

Installez-vous confortablement dans un plaid avec un chocolat chaud et regardez le monde défiler sous vos yeux, a commenté Thomas Pesquet.

La vidéo accélérée 12 fois par rapport à la vitesse réelle laisse à voir les lumières des villes mais aussi différents phénomènes climatiques comme des éclairs. Elle s’arrête alors que le soleil émerge de l’autre côté de la planète.

Commandant de la station spatiale internationale

Lundi, Thomas Pesquet est devenu le premier astronaute français à prendre les commandes de la Station spatiale internationale (ISS), un poste à responsabilités qu’il va occuper jusqu’à son retour sur Terre, prévu en novembre.

Par ailleurs, depuis mardi, il accueille à bord une actrice et un réalisateur russes venus tourner le premier film de l’histoire en orbite.

Source : https://www.ouest-france.fr/sciences/espace/thomas-pesquet/regarder-le-monde-defiler-l-impressionnante-video-publiee-par-thomas-pesquet-depuis-l-espace-26105de6-269e-11ec-8dc7-65fb792c4248

Thomas Pesquet prend ses fonctions de commandant de l’ISS

Pendant 13 jours, le commandant de la Station spatiale internationale sera Thomas Pesquet. C’est la première fois qu’un astronaute français endosse ce rôle.
Lors d’une courte cérémonie à bord de la Station spatiale internationale (ISS), lundi 4 octobre à 21h20 (heure de Paris), Aki Hoshide a donné une clé dorée à Thomas Pesquet. Elle symbolise la passation du commandement entre l’astronaute japonais et le Français. Si le premier a été commandant du laboratoire orbital pendant les 5 derniers mois, Thomas Pesquet ne le sera que 13 jours. Mais ce faisant, il devient le premier Français de l’histoire à endosser ce rôle, et le 4ème Européen. Une fonction qui consiste à représenter l’équipage auprès des équipes au sol, ainsi qu’à trancher les décisions, lorsqu’elles doivent être prises rapidement, par exemple en cas d’urgence.

Son retour sur Terre n’est prévu qu’au mois de novembre mais le 17 octobre prochain, Thomas Pesquet cèdera sa place de commandant au Russe Anton Chkaplerov. Le cosmonaute doit rejoindre l’ISS demain 5 octobre, à bord d’une capsule Soyouz, en compagnie du réalisateur Klim Chipenko et de l’actrice Ioulia Peressild. C’est donc un équipage un peu particulier composé de 7 astronautes et 2 professionnels du cinéma que Thomas Pesquet aura sous sa responsabilité pendant quelques jours.

Prise de galon
Au terme de sa 6ème et plus récente sortie extravéhiculaire, le 12 septembre 2021, Thomas Pesquet est devenu l’astronaute européen ayant passé le plus de temps en scaphandre dans l’espace (39 h et 54 min) devant l’Italien Luca Parmitano (33 h et 9 min en 6 sorties) et le Suédois Christer Fuglesang (31 h 54 min, 5 sorties). En accumulant cette expérience, Thomas Pesquet fait partie des principaux prétendants à l’une des 3 places déjà réservées à autant d’astronautes européens dans la future station orbitale Gateway, devant être construite autour de la Lune dans la 2ème moitié de la décennie 2020.

Source : https://www.cieletespace.fr/actualites/thomas-pesquet-prend-ses-fonctions-de-commandant-de-l-iss

Comment suivre en direct la sortie de Thomas Pesquet dans l’espace aujourd’hui

Thomas Pesquet s’apprête à sortir pour la sixième fois dans l’espace. Il doit préparer l’installation et le déploiement de futurs panneaux solaires, avec l’astronaute japonais Akihiko Hoshide. Voici comment suivre l’événement en direct.

Une nouvelle fois, Thomas Pesquet va s’aventurer à l’extérieur de la Station spatiale internationale. En compagnie d’Akihiko Hoshide, membre de l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA), le spationaute français devra effectuer des travaux pour préparer l’installation et le déploiement de futurs panneaux solaires. La sortie extravéhiculaire peut être suivie en direct.

Quand ? Le dimanche 12 septembre 2021, à partir de 13h (heure de Paris) pour le début du suivi en direct. La sortie dans l’espace doit commencer à 14h30, et devrait durer six heures et trente minutes.
Où ? L’événement est à suivre en ligne, sur la web TV de la Nasa ou directement sur YouTube ou sur 👉 https://www.astrophotometeo53.com/
Adhéré à l’association
https://www.helloasso.com/associations/astro-photo-meteo-53/adhesions/adhesion-annuelle
Quoi ? Une sortie dans l’espace, à l’extérieur de la Station spatiale internationale, réalisée par les astronautes Thomas Pesquet et Akihiko Hoshide.

Cette sortie dans l’espace aura une particularité : « Ce sera la première sortie dans l’espace, ou activité extravéhiculaire, menée par deux partenaires astronautes internationaux hors du sas américain Quest de la station spatiale », explique l’agence dans un communiqué. Le module, installé depuis 2001, sert de sas de sortie : selon les indications de la Nasa, il n’avait donc encore jamais servi pour une sortie réalisée par deux astronautes non américains.

UNE SORTIE REPOUSSÉE À CAUSE D’ « UN PROBLÈME MÉDICAL MINEUR »
À l’origine, la sortie était prévue le 24 août. Elle devait être effectuée par Akihiko Hoshide ainsi que l’Américain Mark Vande Hei, astronaute de la Nasa. Cependant, il a fallu la repousser, « en raison d’un problème médical mineur impliquant Mark Vande Hei », avait fait savoir l’agence spatiale américaine la veille, le 23 août — sur Twitter, l’astronaute a précisé qu’il souffrait d’un nerf coincé au niveau de son cou. Il est maintenant prévu qu’il apporte son soutien à Thomas Pesquet et Akihiko Hoshide depuis l’intérieur de la station, le 12 septembre.

Ce 12 septembre, Thomas Pesquet et Akihiko Hoshide auront pour objectif l’installation d’un support, nommé « kit de modification », sur l’ISS. Ce kit permettra d’installer prochainement le troisième nouveau panneau solaire iROSA (il y en aura six au total). Les panneaux d’origine sont fonctionnels, mais présentent des signes de dégradation — ce qui n’est pas surprenant, car ils étaient prévus pour fonctionner 15 ans.

Il s’agira de la quatrième sortie dans l’espace pour Akihiko Hoshide et de la sixième pour Thomas Pesquet. Sur son compte Twitter, l’astronaute a laissé entendre qu’il pourrait tenter d’emmener une caméra un peu particulière avec lui en dehors de l’ISS à cette occasion. « Imaginez une sorte extravéhiculaire, mais en 360°. Voici la caméra ISS Experience 360, qu’on espère emmener à l’extérieur de la Station spatiale bientôt », a-t-il publié, sans préciser toutefois si ce « bientôt » correspond effectivement à la sortie du 12 septembre.

Source : https://www.numerama.com/sciences/738012-comment-suivre-en-direct-la-sortie-de-thomas-pesquet-dans-lespace-dimanche.html

Le Mont-Saint-Michel pris en photo par Thomas Pesquet depuis l’espace

Thomas Pesquet, l’astronaute normand, a immortalisé une nouvelle fois le Mont-Saint-Michel. Il a partagé ce cliché sur Twitter dimanche 15 août.

C’est toujours un plaisir pour les yeux de voir la planète de haut. Thomas Pesquet a photographié le Mont-Saint-Michel en Normandie (Manche) de l‘espace. Il a publié le cliché dimanche 15 août sur son compte Twitter.

Né à Rouen, l’astronaute a décollé le 23 avril depuis la Station spatiale internationale (ISS). Il s’agit de sa deuxième mission, d’une durée de 6 mois, en orbite autour de la Terre.

Thomas Pesquet a publié ce cliché sur Twitter, dimanche 15 août. (©Thomas Pesquet)

« La photo est plus nette qu’il y a 4 ans »
Le Normand avait déjà immortalisé la Merveille de la région située à deux pas de la Bretagne. L’astronaute estime que cette année. « On voit distinctement les structures sur l’abbaye qui le coiffe. Mes photos sont peut-être plus nettes qu’il y a 4 ans », souligne Thomas Pesquet sur son compte Twitter.

Une première et un succès pour SpaceX
C’est la première fois qu’un vaisseau spatial est réutilisé pour un vol habité et le propulseur a déjà été utilisé lors d’une mission test non habitée. La réduction des coûts par le recyclage d’équipements est l’un des objectifs des partenariats conclus par la NASA avec le secteur privé.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Gazette de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Source : https://actu.fr/normandie/le-mont-saint-michel_50353/le-mont-saint-michel-pris-en-photo-par-thomas-pesquet-depuis-l-espace_44160526.html

Depuis l’ISS, Thomas Pesquet partage des clichés des incendies qui ravagent la Turquie

Si notre planète nous offre parfois de superbes panoramas depuis l’espace, certaines photos font mal au cœur. C’est notamment le cas de celle qui a été capturée par Thomas Pesquet le 4 août dernier.

Depuis son retour à bord de la Station Spatiale Internationale le 23 avril 2021, l’astronaute français partage son aventure avec les internautes. En effet, que ce soit sur Twitter ou Instagram , Thomas Pesquet nous gratifie de somptueux clichés pris depuis l’ISS. En plus d’en mettre plein les yeux, ces photos peuvent aussi éveiller les consciences.

Un superbe spectacle de l’enfer sur Terre
Actuellement, la Turquie est ravagée par des incendies d’une violence historique pour ce pays. Des centaines d’hectares sont partis en fumée et des habitants ont également dû être évacués. Le spectacle sur place est effroyable et il est tout aussi saisissant depuis l’espace. Cette photo capturée par Thomas Pesquet le montre tristement. Nous pouvons y apercevoir la fumée qui s’étend en direction de la Méditerranée.

L’astronaute explique que ces phénomènes extrêmes sont causés par le réchauffement climatique et qu’ils se multiplient au fil des années. En juillet dernier, Thomas Pesquet avait déjà partagé l’image de l’ouragan Elsa dans les Caraïbes. Des catastrophes naturelles dramatiques…

Source : https://www.clubic.com/mag/sciences/conquete-spatiale/actualite-380196-depuis-l-iss-thomas-pesquet-partage-des-cliches-des-incendies-qui-ravagent-la-turquie.html